Imprimer
Catégorie : Societe
Affichages : 930
Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, lors d’un évènement organisé au siège l’ONU à New York par l’initiative ’Chaque femme, chaque enfant’, en marge des travaux de la 60ème session de la Commission de la condition de la femme. Photo : ONU / Eskinder Debebe

1New York (15 Mars 2016) - Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exhorté mardi la communauté internationale à prendre part à l'initiative 'Chaque femme, chaque enfant' afin d'améliorer la santé et le bien-être des femmes, des enfants et des adolescents.« J'espère que nous obtiendrons de grandes promesses de soutien – et une action encore plus importante pour tenir ces promesses », a déclaré le Secrétaire général lors d'un évènement organisé au siège l'ONU, à New York, en marge des travaux de la 60ème session de la Commission de la condition de la femme, qui avait débuté la veille.

Cet évènement était organisé par l'initiative 'Chaque femme, chaque enfant', dans le cadre de laquelle plus de 40 pays et 120 partenaires se sont engagés à financer plus de 125 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. Cette somme devrait permettre de mener à bien la stratégie de l'initiative visant à mettre fin aux décès évitables chez les femmes, les enfants et les adolescents, à améliorer leur santé et leur bien-être, et à les mettre sur la voie d'un avenir plus prospère et durable.

Lors de l'événement, l'ONG de lutte en faveur de l'égalité des sexes Women Deliver a décerné son prix 'Agir pour les femmes et les filles' ('Delivering for Girls and Women'), dont il s'agissait de la première édition, à M. Ban, en l'honneur de son dévouement et de ses réalisations en faveur de l'amélioration de la vie des femmes et des filles dans le monde entier.

Lors de sa réception du prix, le Secrétaire général a déclaré que les vrais champions sont ceux qui « se battent tous les jours sur le front des droits de la santé ».

Egalement présente à l'évènement, la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, a déclaré que les femmes sont essentielles à la construction de systèmes de santé résilients.

« La santé des femmes est un droit des femmes. Sans elle, la santé est en péril », a-t-elle déclaré.