Video AD : Click Here

___________________________________________________________________________________________________________

Le Père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège Le Père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège a convoqué en urgence les journalistes en milieu de journée lundi, peu après l’annonce de démission du Pape. La décision de Benoît XVI de renoncer à ses fonctions d’évêque de Rome n'est pas le fruit de pressions extérieures mais simplement le « désir de rester dans l'obéissance à la Parole de Dieu » a précisé le père Lombardi. Devant plusieurs centaines de journalistes, qui ont pris d’assaut la salle de presse, le père Lombardi a expliqué avec attention les raisons qui ont poussé le Pape a quitté ses fonctions à partir du 28 février à 20h00.

Le Père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-SiègeLe Père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège a convoqué en urgence les journalistes en milieu de journée lundi, peu après l’annonce de démission du Pape. La décision de Benoît XVI de renoncer à ses fonctions d’évêque de Rome n'est pas le fruit de pressions extérieures mais simplement le « désir de rester dans l'obéissance à la Parole de Dieu » a précisé le père Lombardi.
Devant plusieurs centaines de journalistes, qui ont pris d’assaut la salle de presse, le père Lombardi a expliqué avec attention les raisons qui ont poussé le Pape a quitté ses fonctions à partir du 28 février à 20h00. Une annonce faite devant les cardinaux réunis lors d’un Consistoire ordinaire public lundi 11 février. Il a également développé les grandes étapes qui vont suivre la démission du Pape jusqu’à l’élection du nouveau successeur de Pierre.

« On peut imaginer qu’un nouveau Pape présidera les célébrations de Pâques », c’est l’une des hypothèses émises par le Père Lombardi lors du point presse de ce lundi. Un conclave devrait ainsi être organisé dans les 15-20 jours suivant la démission de Benoît XVI, mais le Pape n’y participera pas, à bien précisé le père Lombardi. A partir du 29 février, Benoît XVI se déplacera dans un premier temps dans sa résidence de Castel Gandolfo puis il retournera au Vatican, dans le monastère de religieuses cloîtrées, actuellement en rénovation, pour continuer à servir l'Eglise « à travers une vie dédiée à la prière » et à la réflexion.

Pour expliquer ce geste le directeur de la salle de presse du Saint-Siège a repris les paroles du Pape qui évoquait l’avancement de son âge et le monde d’aujourd’hui, qui n’est plus le même qu’avant et demande beaucoup d’efforts, de rapidité. De très nombreux problèmes se posent tous les jours désormais, dans un soucis de clarté et de vérité, le Pape a exprimé une diminution de ses forces aux cours des derniers mois.

Le directeur de la salle de presse du Saint-Siège a également expliqué que Benoît XVI a donné sa résignation librement, conformément à l'article 332 §2 du Code de droit canon : « S'il arrive que le Pontife Romain renonce à sa charge, il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu'elle soit dûment manifestée, mais non pas qu'elle soit acceptée par qui que ce soit ».

Dans un livre interview intitulé « Lumières du monde » sorti en 2010, le pape avait évoqué la possibilité d'une démission dans le cas où il ne se serait plus senti en état de poursuivre sa mission. Répondant au journaliste allemand Peter Seewald, Benoît XVI avait alors affirmé qu'un pape « a le droit et, selon les circonstances, le devoir de se retirer » s'il sent ses forces « physiques, psychologiques et spirituelles » lui échapper. Le Père Lombardi a bien précisé qu’aucune maladie, ni même dépression n’a poussé le Pape à prendre une telle décision, d’ailleurs, jusqu’au 28 février aucune modification du programme de Benoît XVI n’est à prévoir. Les célébrations du mercredi des cendres, l’audience générale ainsi que l’Angélus de dimanche auront bien lieu comme prévu.

Réactions dans le monde

Italie. Giorgio Napolitano, président de la république italienne.
Il a rencontré le Pape il y a seulement quelques jours lors d’un concert organisé Salle Paul VI : « Lors de cette rencontre, on sentait combien il était éprouvé et combien il était conscient d’une fatigue difficilement supportable. Je crois que son geste est un geste d’un extraordinaire courage et d’un extraordinaire sens des responsabilités parce que tenir sur ses épaules un mandat aussi extraordinairement exigeant que celui de Pape de l’Eglise catholique, il doit faire aussi faire des comptes avec le prolongement de sa vie, et par toujours dans des conditions soutenables… Donc grand courage et grande générosité et de ma part un très très grand respect. »

Grande-Bretagne. David Cameron, Premier ministre britannique : Le pape Benoît XVI « manquera comme chef spirituel à des millions de gens ». Adressant ses "meilleurs vœux" au souverain pontife, David Cameron a souligné que le Pape avait « travaillé sans relâche à renforcer les relations de la Grande-Bretagne avec le Saint-Siège ».
Grande Bretagne. Justin Welby, archevêque de Canterbury, primat de la Communion anglicane : « C'est avec le cœur lourd, mais avec une compréhension totale que nous avons appris ce matin la décision du Pape Benoît XVI de renoncer à sa charge d'évêque de Rome, qu'il a remplie avec une grande dignité, clairvoyance et courage », ajoutant qu'il parlait au nom des « anglicans du monde entier ».

Allemagne. Angela Merkelm, chancelière allemande : « Si le pape lui-même, après mure réflexion, en est venu à la conclusion que ses forces ne sont plus suffisantes pour exercer sa fonction, cela suscite mon plus grand respect ». « Benoît XVI est et reste l'un des plus grands penseurs religieux de notre époque ».
Steffen Seibert, porte-parole du gouvernement allemand : « Le gouvernement allemand a le plus grand respect pour le Saint-Père, pour son parcours et pour sa vie consacrée à l'Eglise catholique (...) et il mérite notre gratitude pour avoir mené l'Eglise comme il l'a fait pendant huit ans ». Depuis son élection en avril 2005, Benoît XVI a « marqué (l'Eglise) de son empreinte, en tant que penseur mais aussi en tant que pasteur ». La chancelière Angela Merkel s'exprimera dans l’après-midi sur le sujet.

Israël. Yona Metzger, Grand rabbin ashkénaze : « Sous son autorité, les relations entre le Grand rabbinat et l'Eglise, le judaïsme et le christianisme, sont devenues beaucoup plus étroites, ce qui a conduit à une diminution des actes antisémites dans le monde »

France. François Hollande, président de la République française
: « Je n'ai pas de commentaire particulier sur cette décision qui est éminemment respectable et qui fera qu'un nouveau pape sera choisi ». « La République salue le pape qui prend cette décision, mais elle n'a pas à faire davantage de commentaires sur ce qui appartient d'abord à l'Eglise ». « C'est une décision humaine et une décision liée à une volonté qui doit être respectée ».
(Journalistes via della Conciliazione après l'annonce de démission du Pape)
 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)