Lionel MessiMessi a scellé le match amical Argentine-Brésil (4-3) du 9 juin au Metlife Stadium de Meadolands, New-Jersey.
L’une ou l’autre des deux superpuissances sud-américaines aurait pu gagner le match amical du 9 juin au Metlife Stadium de New-Jersey, n’étaient les coups de Lionel Messi : trois buts personnels sur un total de 4 marqués par son équipe, le quatrième but argentin étant l’œuvre du défenseur Frederico Fernandez sur un corner de Kun Aguerro entré à la place d’Higuain, lui-même auteur de la passe au cœur de la défense du Brésil qui permit à Messi de répondre au premier but du Brésil marqué par Romulo à la réception d’un coup franc de Neymar.

Lionel MessiMessi a scellé le match amical Argentine-Brésil (4-3) du 9 juin au Metlife Stadium de Meadolands, New-Jersey.
L’une ou l’autre des deux superpuissances sud-américaines aurait pu gagner le match amical du 9 juin au Metlife Stadium de New-Jersey, n’étaient les coups de Lionel Messi : trois buts personnels sur un total de 4 marqués par son équipe, le quatrième but argentin étant l’œuvre du défenseur Frederico Fernandez sur un corner de Kun Aguerro entré à la place d’Higuain, lui-même auteur de la passe au cœur de la défense du Brésil qui permit à Messi de répondre au premier but du Brésil marqué par Romulo à la réception d’un coup franc de Neymar.
C’est encore Messi qui sortit victorieux d’un face à face avec Rafael, le portier du Brésil, après un une-deux avec, cette fois, Di Maria (2-1 pour l’Argentine). Le Brésil égalisa 2-2 par par Oscar qui avait su mettre à profit un mauvais renvoi de Garay pour solliciter un une-deux avec Damiao qui le mit en face de Romero. Sa pichenette fut parfaite. Neymar n’a jamais pu, dans le jeu, terminer avec bonheur les actions dangereuses qu’il a entamées. En revanche, il fut efficace sur les balles arrêtées. En plus du coup franc de l’aile droite vers l’axe qu’il avait projeté au ras du sol vers Romulo, devenu par ce fait premier buteur de la rencontre, il botta le corner que relâcha Romero. Hulk en fit ses délices en reprenant le ballon du pied gauche grâce à un sautillement plein d’élégance (3-2).

L’équipe du Brésil, composée de joueurs de moins de 23 ans, à l’exception de Marcelo, crut trop tôt en la victoire. La jeunesse a souvent tendance à croire acquis ce qui est à prendre. Fernandez se detendit tout seul pour diriger un corner de Kun Aguero sur la partie intérieure du poteau gauche brésilien (3-3).

Ce score aurait été équitable vu l’équilibre général de l’opposition. Mais depuis sept ans, un certain Lionel Messi fait la différence dans les matchs de foot auxquels il participe. Non content de ses deux buts et du score nul, pas du tout gêné d’avoir peu participé au jeu, bénéficiant aussi de la désorganisation de l’équipe brésilienne coupée en deux, donc creuse en son milieu, à la réception d’une passe banale de Zabaleta, 15 mètres seulement au-delà de la ligne médiane, dans le camp brésilien donc, et presque sur la ligne de touche, la puce n’avait que deux questions à répondre.

À celle de Marcelo, il répondit par un dribble mystifiant. Pratiquement, toute la moitié de terrain brésilienne s’étendait devant l’Argentin, une véritable piste d’aviation. Le roulage précédant le décollage, la frappe au but dans le cas de Messi, est sidérant. Juan, l’épais arrière central brésilien, s’oppose au décollage, donc à la frappe : deuxième question. Une petite bifurcation qui éloigne le défenseur de 50 centimètres et retarde son action d’impact d’1/10e de second. La suite: une frappe enroulée surpuissante des 23 mètres, du gauche naturellement, produit l’illusion d’optique de la cage de Raphael agrandie et de la détente du gardien chimérique. Un masterpiece.

Subjugués par tant d’adresse, certains des fans brésiliens se firent le devoir de mêler leurs applaudissements à  ceux des Argentins pour ceindre d’une couronne de lauriers celui que les siens refusent encore de reconnaître comme leur « Messie ». Les 82.000 spectateurs pouvaient rentrer à la maison en paix. Victoire pour les uns, défaite honorable pour les autres, sept buts pour tous, l’infini plaisir de voir ou revoir Lionel Messi.       

Patrice Dumont

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)