Au bord de l'élimination à la mi-temps (0-1), l'Allemagne a attendu les dernières secondes du temps additionnel pour prendre le dessus sur la Suède (2-1) samedi, à 10 contre 11. Le champion du monde en titre reste en course pour les huitièmes de finale.

Après son entrée en lice cauchemardesque contre le Mexique (0-1), dimanche dernier, après six jours de doute, de questions et de tension, l'Allemagne se devait de battre la Suède pour se relancer dans la course aux huitièmes de finale : menacé d'élimination à la mi-temps (0-1), le champion du monde est allé chercher sa première victoire au bout du suspense (2-1), à 10 contre 11.

Il aura fallu attendre les dernières secondes du temps additionnel pour voir la Nationalmannschaft prendre l'avantage pour la première fois dans ce Mondial, enfin récompensée de ses efforts (71% de possession, 16 tirs) sur une merveille de frappe enroulée de Kroos (90e+5, 2-1), fautif sur l'ouverture du score de Toivonen (32e, 0-1) en première période.

À défaut de lever les interrogations sur son potentiel réel, cette Allemagne «new look», sans Hummels (torticolis), Khedira ni Özil, a retrouvé un élan collectif à Sotchi (122 passes à... six après 10 minutes), encore maladroite mais plus volontaire, plus digne de son statut. La sortie sur blessure de Rudy (31e), l'un des bénéficiaires du turnover opéré par son sélectionneur, l'a freinée dans son élan en première période, au point même de se laisser surprendre dans la foulée (32e, 0-1), mais elle aura bien son destin entre ses mains mercredi, contre la Corée du Sud (16h00).

 

C'est Marco Reus, lui aussi propulsé dans le onze après la piètre performance d'Özil contre le Mexique, qui a égalisé au retour des vestiaires, du genou, sur un centre de Werner (48e, 1-1). Les entrées de Mario Gomez (46e), passeur décisif, et plus tard de Brandt (87e), ont fait du bien aux Allemands, qui n'ont pas souffert de l'expulsion de Boateng (82e, deuxième jaune) mais ont longtemps buté sur une défense héroïque et un gardien en état de grâce (six arrêts) en seconde période : décisif sur une tête du même Gomez (88e), sauvé par son poteau sur une demi-volée tendue de Brandt (90e+2), Olsen a donc fini par s'incliner face à Kroos, héros d'une soirée qui restera longtemps gravée dans les esprits des supporters allemands.

Le joueur : Reus, la délivrance

Maudit en sélection depuis le début de sa carrière, privé d'une Coupe du monde (2014) et d'un Euro (2016) sur blessure, Marco Reus a pris une revanche éclatante à Sotchi, buteur au retour des vestiaires puis impliqué dans la combinaison sur le coup franc inscrit par Kroos. Préféré à Özil, l'ailier de Dortmund (29 ans) a beaucoup donné et aurait même pu s'offrir un doublé s'il avait été plus en réussite sur sa tentative de talonnade à l'heure de jeu (60e). Il a été élu homme du match.

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)