Imprimer
Catégorie : Societe
Affichages : 1824

L’ Association des Journalistes Haïtiens (AJH) exprime sa profonde indignation après la dernière sortie du président Joseph Michel Martelly à l’aéroport international Toussaint Louverture peu avant son départ pour le Vénézuéla contre des membres de la presse haïtienne.

L’ Association des Journalistes Haïtiens (AJH) exprime sa profonde indignation après la dernière sortie du président Joseph Michel Martelly à l’aéroport international Toussaint Louverture peu avant son départ pour le Venezuela contre des membres de la presse haïtienne.
Le chef de l’État a, une fois de plus, prouvé son intolérance et son irrespect frôlant même l’indécence contre la presse et, par ricochet contre, la société en général, de par son comportement et la nature de ses propos qui dépassent l’entendement et qui n’ont rien à voir avec la stature d’un homme d’État qui se veut moderne.

Il est navrant de constater que le président de la République dans un premier temps a refusé délibérément de répondre à une partie d’une question de notre confrère de radio Kiskeya Eddy Jackson Alexis, relative à sa nationalité après avoir identifié le média pour lequel il travaille. Personne ne devrait pas s’étonner d’un pareil comportement du président Michel Joseph Martelly, puisqu’il n’est pas à son coup d’essai. Néanmoins, au niveau de l’Association des journalistes haïtiens, on voulait croire que le chef de l’État saurait après ses dérives intolérables à l’égard de la presse dans les premiers moments de son mandat et suivant les conseils de ses plus proches conseillers en communication et collaborateurs, comprendrait le travail de la presse et les réserves inhérentes à la fonction de chef d’Etat. Hélas ! Tel n’a pas été le cas. Le Président croit nécessaire d’imposer sa loi de l’information et dicter aux journalistes les sujets qui devraient l’intéresser et non le public.

Combien de temps le président Michel Joseph Martelly aura encore besoin pour agir en vrai homme d’État, en président de la République et mettre de côté cette fausse arrogance qui parait cacher les limites de la contradiction, de l’inaptitude et de cette sagesse dont le pays a besoin en ces temps d’incertitude et d’interrogation.

Dans un second temps, le président Michel Joseph Martelly, en réaction à la question d’un journaliste de la radio Mélodie FM sur les incidents survenus en la résidence du Premier ministre Garry Conille dans la soirée du mercredi 1er Février, a malheureusement voulu faire la leçon aux journalistes. A bien suivre le Président de la République il aurait voulu que les questions soient orientées en fonction de ses intérêts. Le pire était à venir lorsque le chef de l’Etat a choisi de « twipe » le confrère de la presse avant de partir. Trop c’en est trop !

L’Association des journalistes haïtiens une fois de plus proteste avec la plus grande fermeté contre de tels agissements qui ne correspondent guère avec la construction de cet État de droit tant espéré. Jamais, au grand jamais, la presse haïtienne ne saurait faire le jeu d’un pouvoir quelconque et satisfaire les affres d’un régime qui pense fouler aux pieds les principes et idéaux républicains.

L’AJH croit opportun de réaffirmer sa solidarité aux journalistes et médias visés dans les attaques à peine voilées du président de la République et réaffirme sa détermination à mener le combat pour une presse libre et responsable.

Port-au-Prince, le vendredi 3 février 2012

Jacques Desrosiers, secrétaire général ;

Yves Patrice Mérisier, secrétaire général adjoint ;

Marie Raphaelle Pierre, secrétaire administrative