Le président élu, Jovenel Moïse, a annoncé le dimanche 22 janvier 2017 la réalisation du carnaval national de 2017 dans la ville des cayes. Question, a-t-il dit, d’exprimer sa solidarité à la population du grand Sud, victime de l’ouragan Matthew en octobre dernier. Venu dans le Sud pour supporter les candidats du parti Haïtien Tèt Kale (PHTK) dans le cadre de leur campagne électorale comptant pour les joutes du 29 janvier 2017; le président élu, Jovenel Moïse, a annoncé la réalisation du carnaval national 2017 dans la 3e ville du pays

L’année 2016 s’achève et laisse derrière elle son lot de douleurs. Nous avons tant compté de cadavres, succombé aux malheurs, pleuré les nôtres et raté les rendez-vous de goûter aux joies et plaisirs de la vie. C’est qu’en Haïti, il ne nous est pas offert la chance de laisser libre cours à nos rêves vu toute la difficulté de vivre et d’exister dans ce pays sous l'emprises des ténèbres. Cependant, la littérature (nos écrivains) nous a encore permis d’espérer ce bonheur si longtemps cherché –pas encore retrouvé- aussi fugace soit-il. Voici, entre autres, quelques-uns de ces écrivains qui ont marqué l’année 2016.

Voices of Haiti' is a permanent choir of 60 elements aged from 9 to 15, selected among the student of the schools of Haiti. Through this project the members have been able to enhance their talent, benefitting also from a wealth of educational, cultural and existential opportunities, potential previous for their future.

Yanick Lahens

Qu’a-t-elle à nous dire, Yanick Lahens, après Jacques Roumain avec «Gouverneurs de la Rosée» ? Oh, des choses plus graves. Des choses comme : «Vivre et souffrir sont une même chose» (p. 59). Bof ! Banal comme aphorisme … Si son dernier roman, «Bain de lune» (Sabine Wespieser Editeur, 2014), construit en descriptions directes et en monologues, exprime jusqu’au désespoir la malédiction d’un pays perdu que peuplent des paysans sans avenir, ce sentiment atroce ne doit rien à l’anecdote, à l’éphémère de l’information, à la banalité, mais à la flamboyance d’un style et d’une plate forme tout à la fois réfléchis et charnels.

 Des affiches de Gary Victor, l'auteur le plus lu sur l'île étaient partout. © In Koli Jean Bofane

CHRONIQUE. L'écrivain congolais a découvert Port-au-Prince lors du festival Étonnants Voyageurs. De retour à Bruxelles, il nous adresse une lettre qui raconte...
Débarquer à Port-au-Prince pour la première fois, la nuit, pour un écrivain congolais ne constitue pas vraiment une surprise. Le boulevard Toussaint Louverture, qui part de l'aéroport, ressemble à s'y méprendre au boulevard Lumumba que l'on emprunte après le tarmac de N'jili. Les embouteillages et la cohue des taxis-bus aux arrêts n'ont rien à envier à ceux de Kinshasa. Le jour, c'est encore plus confondant, en dehors des couleurs des pagnes, les échoppes, les vendeurs à la sauvette et la démarche pressée des passants, c'est Kinshasa dans la mer des Caraïbes avec, tout autour de moi, cette accumulation d'affiches électorales.

Lire sur Le POINT Afrique

 

Vue partielle du site de la FILHA. | Photo : Dave Vernet (Le National)

Nouveau plaidoyer pour l’utilisation optimale du Créole dans l’enseignement en Haïti   
P-au-P, 12 déc. 2016 [AlterPresse] ---- La 4e édition de la Foire internationale du livre d’Haïti (Filha 2016), déroulée du vendredi 9 au dimanche 11 décembre 2016, à Delmas (municipalité au nord-est de la capitale), a été une réussite, selon les témoignages recueillis par AlterPresse.
Réalisée autour du thème : « Je lis, je grandis », cette foire a réuni une centaine d’écrivains, des visiteuses et visiteurs, amantes et amants du livre, dont de jeunes écolières et écoliers, pour la plupart, au Palais municipal de Delmas, à Port-au-Prince.

Des écrivains haïtiens, notamment Lyonel Trouillot, directeur de l’atelier Jeudi Soir, le romancier Henry Kénol et le dramaturge Faubert Bolivar, ont tenu une conférence-débat autour de la nécessité et l’efficacité des ateliers d’écriture, le jeudi 1er décembre 2016, à la Bibliothèque nationale d’Haïti (BNH), dans le cadre du festival Étonnants Voyageurs. Plus d’une cinquantaine de personnes ont assisté à cet événement déroulé en présence de la directrice de la BNH, Emmelie Prophète.

Cette année le festival  Etonnants Voyageurs Haïti se déroule du 1er au 4 décembre a Port-au-Prince. Cet événement sera l'occasion de réunir écrivains, lecteurs et la jeunesse scolaire. En cette année électorale et après le passage de l'ouragan Matthew, cet échange est essentiel puisqu'il est toujours urgent de discuter de la condition humaine. La 4e édition du festival a pour thème cette année la construction de soi. Un thème passionnant pour un festival qui va encore ravir ses participants.

Dans ce receuil, l’auteur semble suggérer que l’humanité chemine vers une prise de conscience accélérée sur la condition feminine. Il en profite pour souligner la grandeur de la femme, sa beauté et semble établir une similitude entre cette beauté et celle de la nature. Précisément, dans son poème “Hommage à la femme”, le lecteur sera fasciné par l’habileté de l’auteur d’identifier des qualités, des atouts, des vertus que possèdent les femmes tout en soulignant l’affliction à laquelle ells sont sujettes. Et pendant qu’il y invoque avec eloquence son admiration et sa veneration pour cette gente feminine, l’auteur laisse échapper un sentiment de culpabilité, comme s’il voulait, au nom des hommes, implorer pardon et regrets pour toutes fautes commises et peines infligées aux femmes.

L'écrivain Gary Victor

Un public plus jeune, un tas de nouveaux auteurs, la bonne marche des activités de la Quinzaine du livre… Livres en folie 2016 s’est révélée un succès aux yeux de Max Chauvet, directeur du journal Le Nouvelliste. Tout en regrettant des aléas tels le mauvais état de la route et l’exiguïté du site qui ne permet pas de bien loger tous les acteurs de Livres en folie.

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)