En dix ans, de mars 2010 à mai 2020, l’Etat a perdu plus de 113.5 milliards de gourdes, soit environ 1.7 milliard de dollars, sur la vente des produits pétroliers, a fait savoir le ministre de l’Economie et des Finances, Michel Patrick Boisvert. Il y avait « des gains indus », « de l’argent qui se faisait en dehors de la structure par les compagnies importatrices », a dénoncé le ministre.

Pour faire la lumière sur les appels d’offres passés entre l’Etat haïtien et les compagnies privées ces dix dernières années, le président de la République a annoncé lundi en conférence de presse au Palais national la création d’un task force formé de l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC), l’Unité centrale de renseignements financiers (UCREF) et l’Inspection générale des Finances (IGF) qui vont mener des enquêtes.

La structure des prix des produits pétroliers en Haïti est opaque, selon le ministre de l’Economie et des Finances. D’abord, le gouvernement a changé la structure des prix des produits pétroliers en Haïti. Avant, les compagnies importatrices utilisaient deux indices dans l’achat de l’essence sur le marché international. « Les compagnies achetaient le pétrole selon l’indice Platts et le revendaient à l’Etat haïtien selon l’indice Caribbean Posting. Le différentiel entre ces deux indices constitue le bénéfice indu des compagnies. Ce différentiel peut atteindre jusqu’à 40 centimes sur le gallon », a expliqué Michel Patrick Boisvert, avant que le président de la République ne précise que nous consommons 43 millions de gallons d’essence par mois en Haïti. Le ministre de l’Economie et des Finances a reconnu aussi le laisser-aller de l’Etat en ce sens, qui n’a pas cherché à savoir le prix de l’indice Platts.

Le ministre a souligné que la baisse enregistrée dans les prix des produits pétroliers pendant la pandémie du coronavirus n’a affecté que l’indice Platts, alors que l’indice Caribbean Posting n’a fait qu’augmenter. « Maintenant, a-t-il dit avec satisfaction, l’Etat haïtien n’adopte que l’indice Platts. »

Dans la nouvelle structure des prix des produits pétroliers, sur chaque gallon de gazoline vendu, les compagnies perçoivent un bénéfice de 64 gourdes, le distributeur ou le propriétaire de la pompe à essence fait un bénéfice de l’ordre de 30 gourdes, l’Etat perd 75,84 gourdes et le consommateur achète le gallon à 224 gourdes, selon les chiffres fournis par Michel Patrick Boisvert. « Pour maintenir à la pompe le prix de la gazoline à 224 gourdes, l’Etat est obligé de renoncer à 75.84 gourdes », a-t-il dit. Et le président de souligner que cet argent devait servir à la construction de routes, d’écoles, d’hôpitaux…

Pour maintenir le kérosène à 173 gourdes à la pompe, l’Etat perd 43,22 gourdes sur chaque gallon. L’Etat perd aussi 39,74 gourdes par gallon pour maintenir le prix du diesel à 179 gourdes sur le marché local.

En dix ans, de mars 2010 à mai 2020, l’Etat a perdu plus de 113.5 milliards de gourdes, soit environ 1.7 milliard de dollars, sur les produits pétroliers, a fait savoir le ministre Boisvert, soulignant que les pertes de taxes représentent environ 83 milliards de gourdes et le reste constitue la subvention de l’Etat.

Source : LE NOUVELLISTE Lire la Suite

 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)