Dans une interview accordée au quotidien sportif madrilène Marca, Cesar Luis Menotti a déclaré « qu’il n’existe pas de parade au jeu du Barça ».  Le technicien argentin se trompe d’un poil : l’antidote du beau jeu en football est le beau jeu. C’est ce que les Basques d’Athletic Bilbao ont prouvé dimanche soir dans leur cathédrale de San Mames bénie par des eaux tombées du Ciel depuis deux jours et durant le match.

Dans une interview accordée au quotidien sportif madrilène Marca, Cesar Luis Menotti a déclaré « qu’il n’existe pas de parade au jeu du Barça ».  Le technicien argentin se trompe d’un poil : l’antidote du beau jeu en football est le beau jeu. C’est ce que les Basques d’Athletic Bilbao ont prouvé dimanche soir dans leur cathédrale de San Mames bénie par des eaux tombées du Ciel depuis deux jours et durant le match.

À la circulation du ballon intense et pure de Barcelone agrémentées des envolées de Lionel Messi, Bilbao oppose une compacité de groupe, un goûter du ballon moins affiné, certes, qu’il l’est dans l’autre camp, mais assez consistant pour au bout du compte, en y ajoutant un engagement physique réciproque de tous les instants,  enregistrer un match à inscrire en lettres d’or dans l’histoire de la Liga.

Le terrain de San Mames doit être le mieux drainé du monde s’il a pu boire tout ce déluge sans contrarier en 1e mi-temps la course du ballon. Les joueurs restent debout malgré détentes,  accélérations en zigzag et accrochages… Il favorise aussi de très beaux tacles, mais cède à la 19e minute sous les crampons de Mascherano qui glisse et ne peut même pas faucher Susaeta qui centre vers Ander Herrera, qui apprivoise la sphère avant de battre Valdez, dont l’horizon était légèrement bouché par Busquets et Piqué, mais assez durablement pour lui imposer un retard d’un millième de seconde dans son envol vers le ballon qui, comme téléguidé, s’en va secouer le coin gauche du filet frémissant de bonheur (1-0).

Barcelone possède un peu plus le ballon, mais ce n’est guère dans les 30 mètres adverses, ballotant l’adversaire à sa convenance comme il le fait trop souvent. Une vraie bataille d’hommes où les 195 centimètres et 88 kg de Llorente posent de grandes difficultés à Piqué et consorts de la défense barcelonaise, une vraie bataille tactique où les deux équipes s’appliquent à occuper très haut le terrain, une vraie bataille technique où les conditions environnementales et humaines irritantes n’empêchent ni l’un ni l’autre de bien tripoter le ballon. Illustration : une touche basque non loin du poteau de corner droit local est récupérée par Barcelone dans un mouchoir où s’entremêlent Basques et Barcelonais; quatre passes courtes et vives mettent Abidal en position de centrer pour la tête de Fabregas qui marque (23e, 1-1).  Le coup de rein d’Abidal pour un centre si long était au bord de la rupture ; la détente et le coup de tête de Fabregas aussi rageurs qu’un catapulte.

On croit que Muniain va marquer le second but basque quand il reçoit une merveilleuse passe d’Ander Herrera au travers de la défense blaugrana, mais sa frappe un peu écrasée trouve Valdez ferme sur ses appuis. Le coup de sifflet de la 45e minute soulage tout le monde d’une overdose de bonheur.

Le labourage du terrain détrempé par quarante chaussures à crampons extrêmement actives, et quatre plus ou moins passives, diminue sa capacité d’absorption. Il augmente du coup l’intensité dramatique comme dans un film à suspense sans répit. Là c’est du réel. La moitié de terrain de l’Athletic est donc franchement nappée d’eau, les travaux d’approche barcelonais plus rudes à se réaliser. Iniesta ne peut par exemple profiter d’une rétention du ballon par la nappe pour filer vers le but ; il tente, en déséquilibre, un lob lointain qui fait les délices d’Iraizoz. Sa frappe du gauche à dix mètres du but sur un centre d’Alexis passera à côté, tout comme il n’avait pu tromper Iraizoz en 1e mi-temps (30e) quand Messi avait trouvé une fente impossible pour lui filer une passe qui l’avait mis face au gardien. Fernando Llorente se sacrifie. Il n’a de cesse de replier sur Busquets afin de polluer la sortie de balle catalane. C’est sur son pied que rebondit le ballon dégagé avec désinvolture par Abidal avant de heurter le tibia de Piqué et franchir la ligne de but barcelonaise une deuxième fois (2-1). Un coup de billard. Il ne reste que onze minutes à jouer dans le temps réglementaire.

San Mames mouillé allume tous ces cierges pour solliciter du Très Haut le plaisir et l’honneur d’être le siège de la première défaite catalane de la saison.

Et le combat continue, âpre et sublime, le danger partout et à tout moment. Messi n’ouvre pas assez le pied gauche à la sortie d’un dédoublement dans la surface de réparation adverse qui le positionne dans un angle très fermé. Et les minutes s’égrènent, et les jambes, par trop d’efforts consentis, commencent à s’alourdir, et les esprits s’embrument par tant de pression qui leur viennent des gradins et de la perspective d’une victoire capitale ou d’une défaite décisive pour le titre que verrait poindre, doté de quatre points d’avance, un certain Real Madrid, atomiseur d’Osasuna huit heures auparavant, 7 buts à 1. Dominguez remplace Llorente qui a droit à l’ovation de San Mames. Amorebieta prend un second carton jaune : expulsion. Iraizoz reprendrait peut-être un ballon d’Iniesta, mal négocié sur passe de Messi, qu’il a relâché parce que gêné par un coéquipier nerveux, mais Itturaspe, crispé, dégage mal. Messi, lucide, ajuste le plat de son pied gauche dans le ballon en déshérence et marque des 15 mètres dans le coin gauche du but basque à travers une forêt de jambes (90+2, 2-2).

Les vœux de San Mames n’ont pas été exaucés. Il s’en fallut de très peu. Bilbao n’en est pas moins content et fier d’un spectacle aux éclats divers que ses protégés ont offerts en compagnie de la plus grande société de spectacles footballistiques en Europe depuis ces cinq dernières années. L’ « Hymne à la joie » de Beethoven a un équivalent en football : Athletic Bilbao-F.C Barcelone du 6 novembre 2011.      

Patrice Dumont

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)