P-au-P, 06 févr. 2020 [AlterPresse] --- Au cours du mois de janvier 2020, la Commission épiscopale nationale Justice et Paix de l’église catholique romaine (Ce-Jilap) a recensé 20 cas de personnes mortes violemment, dont 16 par balles, dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, dans un décompte transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

Parmi les victimes par balles, de janvier 2020, à Port-au-Prince, la Ce-Jilap relève 4 policiers nationaux et un ancien agent de la Police nationale d’Haïti (Pnh).

Pour rassurer la population, les autorités doivent faire tout leur possible pour faire cesser le phénomène du kidnapping, qui vient donner des proportions alarmantes à la criminalité sur le territoire national, en Haïti, souligne la directrice exécutive de la Ce-Jilap, Jocelyne Colas.

 

La république d’Haïti peut être aujourd’hui considérée comme un pays de non-droit avec la remontée de l’insécurité, avance la présidente du Conseil national spirituel des églises d’Haïti (Conaspeh), Dre. Françoise Saint-Vil Villier.

 

« Tout le monde est coupable de la situation de dégradation actuelle dans le pays. Même les églises ne s’engagent pas, comme elles le devraient. Certaines d’entre elles préfèrent collecter de l’argent, au lieu de faire l’éducation civique des gens », fustige le Conaspeh.

 

Appelant la population à se mobiliser pour combattre la criminalité, le Conaspeh critique la passivité de l’Etat haïtien, face à la recrudescence des actes de terreur sur le territoire national.

 

« L’Etat doit investir dans des projets sociaux, pour contrecarrer le banditisme juvénile dans les zones défavorisées », recommande le Conaspeh.

 

Du vendredi 31 janvier au dimanche 2 février 2020, la Police nationale d’Haïti (Pnh) a procédé à 12 arrestations, indique la Pnh, en conférence de presse, le lundi 3 février 2020.

Un policier national, affecté à la prison civile de l’Arcahaie, l’agent 1 dénommé Mackendy Dimanche, a été arrêté, à Titanyen (non loin de la commune de Cabaret (au nord de Port-au-Prince), pour « vol à main armée et détournement de véhicule », ainsi que ses sept complices : Brunel Jourdain, Max Jean, Ernst René, Claude Jean-François, Luc Lucien, Philisco Désir, Mackendy Blanc.

Ces suspects ont détourné un camion, appartenant à l’Aciérie d’Haïti, qui contenait 30 tonnes de fers, pour les livrer à une entreprise de quincaillerie, appartenant au policier national Mackendy Dimanche.

 

Ensuite, les ravisseurs ont mis le feu au camion détourné.

La Pnh informe être à la recherche des nommés Renaud et Marcha, ainsi connus, qui seraient impliqués dans le vol à main armée et le détournement du véhicule de l’Aciérie d’Haïti, selon le porte-parole adjoint de la Pnh, l’inspecteur divisionnaire Gary Desrosiers.

Le citoyen Jean Wadson Fils-Aîmé a été mis aux arrêts pour son implication présumée dans l’assassinat, le 7 janvier 2020, sur la route de Cabaret, de Camilson Moïse (26 ans), Jacky Guyvens Joseph (25 ans), Luckner Méprise (27 ans), Benson Pierre (25 ans).

Au niveau du Champ de Mars (principale place publique de la capitale, Port-au-Prince), le nommé Abner Mondésir a été également arrêté pour « braquage, détournement de marchandises et association de malfaiteurs », a fait savoir la Pnh.

Souce : AlterPresse.org

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)