Le spectre de violences et de « dechoukak » à l’occasion de la commémoration des 212 ans de l’assassinat du Père Fondateur de la Patrie est sur toutes les lèvres. A moins de 24 heures de cette date, qui perdu de son symbolisme ces dernières années, la peur gagne les familles et les institutions tant publiques que privées. De nombreuses entreprises commerciales victimes ou non lors des émeutes des 6, 7, 8 juillet 2018 ont renforcé la sécurité de leur bâtiment en érigeant des murs comparables à ceux des forts durant les guerres médiévales.

A l’origine de cette psychose, les mouvements de rues annoncés pour demander des comptes sur la dilapidation des fonds Petrocaribe et du coup réclamer la tête du Président Jovenel Moïse au sommet de la Magistrature Suprême de l’Etat. De récentes déclarations faites par des instigateurs de la manifestation du 17 octobre ne rassurent guère. « petrodechoukay » lancé par un dirigeant politique du secteur lavalas a  même été auditionné par le parquet sur la teneur réelle de ses propos.

D’autres secteurs de la société civile qui dès le départ avaient appelé à gagner  les rues pour le 17 octobre ont invité  les participants à le faire dans la paix sans se verser dans toute forme de violences qui pourraient nuire à l’image de leur mouvement qu’est le « PETROCHALLENGE »

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)