Imprimer
Catégorie : Sports
Affichages : 2182

Yves Jean-Bart, président de la Fédération haïtienne de footballAfin de renforcer son équipe pour les deux sorties prévues pour les 7 et 11 octobre respectivement, le sélectionneur Edson Tavares a fait appel à des expatriés.  Nous avons rencontré le président de la Fédération haïtienne de football Yves Jean-Bart à ce sujet et il a accepté de répondre à nos questions. Le 7 octobre, les Grenadiers se rendent aux Îles Vierges américaines pour se mesurer  à leur homologue des Îles Vierges américaines dans le cadre de la 3e journée des éliminatoires du Mondial 2014 du groupe F de la zone Concacaf.

Yves Jean-Bart, président de la fédérlation haïtienne de FootballAfin de renforcer son équipe pour les deux sorties prévues pour les 7 et 11 octobre respectivement, le sélectionneur Edson Tavares a fait appel à des expatriés.  Nous avons rencontré le président de la Fédération haïtienne de football Yves Jean-Bart à ce sujet et il a accepté de répondre à nos questions.

Le 7 octobre, les Grenadiers se rendent aux Îles Vierges américaines pour se mesurer  à leur homologue des Îles Vierges américaines dans le cadre de la 3e journée des éliminatoires du Mondial 2014 du groupe F de la zone Concacaf.
Le 11 octobre, ils accueilleront au stade Sylvio Cator leur homologue curaçoalais. Deux victoires permettraient aux protégés d’Edson Tavares de prendre la première place de leur groupe si Antigua et Barbuda fait un faux pas face à Curaçao ou aux Îles Vierges.  

Pour concrétiser ce rêve, le sélectionneur Tavares a renforcé son effectif d’expatriés avec trois nouvelles recrues : Frantz Bertin, Brunel Fucien et Peterson Joseph.

Réagissant à cette décision, Yves Jean-Bart, président de la Fédération haïtienne, a déclaré que ces joueurs étaient des cadres de l'équipe nationale qui n'étaient pas disponibles pour les deux premiers matches. « Ils font partie du groupe mais ils n’étaient pas présent pour nos deux premiers rendez-vous.  Brunel avait disputé les deux seuls matches amicaux disputés par la sélection avec Edson Tavares aux commandes contre le Qatar (victoire 1-0 à Doha le 17 novembre 2010) et défaite au Salvador (0-1) le 9 février 2010 à San Salvador. Bertin est le seul  à avoir  joué tous les matches de la sélection depuis 2007 dont il était d'ailleurs le capitaine. Le retour de ces trois talents très attachés à l'équipe nationale ne peut-être que bénéfique », a précisé Yves Jean-Bart.

Pour cette campagne éliminatoire, la sélection nationale n’a disputé aucune rencontre amicale et le président Jean-Bart n’est pas de cet avis. « Ce n'est pas tout à fait exact. En réalité, en plus des deux matches précités contre deux sélections nationales, nous avons fait une bonne tournée à Boston et nous avons rencontré deux bonnes sélections universitaires. D’ailleurs, certains des joueurs actuels (Céus, Donald Guerrier, Rubin Jean Garry...) avaient participé aux malheureuses éliminatoires de  la Coupe Digicel à Trinité-et-Tobago », a-t-il mentionné.

Si Haïti arrive à décrocher le seul billet pour le 3e tour, la Fédération envisage des stages pour les Grenadiers. « C'est notre projet  de passer ce 2e tour pour avoir ensuite un grand rassemblement à la fin de l'année.  Nous prévoyons de disputer des matches aux dates prévues par la Fifa  l'année prochaine. Ensuite, nous comptons réaliser un grand stage en juin 2012 quelque part en Europe avant d'entamer les matches du 3e tour contre les États-Unis, la Jamaïque et probablement le Guatemala. Tout sera alors possible dans cette aventure », a souligné l’homme fort de la Fédération haïtienne de football.

Quant à la performance des joueurs haïtiens,  Yves Jean-Bart a dit que les  deux premiers matches étaient très prometteurs tout en soulignant que nous avons  rarement fait de si bons débuts en Coupe du monde. « L'équipe est athlétique, enthousiaste avec des joueurs vraiment professionnels, des joueurs qui veulent faire quelque chose ensemble. Bref une grande marge de progression. »

M. Jean-Bart s’est félicité de constater que la Fédération avait su gagner le pari de rendre les Haïtiens heureux  dix-huit mois après la tragédie du 12 janvier. « Quand on regarde Port-au-Prince, le palais national, la cathédrale, le lycée Pétion, les tentes par-ci par-là, quand on sait que rien ou presque n'a encore été fait dans le domaine de la reconstruction, nous sommes fiers de clamer que le stade Sylvio Cator (et aussi le quartier général de la FHF) est le seul édifice à avoir été reconstruit. Le football a montré la voie à tous, celle du relèvement. Le football fait office de modèle de ce qu'on