Le Brésil verra bien les quarts de finale. Mais cela n'a pas été une partie de plaisir face au Mexique de Lozano. La Seleçao s'en est remise à Neymar, buteur et décisif sur la réalisation de Firmino (2-0). Les Sud-Américains affronteront la Belgique ou le Japon vendredi prochain. Mais il faudra sûrement en montrer beaucoup plus.

La leçon : Le Brésil a pris de vitesse le Mexique

Pour la septième fois de suite dans l'histoire de la compétition, le Brésil disputera un quart de finale de Coupe du monde. Depuis 1994, la Seleçao n'a en effet jamais connu d'élimination plus précoce. À Samara, le Brésil n'a pas eu une partie facile pour s'offrir un nouveau quart. Face à un Mexique séduisant et qui méritait sûrement mieux, la formation sud-américaine a pris le dessus notamment grâce à une vitesse très souvent dévastatrice. Willian, enfin auteur d'un excellent match dans ce Mondial, a par exemple pris le dessus régulièrement. En seconde période, un Mexique plus emprunté physiquement, a trop subi les assauts de Brésiliens lancés à pleine vitesse. Voilà comment Neymar et Willian se sont joués des défenseurs d'El Tri pour ouvrir la marque (1-0, 51e, voir ci-dessous).

Le Brésil n'a pas encore complètement convaincu.

Derrière, plusieurs mauvais choix pénalisaient les Mexicains dans leurs rêves d'égalisation. Eux qui avaient clairement laissé passer leur chance lors d'un premier acte accompli et même enthousiasmant (voir ci-dessous). Il leur a manqué de jus pour voir encore plus grand. Surtout que Firmino, à deux minutes de la fin, mettait fin au suspense après une nouvelle action décisive de Neymar (2-0, 88e). Le Mexique sort donc de ce Mondial avec les honneurs. Quant au Brésil, s'il a su utiliser la fatigue de son adversaire, il n'a pas non plus réussi à convaincre à 100%. Comme beaucoup d'équipes dans ce Mondial.

Le gagnant : Neymar a fait mal

Comme sa sélection, il a été absent des débats en début de rencontre. Avant d'entrer petit à petit dans son match avec cette frappe sur la gauche après avoir mystifié Alvarez (25e). Son coup franc direct passait ensuite au-dessus (40e). Mais c'est bien lui qui débloquait une situation pas vraiment évidente six minutes après la reprise. En déboulant aux abords de la surface, l'attaquant du PSG emmenait trois défenseurs adverses avec lui, talonnait pour Willian, qui, en centrant, lui rendait pour le but dans les cages vides (1-0, 51e). Une délivrance pour la Seleçao, et un deuxième but pour Neymar dans cette compétition. Si le Mexique espérait encore, l'ancien du Barça était à l'origine du second but qui pliait l'affaire. Lancé par Fernandinho, Neymar voyait son tir être dévié par le solide Ochoa, mais Firmino suivait bien (2-0, 88e). Une excellente prestation dans un match qui compte pour un Neymar une nouvelle fois énormément ciblé par ses adversaires et qui s'est retrouvé par terre à de nombreuses reprises.

Le perdant : El Tri a tout donné, avant de flancher

L'élimination du Mexique dès les huitièmes de finale va sans aucun doute faire des déçus chez les amateurs de football. Par sa fougue et sa grinta, El Tri aura été à la hauteur dans cette Coupe du monde. La bande de Chicharito pourra sûrement regretter d'être passée au travers face à la Suède (0-3) en poules. Un lourd revers synonyme de deuxième place et donc de huitième face au Brésil, quand les Scandinaves héritaient de la Suisse. Mais au regard de la physionomie de la partie, face à la Seleçao, les regrets pourront être nombreux. Surtout au sein d'une première période où les Mexicains auraient dû faire fructifier leur domination. Paulinho et consorts étaient dépassés et incapables de mettre le pied sur le ballon pendant les vingt-cinq premières minutes. La bonne agressivité des Calcedo, Alvarez ou Ayala faisait penser qu'un nouveau séisme pouvait avoir lieu dans ce Mondial. Mais le score restait à 0-0, et la débauche d'énergie coûtait cher au Mexique au fur et à mesure du match. Avec le but de Neymar, mais surtout de plus en plus de désorganisation dans leurs trente derniers mètres. Un manque de lucidité qui se traduisait également de l'autre côté du terrain par de nombreux mauvais choix en contre à l'image de Gallardo (50e) ou Lozano (61e). Pour, au final, un petit tir cadré en quatorze tentatives. Rageant pour un Mexique qu'on a déjà hâte de revoir.

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)