À quelques jours du Mondial U20 en Bretagne, nous sommes allés à la rencontre de la sélection haïtienne qui va prendre part à la première Coupe du Monde féminine de son histoire toutes catégories confondues. Une première et un costume de petit poucet pour une équipe aussi attachante que singulière. Découverte.
Les Grenadières se préparent actuellement à Ploufragan, en Bretagne, dans un centre régulièrement utilisé par les sélections tricolores pour leurs stages de préparation. Les couleurs de la fédération haïtienne ont d’ailleurs été érigées à l’entrée du site en signe de bienvenue pour le groupe venu des Antilles.

Une page d’histoire du football haïtien

Dans l’histoire du pays, c’est la troisième participation d’une équipe haïtienne à une Coupe du Monde après celle des garçons en 1974 en Allemagne, et des U17 masculins en 2007. Dans le football féminin, aucune équipe originaire des Antilles n’était parvenue à se qualifier pour un Mondial. Seule Trinidad-et-Tobago y avait pris part en U17, mais en organisant la compétition en 2010.

Ce n’est donc pas un mince exploit pour Haïti, un pays de la Caraïbe, évoqué principalement au gré des catastrophes naturelles qui touchent le pays et des crises humanitaires qu’elles provoquent. En 15 ans, Haïti a connu plusieurs tragédies de grande ampleur dont le tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui avait notamment durement touché la capitale Port-au-Prince et provoqué plusieurs centaines de milliers de victimes.

Dans cette catastrophe, le football du pays avait aussi payé son tribut, avec parmi les victimes la mort de Jean Yves Labaze, en charge du football féminin, et notamment sélectionneur des U17. Le siège de la fédération avait également été détruit dans le séisme. Le football comme le reste du pays avait dû alors panser des plaies qui pour certaines ne sont toujours pas refermées.

La Croix-des-Bouquets comme point de départ

Cet événement tragique a également servi d’électrochoc, comme nous l’expliquait Yves Jean-Bart, le président de la FHF, présent en France pour encadrer et suivre l’équipe U20. Il s’agissait à l’époque de « profiter de la vague de sympathie » et de « transformer ce malheur » en quelque chose de « positif ».

Pour le football haïtien, le travail s’est concentré sur la reconstruction et le développement du Centre FIFA Goal de Croix-des-Bouquets, situé à une dizaine de kilomètres de la capitale. Ici, va être construit le nouveau siège de la fédération, des nouveaux bâtiments, et un nouveau terrain artificiel. Il s’agissait également d’ouvrir une école, dans l’optique de développer la formation des jeunes au sein du centre. Un projet réalisé en 2012, avec le concours d’une télévision allemande (Sat.1), qui avait organisé un match caritatif suite au séisme, et de la FIFA.

Aujourd’hui, ce centre accueille plusieurs centaines de jeunes (filles et garçons), et a servi de matrice pour l’émergence des joueuses qui sont allées chercher cette qualification en Coupe du Monde U20.

Les jeunes prises en charge à Croix-des-Bouquets vivent dans le centre, et ne reviennent dans leur famille que l’été, ou via des visites ponctuelles. Une prise en charge complète même avec des moyens modestes, condition sine qua none dans un pays où la grande pauvreté de nombreuses familles est un frein pour celles qui veulent s’engager dans le football.

 

 

 

L’exemple de la capitaine

Avant de rejoindre Montpellier, Nérilia Mondésir faisait par exemple partie du petit monde de la Croix-des-Bouquets. Son départ avait d’ailleurs donné lieu à une émouvante vidéo où on la voyait accompagnée de toutes ses coéquipières à la sortie du centre.

A l’instar de la capitaine des U20 haïtiennes, partir, représente pour beaucoup de joueuses, la prochaine étape, avec pourquoi pas la Coupe du Monde de cet été comme tremplin. Le président de la fédération haïtienne le dit d’ailleurs sans détour : « Partir » est presque « obligatoire pour progresser ». Si aujourd’hui, les yeux se tournent vers la France, où plusieurs joueuses dans le sillage de « Nérigol » cherche à rallier l’Hexagone, c’est d’abord vers les États-Unis que les espoirs s’étaient fondés.

