Trump n'est pas sous oxygène, nombreuses contagions dans le camp républicain

Le président des Etats-Unis Donald Trump, hospitalisé à un mois de l'élection présidentielle pour soigner son Covid-19, allait mieux samedi selon son médecin, mais la Maison Blanche a prévenu qu'il n'était pas sorti d'affaire, tout en étant critiquée pour sa communication hasardeuse et sa négligence sanitaire.

Donald Trump à gauche et Joe Biden à droite le 29 septembre 2020 à Cleveland lors du premier débat présidentiel

Un candidat à l'élection présidentielle américaine n'a jamais quitté la course à cinq semaines du scrutin mais l'hospitalisation de Donald Trump, testé positif au coronavirus, relance les interrogations sur cette éventualité. La Constitution ne prévoit que deux cas dans lesquels le président peut être remplacé par son vice-président en cas de décès ou d'incapacité à exercer le pouvoir: le 20e amendement pour un président élu décédé à la date fixée pour son entrée en fonction, le 20 janvier, et le 25e amendement durant son mandat.


Coup de tonnerre aux Etats-Unis: Donald Trump, testé positif au Covid-19, a été admis vendredi soir dans un hôpital militaire, tout en assurant, dans un bref message vidéo, aller "très bien". A un mois de l'élection, le président de la première puissance mondiale a quitté la Maison Blanche sans un mot, en portant en masque, pour rejoindre en hélicoptère l'hôpital de Walter Reed, dans la banlieue de Washington.

 


Le président américain Donald Trump a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi qu'il avait été testé positif au Covid-19, tout comme sa femme Melania, et qu'il se mettait en quarantaine. "Ce soir, la Première dame et moi-même avons été testés positifs au Covid-19", a tweeté le président de la première puissance mondiale, âgé de 74 ans. "Nous allons entamer notre quarantaine et le processus de rétablissement immédiatement. Nous nous en sortirons ENSEMBLE!", a-t-il ajouté.

 

Trump positif: une fin de mandat hantée par le Covid-19

De déclarations à l'emporte-pièce en libertés prises avec la science, la crise du Covid-19 aura hanté la fin du mandat de Donald Trump jusqu'à ce qu'il soit lui-même testé positif, à un mois de l'élection du 3 novembre. Le président américain a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi sur Twitter que la Première dame Melania et lui avaient été contaminés par le coronavirus.

Taxé de "honte nationale", Trump tente t'éteindre la polémique sur l'extrême droite

Donald Trump a tenté mercredi de désamorcer la polémique après ses propos ambigus sur les milices d'extrême droite, tandis que son rival Joe Biden dénonçait une "honte nationale", au lendemain d'un premier débat présidentiel particulièrement abrasif. Face au tollé, y compris au sein de son parti, le président républicain a appelé mercredi ces groupes de suprémacistes blancs à "laisser la police faire son travail".

Staples and Boston Public Schools Provide $50 to Every BPS Student

BOSTON — Wednesday, September 30, 2020 — Today Mayor Martin J. Walsh and Boston Public Schools (BPS) Superintendent Brenda Cassellius announced that, through a partnership between Staples and the City of Boston, every BPS student will receive a $50 Staples in-store shopping card, to support families with their back-to-school shopping.\


De Charlottesville à Cleveland, l'ombre de l'extrême droite violente plane sur le mandat de Donald Trump, qui a encore refusé de condamner les suprémacistes blancs lors de son premier débat avec Joe Biden.Evitant de répondre directement à une question du journaliste Chris Wallace, le président américain a appelé mardi soir les Proud Boys, un groupuscule nationaliste, à "reculer" et à se "tenir prêts".


Peu ou pas d'impôt: des révélations du New York Times sur les déclarations fiscales que Donald Trump s'est toujours refusé à dévoiler ont fait irruption dimanche dans la course à la Maison Blanche avant son débat très attendu face au candidat démocrate Joe Biden.

Plusieurs blessés dans une attaque à la machette près des anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris: un suspect a été interpellé

Un "suspect" a été interpellé à proximité de la place de la Bastille à Paris, après l'agression à l'arme blanche qui a fait deux blessés vendredi, près des anciens locaux du journal Charlie Hebdo, a appris l'AFP auprès de la préfecture de police de Paris.Une attaque à l'arme blanche a fait deux blessés vendredi à Paris près des anciens locaux de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, en plein procès de l'attentat meurtrier qui l'avait visé en janvier 2015, et un "suspect" rapidement interpellé par la police.

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)