Reprise au score à quelques minutes de la fin de la prolongation par une Russie accrocheuse, la Croatie a décroché son billet pour le dernier carré à l'issue de la séance des tirs au but (2-2 a.p.,4 tab 3). Comme en huitièmes.

La leçon : vingt ans plus tard, la Croatie retrouve le dernier carré

Même si elle a souffert dans l'ensemble, la Croatie a fini par assurer l'essentiel face à une solide équipe de Russie : se qualifier pour la demi-finale de la Coupe du monde, une première pour elle depuis 1998 (2-2 a.p., 4 tab 3). Flamboyante en phase de poules (trois victoires, sept buts marqués, un seul encaissé), la formation de Zlatko Dalic avait déjà montré un visage moins convaincant contre le Danemark, en huitièmes (1-1 a.p., 3 tab 2). Et c'est bien ce dernier qu'elle a de nouveau affiché face au pays hôte. Brouillons dans leurs intentions et particulièrement perturbés par la solidité du bloc adverse, Subasic et les siens n'ont jamais vraiment réussi à emballer la rencontre. Ils ont eu beau avoir la maîtrise du ballon, ils ont (trop ?) souvent cherché quoi en faire.

Bien en place tactiquement, la Russie a tenté de son côté de faire mal en contre. Et les coéquipiers de Golovine se sont même permis d'ouvrir la marque, sur un bijou de frappe enroulée en pleine lucarne de Cherichev (31e). Son quatrième but dans la compétition... Heureusement pour elle, la Croatie a pu profiter d'un trou total de la défense adverse pour égaliser peu de temps après, par Kramaric, sur un centre parfait de Mandzukic (39e). Puis plus grand-chose à se mettre sous la dent jusqu'à une nouvelle grosse mésentente au sein de la défense locale, et une sortie complètement manquée d'Akinfeev, qui a permis à Perisic de se retrouver seul à six mètres du but. Mais l'ancien Sochalien trouvait le poteau (59e). Direction la prolongation. Le moment choisi par Domagoj Vida pour redonner l'avantage aux siens, d'une tête vicieuse suite à un corner (101e). Mais la Russie n'abdique jamais. D'une tête décroisée parfaite à cinq minutes du coup de sifflet final, Mario Fernandes a offert à ses vaillants coéquipiers une séance de tirs au but toujours indécise. Malheureusement pour lui, le Brésilien d'origine a totalement manqué sa tentative en frappant à côté, laissant à la Croatie le soin de prendre rendez-vous avec l'Angleterre mercredi prochain, pour une place en finale.

Le gagnant : Luka Modric est bien le patron

Comme face au Nigeria en phase de poules, Zlatko Dalic avait décidé de faire descendre Luka Modric d'un cran dans son 4-2-3-1 de départ pour faire place à Kramaric en soutien de Madzukic. Résultat, le Madrilène s'est retrouvé dans l'entrejeu aux côtés d'Ivan Rakitic. Pour un rendu assez flou, le maître à jouer croate se retrouvant bien trop bas sur le terrain pour faire des différences et être ce numéro 10 qu'on aimait voir depuis le début du tournoi. Dépassé par la vitesse russe sur l'ouverture du score, Modric a véritablement peiné dans le premier acte, ne sachant pas vraiment où se positionner pour ne pas déséquilibrer son équipe. On ne le reconnaissait tout simplement pas. Dalic l'a bien compris et a rectifié le tir à la pause. Et la partie de Modric a complètement changé. Le Madrilène est redevenu le véritable maestro et le métronome de son équipe. Un petit délice. Et c'est aussi de sa patte droite, sur corner, qu'est venu le deuxième but de Vida dans la prolongation. Même s'il a quelque peu tremblé sur sa tentative, le ballon touchant le poteau avant de rentrer de l'autre côté, le milieu du Real a également répondu présent lors de la séance des tirs au but. Un vrai match de patron. Avec un Modric à ce niveau, la Croatie a forcément son mot à dire pour le titre final.

Le perdant : Mario Fernandes, héros puis zéro

Il a eu l'immense mérite de sauver son triste match en arrachant l'égalisation pour les siens, d'une tête rageuse en toute fin de prolongation. Mais le défenseur du CSKA Moscou a quasiment tout gâché dans la foulée lors de la séance des tirs au but. Pour la troisième tentative des siens, et après l'échec de Smolov, il s'est totalement manqué en envoyant le ballon à côté du cadre après une course aussi surprenante que pénalisante pour lui et les siens. Même si la Russie quitte son Mondial la tête haute, la sienne risque d'être hantée encore quelques mois par ce tir peu orthodoxe.

Bruno Rodrigues

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)