Imprimer
Catégorie : Sports
Affichages : 2369

Kimberly François du Cavaly de LéoganeSamedi, sur penalty de dernière minute, 300 spectateurs environ ont vu le Cavaly  l’emporter (1-0) contre l’Aigle Noir pourtant dominateur de ce match de la 3e journée. La vingtaine de Léogânais groupée dans la tribune officielle de Sylvio Cator a tout de suite compris que leur équipe allait vivre un match éprouvant tant les aigle-noiristes ont paru maîtriser leur sujet, quand dans le même temps les leurs balbutiaient un football insipide.

Kimberly François du Cavaly de LéoganeSamedi, sur penalty de dernière minute, 300 spectateurs environ ont vu le Cavaly  l’emporter (1-0) contre l’Aigle Noir pourtant dominateur de ce match de la 3e journée.
La vingtaine de Léogânais groupée dans la tribune officielle de Sylvio Cator a tout de suite compris que leur équipe allait vivre un match éprouvant tant les aigle-noiristes ont paru maîtriser leur sujet, quand dans le même temps les leurs balbutiaient un football insipide.
Le ballon circulait autant qu’on peut l’espérer ces derniers temps sur un terrain de football en Haïti, grâce surtout à Johnny Joseph, Horat, Desrosiers qui bousculaient le milieu de terrain du Cavaly où seul émergeait Adlet Mardy, « trahi » par Pierrot, James Joseph, Lems Lanéus, en perdition tactique dans cette zone stratégique, tandis que Peterson Jean, chargé d’animer les intentions offensives, en était réduit à des raids solitaires sans espoir de succès, et que Kimberly François, fantomatique, âme en peine, tentait quelquefois, mais en vain malgré sa taille, à dévier de la tête vers un partenaire toujours introuvable.

Delsa et, surtout, Hérode, dans les couloirs de l’Aigle, pouvaient alors se rendre disponibles pour pistonner et centrer souvent vers l’avant-centre Montilas que contraient avec efficacité Sonthonax Foreste et Jude Lanéus, arrières centraux. Et quand l’attaque bélairienne passait par l’axe, s’étalait au grand jour la faiblesse organisationnelle du Cavaly dont les latéraux, trop soucieux de leurs adversaires directs, abandonnaient les centraux à leurs misères. Celui-ci (Jude Lanéus) se fit notamment kamikaze en contrant du corps un tir de près du gauche d’Evens Prophète qui avait, deux secondes auparavant, posté Gétro Étienne à la colonne du déficit numérique (32e).

Ne croyez quand même pas que les cavalyens ne franchirent jamais la ligne médiane. James Joseph précipita quatre tirs en dehors du cadre gardé par Peterson Occénat, alors qu’il avait le choix de s’approcher du but ou de passer vers Peterson Jean ou Kimberly François aux aguets dans l’axe.

Paradoxalement, la faiblesse du Cavaly fut, dans ce match, non sa force, mais le lieu de son salut. L’Aigle Noir sentit bien la fébrilité léogânaise. Il força la note offensive, comme si quelque part il était entendu que les adversaires du jour ne pouvaient marquer le moindre but. Attaque tous azimuts : défense négligée. Saint-Hubert, entré en cours de jeu, de même que Spencer, y trouvèrent leur compte. Grégory Henry, lui aussi entrant, stabilisa l’aile gauche de la défense, bien que sur sa seule faute d’engagement Prophète eût pu (dû) marquer (77e) face, il est vrai, à un Jospi, véritable ange gardien des Rouges.

Quand on vendange de bonnes occasions, croit-on en Haïti, on s’expose au pire. L’Aigle Noir en fit l’amère expérience en toute fin de match. Kimberly François mit à profit les boulevards créés par un Aigle imprudemment gourmand pour  poursuivre un bel enchaînement en contre-attaque par un dribble aux dépens du portier Occénat, obligé alors de faucher l’attaquant en pleine surface de réparation : penalty.

François lui-même tira au milieu, alors qu’Occénat avait anticipé sur sa droite. Jusqu’alors, personne ne pouvait évaluer l’état de forme du portier aigleriste tant les initiatives cavalyennes furent faméliques.

Il n’est pas encore décidé que les hold-up sportifs soient justiciables d’aucun tribunal. Le Cavaly compte donc 7 points sur 9. Et l’Aigle Noir n’a aucun recours contre ce hold-up.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.