C’est une courte liste avec Marjorie Alexandre Brunache, inconnue de la scène politique et seule personnalité nouvelle, Jean Michel Lapin, fin connaisseur de l’administration publique haïtienne où il a gravit tous les échelons et Jean Gabriel Fortuné, ancien parlementaire et proche de tous les anciens présidents de la République d’Aristide à Martelly, que le président Jovenel Moïse a retenu ce samedi après consultations avec les présidents des deux branches du Parlement.

Suite au sursis de six mois accordé par l’administration Trump aux détenteurs haïtiens de TPS (Temporary Protection Statute, en anglais), l’annonce de la rencontre du président de la République, Jovenel Moïse, avec son homologue américain le 22 mars dernier en Floride a provoqué, l’espace de quelques jours, un soulagement au sein de cette communauté vulnérable de la diaspora haïtienne, attendant, sur le qui-vive, d’être fixée définitivement sur son sort.

L’Observatoire Citoyen pour l’Institutionnalisation de la Démocratie (OCID)

L’Observatoire Citoyen pour l’Institutionnalisation de la Démocratie (OCID) est fortement préoccupé par la multiplication des décisions ou prises de position des acteurs politiques, en particulier ceux des pouvoirs publics, qui tendent à augmenter considérablement les  facteurs de risque d’aggravation  de la crise multiforme qui ronge le pays.

Jean Michel Lapin, Premier Ministre par Intérim

Jean Henry Céant décide finalement de démissionner, après avoir lu l’arrêté présidentiel nommant Lapin ad interim

P-au-P, 21 mars 2019 [AlterPresse] --- Le président Jovenel Moïse a nommé le titulaire sortant du Ministère de la culture et de la communication (Mcc), Jean Michel Lapin, comme nouveau premier ministre par intérim, pour remplacer Jean Henry Céant, censuré avec tous les membres de son gouvernement, le lundi 18 mars 2019, par la chambre des députés.

Le Sénat de la République est loin de lâcher prise dans la guerre d’interpellation que se livrent les deux branches du Parlement haïtien. Malgré le fait que les députés ont déjà tourné cette page avec le renvoi du gouvernement de Jean-Henry Céant, les sénateurs interpellateurs nient la réalité et rêvent encore de porter le coup fatal, et le président du Sénat ne veut pas être plus précis en annonçant avoir maintenu la date du mercredi 20 mars 2019 pour l’interpellation du « Premier ministre ».

En devançant le sénat, la chambre des députés a voté, ce lundi 18 mars 2019, en faveur du renvoi du premier ministre, Jean Henry Céant, et de son gouvernement, au terme d’une séance d’interpellation, qui était très attendue, observe l’agence en ligne AlterPresse.

Charles Suffrard a décidé de démissionner du comité présidentiel de facilitation du dialogue national, a confié le leader paysan au Nouvelliste, dimanche soir. Cette démission, de la personnalité la plus connue parmi celles choisies par le président Jovenel Moïse pour former cette structure, intervient moins de 24 heures avant l’installation officielle du comité prévue à 2 heures de l’après-midi, au Palais national ce lundi 25 février.

Nòt RASIRE AYITI sou konjonkti a
Peyi nou an ap viv yon moman fènwa ki mete avni nasyon an an danje. Devlopman sitiyasyon sa a bay RASIRE AYITI anpil tèt fè mal. Li vini ak kantite kadav, pwopriyete piblik ak prive yo boule oswa piye, domaj enpòtan nan tout peyi a ak yon blokaj nan aktivite ekonomik ki pral lakòz plis pwoblèm toujou ak yon agravasyon inevitab nan gwo mizè popilasyon an.

6 fusils-mitrailleurs, 7 pistolets, des dromes, des téléphones satellites, des gilets pare-balles et autres équipements de guerre ont été retrouvés en possession de ces individus.

Les suspects ont été conduits au commissariat de Port-au-Prince pour répondre aux questions de la police et de la justice. Ils répondent aux noms de Kroeker Kent Leland, Bajavic Danilo, Jankovic Vlad, Burton Talon, Christopher M Osman, Dustin Daniel et Estera Michael.

Dans une note publiée sur les réseaux sociaux et dont copie a été addressée à INFOHAITI.net, le RADI (Rasanbleman pou Diyite AYITI), regroupement citoyen composé d’artistes, d’écrivains, de chercheurs et de membres de diverses professions libérales se pronounce sur la profonde crise politique que traverse le pays depuis la révolte populaire des 6, 7 et 8 juillet 2018. Alors que le pays va entamer une deuxième semaine manifestations populaires pour réclamer la demission du président Jovenel MOISE, le RADI demande aux  cadres exerçant d’importantes fonctions politiques de présenter leur démission au pouvoir exécutif. Pour faire face à un éventuel vide institutionnel, le RADI demande aux forces politiques et regroupements de la société civile de travailler sur une alternative qui tient compte les demandes de changement en profondeur clairement exprimées par la population. Nous publions ci-après la note du RADI (Rasanbleman pou Diyite AYIT)

Dans une note publiée sur les réseaux sociaux et dont copie a été addressée à INFOHAITI.net, le RADI (Rasanbleman pou Diyite AYITI), regroupement citoyen composé d’artistes, d’écrivains, de chercheurs et de membres de diverses professions libérales se pronounce sur la profonde crise politique que traverse le pays depuis la révolte populaire des 6, 7 et 8 juillet 2018. Alors que le pays va entamer une deuxième semaine manifestations populaires pour réclamer la demission du président Jovenel MOISE, le RADI demande aux  cadres exerçant d’importantes fonctions politiques de présenter leur démission au pouvoir exécutif. Pour faire face à un éventuel vide institutionnel, le RADI demande aux forces politiques et regroupements de la société civile de travailler sur une alternative qui tient compte les demandes de changement en profondeur clairement exprimées par la population.
Nous publions ci-après la note du RADI (Rasanbleman pou Diyite AYIT)

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)