Imprimer
Catégorie : Economie

Selon les prévisions de la Banque mondiale dans sa dernière édition des perspectives économiques mondiales, l’économie haïtienne devrait enregistrer un taux de croissance négatif coup sur coup en 2020 et en 2021 tandis que la croissance mondiale connaîtrait une remontée modérée à 2,5 % en 2020 sur fond de hausse de la dette et de tassement de la productivité.

L’économie haïtienne a enregistré une croissance négative de 0,9% en 2019 contre 1,5% de croissance en 2018. Cette première variation négative du PIB depuis 2010 – année du tremblement de terre (-5%) – devrait se poursuivre, si l'on en croit les analyses de la Banque mondiale, en 2020 (-1,4%) et en 2021 (-0,5%).

« En Haïti, la croissance devrait être contractée en 2019 dans un contexte d'instabilité politique grave, de dépréciation rapide du taux de change, d'inflation élevée et d'insécurité alimentaire croissante exacerbée par la sécheresse », a fait savoir la Banque mondiale dans sa dernière publication.

Dans la région Amérique latine et Caraïbes, la croissance devrait atteindre 1,8 % en 2020. Outre Haïti, les deux seuls pays de la région pour lesquels les prévisions de la Banque mondiale indiquent en 2020 une croissance négative sont l’Argentine (-1,3%) et le Nicaragua (-0,5%). Toutefois, ces deux économies devraient rebondir en 2021 (1,4% pour l’Argentine et 0,6% pour le Nicaragua) quand Haïti continuerait de s’embourber dans sa spirale négative.

De plus, Haïti est le seul pays, selon la Banque mondiale, parmi les pays à faibles revenus fragiles, devant enregistrer un taux de croissance du PIB négatif. Environ un tiers des économies émergentes et en développement devrait cependant ralentir cette année sous l'effet d'exportations et d'investissements plus faibles que prévu.

Par ailleurs, dans les économies avancées, la croissance devrait retomber à 1,4 % en 2020, en partie en raison de la faiblesse persistante des activités manufacturières. Elle devrait en revanche s'accélérer dans les marchés émergents et les économies en développement, pour atteindre 4,1 %.  La croissance aux États-Unis devrait ralentir à 1,8 % en 2020 tandis que celle de la zone euro devrait chuter à 1 %.