Imprimer
Catégorie : Societe
Affichages : 2178

PNH/Evasion de prisonniers :plus de 50% à nouveau derrière les barreaux
4534, c'est le chiffre officiel des détenus comptabilisé jusqu'à hier (mercredi) midi dans les registres des centres pénitenciers du pays, a révélé hier le porte-parole de la police nationale d'Haïti, le commissaire divisionnaire Frantz Lerebours.

PNH/Evasion de prisonniers :plus de 50% à nouveau derrière les barreaux
4534, c'est le chiffre officiel des détenus comptabilisé jusqu'à hier (mercredi) midi dans les registres des centres pénitenciers du pays, a révélé hier le porte-parole de la police nationale d'Haïti, le commissaire divisionnaire Frantz Lerebours.

Il (le nombre de détenus) est pourtant dérisoire par rapport à la population carcérale réelle qui a existé avant les évasions spectaculaires qui ont suivi le tremblement de terre du 12 Janvier dernier. 8535 prisonniers, c'était le nombre exact qui était recensé et donc, à peine plus de 50% de cette population sont derrière les barreaux aujourd'hui pour subir leur peine et la police n'a repris que 536 évadés. L'officier supérieur de la Police Nationale d'Haïti en a profité pour indiquer que l'institution a procédé à l'arrestation de 1524 personnes pour la période allant du 1er au 25 Avril 2010.

Par ailleurs, les autorités de Jérémie, dans la Grand'Anse ont annoncé un grand coup de filet qui a permis l'arrestation du nommé Renaud Jean, alias Ti Mizè qui aurait avoué avoir été le principal assassin du journaliste Jacques Roche. Lui aussi avait profité du séisme du 12 Janvier pour sortir du pénitencier national où il était détenu depuis son arrestation. Il se serait réfugié depuis lors dans la localité de Annette, 2e section communale de Roseaux où il aurait constitué un réseau d'une quinzaine de jeunes bandits pour terroriser la population de la zone, a informé le délégué de la Grand'Anse qui se réjouit de cette arrestation.

A noter que le commissaire du gouvernement près du tribunal civil de Port-au-Prince, Me Manès Louis avait déploré le fait qu'une quarantaine de personnes parmi les arrestations opérées par la PNH dans le cadre de l'opération déclenchée pour reprendre les évadés seraient des innocents qui n'auraient rien à voir avec les faits qui leur seraient reprochés. "C'est justement pour éviter cette grave injustice que nous avons passé des instructions au directeur départemental de l'Ouest de la PNH notamment pour que la police conduise au parquet de justice le plus proche toute personne arrêtée dans ce contexte (recherche des évadés) pour que la justice vérifie si la personne en question a un quelconque lien avec les individus recherchés.