Youri Latortue président du Sénat

Youri Latortue a battu vendredi le président sortant pour s'adjuger les rênes du grand Corps. Avec Joseph Lambert à la baguette, avec l'abdication de Carl Murat Cantave, qui lui aussi avait convoité le fauteuil. Il aura fallu adoucir les contradictions, converger l'essentiel des intérêts dans un Sénat profondément reconfiguré depuis l'arrivée des six nouveaux élus. Mais l'odeur de la sauce Tèt kale s'y répand avec deux sénateurs PHTKistes et un autre, président du parti AAA, lui même allié du PHTK, à la tête du bureau.

Youri Latortue peut déjà pavoiser, entrevoir les défis et se projeter vers la quête des résultats. «Nous devons nous remettre au travail à travers une présence régulière dans les séances», soutient-il, peu après son élection. Le nouveau président, mûri par son premier mandat de parlementaire, a dû se défaire du président sortant Ronald Larèche – qu'il a battu avec deux voix de différence (11-9) – pour se hisser à la tête du grand Corps. Ce n'est pas un aboutissement pour l'homme de la terre salée, mais plutôt l'occasion pour lui de parachever son œuvre.

Le sénateur de l'Artibonite, ému sur les bords, évoque la question de la construction du Parlement qui traîne encore, sept ans après le séisme, la loi sur la police parlementaire qui doit être publiée. «Pour que nos agents de sécurité deviennent des policiers ayant une plus grande juridiction et qu'ils soient à même d'assurer la sécurité du Parlement», justifie Youri Latortue, sans se perdre dans des promesses à tout-va. Il est applaudi par ses pairs. Antoine de Saint-Exupéry s'invite de la partie. «Être homme ou être femme c'est être responsable», enchaîne Latortue, le désormais ex-président de la commission Éthique et Anticorruption du Sénat qui a épinglé une palanquée d'anciens fonctionnaires de l'État dans son rapport sur l'utilisation de l'argent du PetroCaribe qui coula à flots sous le règne des Tèt kale.

«Nous devons améliorer la performance de cette institution en votant les lois et les conventions en souffrance et en planifiant avec l'exécutif le calendrier législatif», affirme Youri Latortue. Et d'ajouter: «Nous ne serons jamais un Sénat soumis mais nous ne serons non plus un Sénat d'opposants!» Le successeur de Ronald Larèche parle enfin de la mise sur pied du Conseil électoral permanent, du conseil constitutionnel et la partition qu'il doit jouer pour y arriver. «Nous serons un Sénat de tribuns, de grands orateurs, soucieux de notre travail de contrôle », prophétise Latortue, sans piper le moindre mot sur le duel fratricide qui l'a opposé en début de semaine à son cousin, un temps son allié, le sénateur Carl Murat Cantave, pour le contrôle du Sénat.

Joseph Lambert, le retour du maître?

Ce nouveau cap dans la vie du Sénat confirme encore le retour en puissance de Joseph Lambert dans l'arène. Il a sa patte derrière presque l'élection de chaque membre du bureau. Il a invité ses collègues à voter pour Youri Latortue, a plaidé pour que Dieudonne Luma Etienne (PHTK) gagne le fauteuil de 1re secrétaire, Willot Joseph (PHTK) celui de 2e secrétaire, Ricard Pierre (KID) celui de questeur. Mais il n'avait pas besoin d'en faire autant pour Jean-Marie Salomon (OPL). Ce dernier, sans forcer, a été acclamé vice-président du bureau. Alors, Joseph Lambert (papa tounen), comme pour encore imposer ses marques, avait soutenu, un peu après 20 heures, après bien sûr le départ de Richard Hervé Fourcand et Carl Murat Cantave de la salle, la nécessité que le Sénat soit efficient, productif...

Juno Jean-Baptiste

Source: Le Nouvelliste

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)