Imprimer
Catégorie : Societe
Affichages : 3800
Duly Brutus, Ministre des Affaires Etrangères

La tragédie du 2ème Jour du Carnaval au Champ de Mars avec son lourd bilan (18 morts et 78 blessés) n’a pas eclipsé des réseaux sociaux l’assassinat par pendaison de Henry Claude Jean (33 ans) à Santiago de los Caballeros en république voisine il y a une semaine. Dans le Nord-Est des Etats-Unis tout particulièrement où des tempêtes de neige en cascade et un horrible froid ont forcé de nombreux compatriotes à rester chex eux, fiélleux parfois haineux étaient les échanges entre “pro et anti-TetKale”  sur la gestion de ce dossier par les autorités haïtiennes.

 En effet, dans une interview exclusive accordée à notre site, l’ex-ministre des Haïtiens vivant à l’étranger M. Edwin Paraison n’a pu cacher sa colère face à ce qu’il qualifie de “gestion élitiste de l’assassinat d’un paysan haïtien-cireur de chaussures”.

“Aucun membre du personnel diplomatique ou consulaire haïtien ne s’est rendu aux funérailles de la victime qui se sont déroulées le jeudi 12 février à Santiago alors que le Chef de la Mission consulaire dans cette ville  M. Ralph Hyppolite a pris l’avion à destination des Etats-Unis le jour suivant” a révélé Edwin Paraison.

Quant à la réaction tardive du ministre haïtien des affaires étrangères M. Duly Brutus, Edwin Paraison la “trouve molle” face à un assassinat aussi odieux. Et dans l’après-midi du vendredi 13 février, sur les ondes de la station Radio Solidarité à Port-au-Prince, notre “John Kerry à Nous” devait étaler au grand jour le vrai visage de la diplomatie haïtienne en déclarant que le gouvernement va “entamer des démarches en vue du rapatriement du cadavre de Henry Claude Jean”. Quelques minutes plus tard, sur la même station, Ersulia Céluma, la veuve de la victime, était en ligne, pour communiquer au chef de la diplomatie haïtienne la date des funérailles de son mari soit la veille.

En un mot, aucun support (même moral) n’a été fourni par les fonctionnaires haïtiens en république voisine à cette pauvre paysannne de Plaisance abandonnée à son sort.

Selon les informations communiquées par le fondateur de la Fondation ZILE au cours de cette interview à notre site, Haïti dispose de quatre (4) consulats en République Dominicaine (Santiago de los Caballeros, Dajabon, Baharona et Higuey) et une Ambassade à Santo-Domingo avec un personnel plutôt pléthorique qui varie  de 160 à 180 pour les missions consulaires et de 50 à 60 pour notre Mission diplomatique.

“What’s next’ comme on dit ici en Amérique. Le chancelier Duly Brutus, l’ambassadeur Fritz Cinéas, le Consul général à Santiago de los Caballeros Ralph Hyppolite ne doivent-ils pas des explications à la Nation?

Ce dossier comme les autres sera classé dans les tiroirs de l’oubli. D’autres compatriotes seront assassinés de l’autre côté de la frontière en plein jour dans le futur et notre diplomatie ne fera que “protester énergiquement”.  C’est une triste réalité mais c’est notre réalité qui, soit di ten passant, n’est pas née avec ce régime.

Un extrait de notre entretien aujourd’hui avec Edwin Paraison