Imprimer
Catégorie : Politique
Affichages : 3832

Elections du 20 Mars 2011Le match attendu n’a pas eu leu
Le show de l’émission Ranmase sur Caraïbes FM de ce samedi était annoncé comme un match entre les deux prétendants à la course à la présidence par des représentants de chaque camp. Malheureusement, les forces en présence étaient inégales et la balance  penchait très nettement en faveur de l’équipe de la candidate du RDNP maitrisant mieux les sujets. Une idée des forces en présence ........

Elections du 20 Mars 2011Les invités ont évité les sujets qui fâchent au début  en dénonçant l’humiliation dont a été l’objet la sélection haïtienne des moins de 17 ans à la Jamaïque. Il n’y a pas eu de désaccord dans les points de vue et tout le panel s’est mis d’accord pour dénoncer la diplomatie haïtienne moribonde  à la base de cet affront qui n’est pas le premier et qui n’en sera certainement pas le dernier.

Wilner Etienne, entraineur de la U-17 haïtienne était d’ailleurs passé en fin d’émission pour réfuter les arguments figurant dans le rapport de la mission qui était dépêchée à la Jamaïque par le président Préval pour faire le jour sur le très regrettable incident que de nombreux haïtiens considèrent comme un affront.  «Il est difficile de croire que la délégation était composée d’haïtiens tant elle s’est fait berner par les jamaïcains », déclare le coach qui estime que  l’humiliation était à son comble.

Revenant sur l’attitude des diplomates étrangers en Haïti, les invités ont condamné l’attitude arrogante d’un Edmonde Mullet ou d’un Colin Granderson dans le pays déplorant au passage le fait qu’il y a des haïtiens qui ont servi de «collabos » à ces nouveaux colons. Le professeur Larose qui est diplômé en coopération internationale déclare que le paradigme de l’aide accordée à Haïti axée sur l’assistanat ne pourra jamais permettre au pays d’assurer son décollage à tous les points de vue. «Dès qu’on me parle de ces petits blancs, j’ai envie de vomir », s’insurge le député Mondé qui en a profité pour vanter les mérites de sa candidate (Mirlande Manigat), seule capable entre les deux de redorer le blason de la diplomatie haïtienne et nous faire reprendre notre dignité de peuple.

Sur la délicate question des élections, les deux camps se sont affrontés à coup d’argument pour bien montrer qu’ils sont l’alternative mais, le candidat Martelly a été attaqué pour son comportement débonnaire, une habitude qui l’a d’ailleurs suivi jusqu’à Fort-Liberté, dans le Nord où il a déclaré, la semaine dernière, qu’il s’en prendrait au peuple s’il n’est pas choisi pour diriger le pays. Gasner Pérard a essayé tant soit peu de défendre son poulain mais, il semble plutôt avoir envenimé la situation par des tentatives d’explication sur l’immoralité présumée du candidat de Repons Paysan. De l’autre côté, Edwidge Lalanne était le plus mordant et il a même attaqué Gasner Pérard sur son casier judiciaire douteux car, l’intéressé avait fait la prison dans une affaire d’assassinat. Abordant le terrain de l’Education, Eddy Edmé s’est attaqué à ce qui encourage la discrimination entre les écoles : l’uniforme. « Quand je vais en République dominicaine, je suis souvent frappé par la tunique uniforme des écoliers et déjà cela limite les clivages entre riches et pauvres ; grandes et petites écoles ».

Le professeur Larose et l’étudiant finissant en médecine Bénêche Martial ont crié au scandale arguant que l’argument est puéril et très quelconque et le premier en a profité pour parler de l’amateurisme de l’équipe de Michel Martelly. « Quand on est cordonnier, on fait des chaussures pour la société ; quand on est tailleur, on fabrique des vêtements pour le pays et quand on est musicien aussi on chante pour les mélomanes et la politique est aux politiciens », conclut Bénêche Martial.