Samyr Lainé, athlète haïtienSamyr Lainé, meilleur athlète haïtien en triple saut qui a atteint en août 2012 la finale aux JO de Londres et en août 2013 la finale au Mondial d’athlétisme à Moscou,  a accepté de répondre nos questions sur les compétitions qu’il a disputées et sur son objectif pour les années à venir.

 

Samyr Lainé, athlète haïtienSamyr Lainé, meilleur athlète haïtien en triple saut qui a atteint en août 2012 la finale aux JO de Londres et en août 2013 la finale au Mondial d’athlétisme à Moscou,  a accepté de répondre nos questions sur les compétitions qu’il a disputées et sur son objectif pour les années à venir.

 

Infohaiti.net : En août 2012, lors des JO de Londres et en août 2013, lors des Mondiaux de Moscou, vous avez atteint la finale et vous avez terminé en 11e position de ces deux compétitions. Etes-vous satisfait de votre parcours à ces jeux ?

Samyr Lainé :Au moment, et même quelque temps après, je n'étais pas satisfait du tout. Il est toujours un succès quand vous pouvez avancer à la finale d'une compétition mondiale. Mais je peux vous affirmer que je suis mieux préparé que mon résultat final a montré. Pour répondre directement à votre question, je me sens comme si j'avais perdu une occasion de faire quelque chose de très spécial pour Haïti. Ces deux résultats vont m’aider à être plus performant pour les autres compétitions.

Infohaiti.net : Si on vous demande, quelle est la raison qui vous empêche de monter sur le podium, vous répondrez quoi ?

S.L. :C'était ma faute. J'ai eu deux sauts où j'ai couru passé la planche qui aurait été assez bon pour au moins la 5e place. Il ya certaines choses qui auraient pu aider à s'assurer que j'étais mieux préparé mais ce sont des questions distinctes sur le sujet de l'appui institutionnel qui est toujours un problème.

Infohaiti.net :Quel est votre classement actuel dans le classement mondial ?

S.L. :Je suis actuellement 7e au classement mondial. Vous pouvez visiter ce link pour confirmation. (http://www.tilastopaja.org/db/topevent.php?Season=2013&Ind=0&sex=1&event=340&top=20&All=0).

Infohaiti.net :À part ces jeux, avez-vous d’autres activités à honorer pour le dernier trimestre de l’année 2013?

S.L. :Les Jeux de la Francophonie sont ma dernière compétition de la saison. Par contre, avant d’aborder la saison de 2014, je vais consacrer mon temps libre pour ma fondation afin que nous puissions commencer à aider les enfants très bientôt. À part cela, je vais planifier pour voir comment je peux m’améliorer pendant les années 2014, 2015 et 2016.

 Infohaiti.net :Après votre participation aux JO de Londres, vous avez dit que votre objectif sera les JO de Rio. Nourrissez-vous toujours  cette même ambition ?

S.L. :Oui, pour l'instant Rio est encore un objectif à long terme pour moi. Il ya d'abord les Jeux de la francophonie, les Championnats du monde en salle mars 2014 puis les championnats du monde et les Jeux panaméricains en 2015. Certes, Rio est le plus important et il est toujours dans le dos de mon esprit, mais je tiens à prendre une tâche à la fois.

Infohaiti.net :On se souvient que vous aviez écrit une lettre en octobre 2012 pour dénoncer le refus du gouvernement haïtien vis-à-vis de votre appel concernant l’aide que vous avez sollicitée. Nous aimerions savoir si rien n’a été fait à ce sujet ?

S.L. :Absolument rien n'a été fait jusqu'à récemment, lorsque la MJSAC a fourni une aide pour se préparer aux Jeux de la francophonie. En ce qui concerne l'aide à la formation sur une base quotidienne et se prépare à être le meilleur dans le monde, qui est introuvable. J'avais parlé avec l’ex-secrétaire d’état à la jeunesse Franscener Thelusma une fois et puis jamais rien entendu de nouveau de lui ou quelqu'un d'autre. Je crois que le monde de l'entreprise d'Haïti est tout autant à blâmer que le gouvernement parce que ce n'est pas nécessairement le travail du gouvernement pour soutenir les athlètes quand il ya d'autres travaux plus importants à faire. Mais le succès que les autres îles ont, c'est à cause de l'appui des entreprises et de leur gouvernement. Par exemple, ces gouvernements donnent aux athlètes pas moins de 3 000 $ par mois et les entreprises fournissent également des parrainages.

 

Je ne suis plus préoccupé par le bien. Je vais réussir, peu importe parce qu'il s'agit d'Haïti. J'ai beaucoup de fans et supporters qui m'aident tous les jours avec leurs encouragements et leur soutien afin que nous gagnerons tous ensemble.

 

Infohaiti.net : Maintenant, voulez-vous parler un peu de votre Fondation. Quelles sont les activités que vous avez déjà entreprises pour les enfants d’Haïti ? Et vos perspectives ?

 

S.L. :Actuellement, nous sommes presque finis avec la version française de notre site Web (Anglais: www.jumpforhaitifoundation.org). Nous allons commencer la collecte de fonds à l'automne, puis créer des partenariats avec des écoles et des orphelinats pour commencer à travailler avec les enfants, leur enseigner le sport et vraiment leur développement vers de grands athlètes et les dirigeants. Finalement, nous allons accueillir des compétitions et des camps et également parrainer des équipes d'enfants qui iront dans des compétitions internationales afin de pallier les difficultés financières que les équipes confrontaient dans le passé. Je suis très heureux avec le progrès et le travail qui est fait dans les coulisses en ce moment et je suis encore plus excité pour vraiment commencer à travailler bientôt.

 

Propos recueillis par Gérald Bordes

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)