Entre 2012 et 2017, c’était Shek Borkowski qui dirigeait la sélection haïtienne. En parallèle, le sélectionneur polonais coachait également le FC Indiana aux États-Unis, incorporant de nombreuses internationales haïtiennes au sein de son équipe pour des périodes de quelques mois par an.

Portée à bout de bras par Borkowski, l’initiative a tenu quelques temps, avant de tourner court sous le poids combiné des problèmes d’argent, de visas, d’adaptation au système scolaire américain, ou encore la barrière de la langue.

Couvertes d’honneur et de cadeaux

Fragile dans ses fondations, le football féminin haïtien veut s’ouvrir au monde pour permettre à ses meilleurs éléments de continuer à progresser vers le plus haut niveau. À titre d'exemple, une partie des dépenses pour parvenir à se qualifier en France a été prise en charge grâce à des fonds de la FIFA. Autre signe de cette difficulté, le centre de Croix-des-Bouquets accueille des internationales ayant atteint la vingtaine alors que le programme était au départ prévu pour des joueuses jusqu’à l’âge de 17 ans.

L’enthousiasme provoqué par cette qualification historique a aussi été proche de faire chavirer la sélection U20. Extrêmement sollicitées ces derniers mois, les joueuses haïtiennes ont été reçues par le président Jovenel Moïse, au parlement, et un peu partout dans le pays pour de multiples cérémonies de félicitations.

Elles se sont même vues offrir de multiples cadeaux, ordinateurs portables, des comptes en banque ou encore la proposition de construire une maison pour chacune des joueuses ayant participé à la qualification des U20 pour ce Mondial en France. Au total, cela représenterait une trentaine de maisons, conçues pour accueillir les joueuses et leurs familles, meublées et avec le minimum de confort. Une promesse faite par une société publique chargées des logements sociaux (EPPLS), avec les premiers logements censés être construits cet été.

 Garder les pieds sur terre

De manière plus discrète, cette qualification a participé à faire bouger les mentalités, y compris dans les familles des joueuses comme nous le raconte Nerloude Nicolas, attaquante haïtienne, dont la mère était au départ contre qu’elle pratique le football.

Toutes ces accolades et ces honneurs les ont éloignées des terrains et des exigences du haut-niveau (alimentation, sommeil...), au regret des joueuses elles-mêmes. Cela pourrait expliquer en partie les mauvais résultats d’Haïti lors de la Sud Ladies Cup au mois de juin. Trois défaites sèches face à la France, l’Allemagne et les États-Unis, alors que les joueuses étaient en phase de reprise tandis que d'autres étaient mobilisées pour la Coupe de la CONCACAF chez les U17.

Même si pour Marc Collat, cette contre-performance peut faire office de réveil, le sélectionneur français des U20 haïtiennes estime aussi que le travail reste important sur le plan mental. Pour lui, les joueuses doivent rester dans une optique de travail, ne pas se reposer sur ses lauriers ou surestimer ses qualités.

Le staff de l’équipe A masculine au service des U20

C'est un aspect qui pourrait être déterminant, là où le sélectionneur estime que sur le plan athlétique, ses joueuses sont au moins au niveau du mois janvier lorsqu’elle s’étaient qualifiées pour le Mondial. Quelques unes des joueuses ont également évoqué le travail sur les aspects défensifs, thème sur lequel le coach a insisté lors des entraînements.

Pour Marc Collat, cette mission a un caractère spécial car il a été au départ embauché pour diriger l’équipe A masculine. Il s’est retrouvé à prendre en charge les U20 haïtiennes dans l’urgence pour le dernier tour de qualification. Un choix qui a porté chance en janvier dernier, et c’est désormais le staff de l’équipe A masculine qui est mobilisé pour préparer cette Coupe du Monde U20 !

Le travail se poursuit donc pour une sélection U20 haïtienne qui a passé de longues semaines en France, depuis la fin du mois de mai. Un choix fait pour éviter les coûts supplémentaires représentés par des allers-retours en avion après la Sud Ladies Cup début juin. À quelques jours du Mondial, les Grenadières restent convaincues de pouvoir réaliser un exploit avec un premier rendez-vous le 6 août face à la Chine.

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)