La Belgique est qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde. Et de (très) belle manière. La bande d'un Romelu Lukaku et d'un Eden Hazard tous les deux auteurs d'un doublé a dominé la Tunisie (5-2).
La leçon : Lukaku et la Belgique sont en grande forme

Merci pour le spectacle, Messieurs ! Ce Belgique-Tunisie restera en effet comme l'un des matches les plus plaisants de cette Coupe du monde 2018. Avec, au final, une large victoire des Belges qui ont puni leurs adversaires à la moindre hésitation. C'est ainsi que Maaloul, par exemple (voir ci-dessous), a vécu un calvaire en première période. La Belgique virait très vite devant avec un penalty sifflé en faveur de Hazard, déséquilibré par Syam Ben Youssef à la limite de la surface de réparation (la vidéo a confirmé la décision de Monsieur Marrufo). L'attaquant de Chelsea transformait (1-0, 7e). De buteur à passeur décisif, l'ancien Lillois servait Lukaku sur un plateau dans la surface (2-0, 16e). Pourtant, la Tunisie croyait toujours en ses chances en revenant très rapidement au score sur une tête de Bronn après un coup franc de Khazri (2-1, 18e). Le malheureux Bronn se blessait d'ailleurs juste derrière (23e).

Romelu Lukaku rejoint Cristiano Ronaldo en tête du classement des meilleurs buteurs.

Et si les hommes de Nabil Maaloul tenaient bon, le but d'un Lukaku chirurgical et intraitable dans les arrêts de jeu de la première période (3-1, 45e+2) était décisif pour la suite de la rencontre. L'occasion pour l'attaquant de Manchester United de pointer à quatre buts en deux rencontres et de rejoindre Cristiano Ronaldo en tête du classement des buteurs de ce Mondial.

Pas abattus, Khazri et consorts poussaient très vite après le repos avec par exemple ce sauvetage décisif de Vertonghen devant Khaoui (49e). Mais puisque la Belgique avait décidé d'être réaliste et impitoyable, Hazard ajoutait un quatrième but après une superbe ouverture de De Bruyne, et une erreur de placement de Benalouane (4-1, 51e). De suspense, il n'y avait plus. Derrière, Roberto Martinez faisait tourner avec les sorties rapides du duo Lukaku-Hazard pour offrir du temps de jeu à Fellaini et Batshuayi. Ce dernier avait d'ailleurs trois situations très chaudes : Meriah sauvait sa première tentative sur sa ligne (76e) avant que l'ancien de l'OM ne fracasse la barre de très près (80e) puis de voir Ben Mustapha effectuer un arrêt réflexe sur une volée (81e). Il s'accrochait et finissait par planter à une minute de la fin d'une reprise du gauche après un centre parfait de Tielemans, entré en jeu (5-1, 89e). Avant de vendanger une nouvelle occasion, seul face au portier tunisien (90e+2). Le score aurait donc pu être encore plus large... surtout que Khazri sauvait l'honneur au bout des arrêts de jeu sur un service de Naguez (5-2, 90e+4). Si elle doit encore revoir certains placements et replis défensifs (Khazri, notamment en première période, s'est par exemple baladé trop facilement), la Belgique se qualifie pour les huitièmes de finale en faisant le plein de confiance. Tout le contraire d'une valeureuse Tunisie quasiment éliminée et qui tentera de sauver l'honneur lors du dernier match face au Panama.

Le gagnant : Le jeu offensif belge fait des dégâts

Huit buts en deux matches. Alors, ok, l'équipe de Belgique n'a pas affronté les plus grandes nations mondiales, ni des blocs défensifs sans faille face au Panama et à la Tunisie, mais dans son animation offensive, les diables rouges font sûrement la meilleure impression depuis ce début de Mondial. Face aux Aigles de Carthage, l'impression a été encore plus forte que devant les Panaméens. La défense tunisienne a bien été naïve sur plusieurs situations, mais quand Hazard, De Bruyne, Witsel, Meunier et Lukaku s'y mettent tous ensemble, et de très belle manière, ça fait énormément de dégâts. De là à imaginer que cette Belgique peut enfin signer la performance tant attendue dans un tournoi majeur ? Elle a en tout cas envoyé un sérieux message à la concurrence...

Le perdant : Ali Maaloul a été dans tous les (mauvais) coups

Tout s'est véritablement joué en première période au cours de ce bon Belgique-Tunisie. Et si on avait d'abord ciblé Syam Ben Youssef (sorti blessé, 41e) parmi nos perdants, l'ancien défenseur de Caen étant fautif sur le penalty de Hazard et en laissant trop d'espaces à Lukaku sur le deuxième but, on ne peut pas passer à côté de la prestation très faible d'Ali Maaloul. Son équipe ayant pris un premier coup sur la tête avec l'ouverture du score rapide, Maaloul offrait un second cadeau très rapide à Hazard en perdant un ballon facile à quarante mètres de ses buts. Avec la vitesse belge, ça faisait des dégâts pour le 2-0. Et alors que la Tunisie tenait le choc à 2-1, en voulant sauver une touche, le même Maaloul rendait le ballon à Meunier qui, après un appui sur De Bruyne, offrait le but du break à Lukaku à quelques secondes de la mi-temps. Le tournant.

Timothé Crépin

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)