Imprimer
Catégorie : Societe
Affichages : 2325

Communiqué de Presse - Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) est vivement préoccupé par la dégradation de la situation sécuritaire du pays, traduite par une recrudescence des cas d’enlèvement et de séquestration contre rançon, des attaques armées en cascade contre des institutions bancaires, des assassinats, des lynchages et des agressions physiques contre des membres de la population, etc.

Communiqué de Presse - Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) est vivement préoccupé par la dégradation de la situation sécuritaire du pays, traduite par une recrudescence des cas d’enlèvement et de séquestration contre rançon, des attaques armées en cascade contre des institutions bancaires, des assassinats, des lynchages et des agressions physiques contre des membres de la population, etc.
En effet, pour la période allant du 1er octobre au 14 novembre 2011, des centaines de personnes sont blessées par balles dans la seule zone métropolitaine. Quatre-vingt dix-huit (98) autres ont perdu la vie ou sont portées disparues. A titre d’exemples :

 

Parallèlement, le RNDDH note que la route nationale # 1, tente à redevenir ce qu’elle a été jadis : une zone de non droit. En effet, tôt dans la soirée, des individus armés investissent la rue, prennent des passants en filature et les dépouillent de leur possession. Ces individus œuvrent en toute impunité, à vue d’œil avec une arrogance à nulle autre pareille. Ils disposent de matériels roulants pour les filatures en voiture.

Le RNDDH constate que la Police Nationale d’Haïti (PNH) ainsi que la Mission des Nations-Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) sont passives vis-à-vis de cette recrudescence des actes de banditisme et d’insécurité. Impuissantes, elles se contentent de dresser le bilan des cas de violence en promettant une amélioration de la situation.

Le RNDDH condamne ces actes de banditisme, non exhaustifs dans ce document, qui sont recensés un peu partout dans la zone métropolitaine. Le RNDDH profite de l’occasion pour présenter ses plus vives sympathies aux familles des nombreuses victimes.

Le RNDDH enjoint les autorités policières à prendre toutes les dispositions nécessaires en vue de reprendre le contrôle de la situation sécuritaire du pays et de mettre un terme à cette vague de violence qui gangrène la vie nationale.

Port-au-Prince, le 15 novembre 2011.