Imprimer
Catégorie : Sante
Affichages : 2613

Haïti – Choléra : Est-il possible de vacciner toute la population ?
Le dernier bilan communiqué par les autorités du ministère de la Santé Publique fait état de plus de 2540 morts et 114.000 infections du choléra pendant que l'ensemble des 10 départements du pays en sont officiellement touchés. Les hôpitaux du pays, particulièrement ceux des régions éloignées sont débordées et le personnel soignant, peu habitué à cette épidémie, ne se montre pas souvent accueillant quand il n'est pas carrément insuffisant.  

Haïti – Choléra : Est-il possible de vacciner toute la population ?
Le dernier bilan communiqué par les autorités du ministère de la Santé Publique fait état de plus de 2540 morts et 114.000 infections du choléra pendant que l'ensemble des 10 départements du pays en sont officiellement touchés. Les hôpitaux du pays, particulièrement ceux des régions éloignées sont débordées et le personnel soignant, peu habitué à cette épidémie, ne se montre pas souvent accueillant quand il n'est pas carrément insuffisant.
L'ensemble des acteurs internationaux qui coordonnent leurs actions pour aider à  contenir le choléra sont tous d'accord que le bilan est très nettement  sous-évalué y compris Ban Ki Moon lui-même, le secrétaire général de l'ONU. La maladie se répand aujourd'hui à vitesse Grand V (comme une traînée de poudre) et  les instances peinent à trouver des fonds pour augmenter les CTC (Centres de  Traitement du Choléra) actuellement au nombre de 60 et aussi employer plus de personnel et acheter plus de médicaments et de sérums.Que faire alors puisque les morts se comptent par dizaines tous les jours (40 à 60) et la population sombre peu à peu dans la panique (on assiste à des scènes de lynchage particulièrement dans la Grand'Anse sous prétexte que des gens auraient propagé le virus du choléra à l'aide d'une poudre dans un esprit maléfique) ?   L'Organisation panaméricaine de la Santé, branche régionale de l'OMS croit qu'on peut vacciner les gens et envisage de mettre sous pied toute une campagne qui devrait débuter vers le commencement de l'année prochaine et Anthony Lake, le directeur général de l'UNICEF le croit aussi mais, le ministère haïtien de la Santé Publique émet des doutes. Combien de millions de dollars doit-on mobiliser  pour une telle campagne de vaccination puisque le vaccin coûte très cher et qu'est-ce qui garantit son efficacité quand il faut vacciner au moins tous les 6  mois, c'est-à-dire deux fois l'an, s'est interrogé le Dr Gabriel Thimothée, directeur général à ce ministère qui croit néanmoins que la campagne va être sélective et ne pourra toucher qu'une partie de la population (sans doute ceux qui auront les moyens de payer eux-mêmes le vaccin).

En attendant de tomber sur un terrain d'entente avec les instances internationales prônant la campagne de vaccination, le Dr Thimothée  estime que le ministère doit privilégier la vulgarisation des principes d’hygiène, c'est-à-dire encourager la  population à se laver les mains de temps en temps et à éviter de consommer des nourritures qui n'auraient pas obéi aux principes élémentaires d'une bonne cuisson. "Nous ne pouvons faire plus que ça pour le moment", a t-il ajouté comme pour marquer l'impuissance de l'Etat face à un drame qui, si on s'y prend mal, pourrait faire plus de victimes que le tremblement de terre du 12 Janvier.