Comme le veut la Constitution, le président de la République, Jocelerme Privert et le Premier ministre, Enex Jean-Charles, se sont présentés devant l’Assemblée nationale. Lors de l’ouverture de la première session ordinaire de la 2e année législative de la 50e législature, les deux hommes ont décrit un tableau positif de la situation sociopolitique du pays.

« L’année 2017 laisse présager de nouvelles perspectives et de nouvelles espérances. Un simple coup d’oeil sur les tableaux des paramètres financiers et monétaires du pays, confirme le maintien d’un taux de croissance 1,4 % ». C’est ce qu’a déclaré le président provisoire de la République, Jocelerme Privert. Il a fait cette déclaration lors de son exposé sur l’état de la Nation à l’ouverture de la session de la première année législative, le lundi 9 janvier 2017.

D’après le chef de l’État, ce faible taux de croissance résulte du ralentissement significatif des mouvements protestation suite à la publication des résultats de la présidentielle du 25 octobre 2015 et aux manifestations de rue au début de l’année 2016. Il a aussi contribué à l’instauration d’une atmosphère de paix et de stabilité bénéfiques pour le pays. Cette croissance modeste, selon Jocelerme Privert, est quand bien même supérieure à celle de l’année dernière qui était de l’ordre de 1,2 %. Une différence de 0,2 %. Elle résulte de la gestion macroéconomique du gouvernement et des dirigeants de la Banque de la République d’Haïti (BRH).

Cette croissance a été soutenue par le secteur agricole (+ 3 %) et de l’aide de l’industrie manufacturière, entre autres. La stagnation du secteur bâtiment et des travaux publics, victime d’une méfiance d’investissement de l’ordre de 2 % d’une part, et de la faible croissance du sous-secteur commerce restaurants et hôtels, d’autre part, ont aussi contribué au ralentissement de l’économie, si nous devons croire le chef de l’État.

À en croire Jocelerme Privert, la bonne gestion des ressources de l’État, caractérisées par l’absence d’endettement, a été un point positif durant son année de gestion. Cela serait dû à la signature d’un accord avec la Banque centrale sur la gestion de trésorerie ayant permis de limiter les dépenses de l’État au strict nécessaire durant la seconde moitié de l’exercice fiscal 2015- 2016, a ajouté M. Privert. Une démarche, se félicite le natif des Nippes, qui a permis d’augmenter les réserves internationales nettes de change à environ 158 millions de dollars américains, alors qu’en période électorale, c’est à l’inverse qu’on devait s’attendre.

 En conséquence, le président de la République a tenu à souligner le ralentissement du rythme de dépréciation de la gourde. Il est passé d’une cadence annuelle de l’ordre de 40 % au cours de la première moitié de l’exercice 2015-2016 pour chuter à environ 13 % depuis la fin du mois de mars dernier.

L’ancien sénateur des Nippes a aussi évoqué l’aspect positif de la dépréciation de la gourde. Une situation qui, à son avis, a contribué aux incitations mises en place par la Banque centrale visant à assurer la compétitivité future des industries marchandes, exportations, agriculture et tourisme. À titre d’exemple, il se réfère à la forte demande d’espaces industriels observés durant ces derniers mois. Ce qui laisse espérer environ 10 000 nouveaux emplois pour l’année 2017 et 40 000 durant l’exercice fiscal de 2018.

 Privert salue cette rentrée parlementaire

L’ouverture de la session de la première année législative est un pas important dans le cadre du renouvellement et du renforcement des institutions. Le président de la République salue cette démarche. Cette rentrée parlementaire, souligne- t-il, montre que le sursaut patriotique a vaincu le pessimisme. Nous sommes arrivés à bon port en dotant le pays d’institutions républicaines. Ce, grâce aux vertus fécondes du dialogue, du travail, de la fermeté et de la détermination. Une démarche qui a contribué au rétablissement de la confiance de tous les secteurs dans le processus électoral, le fer de lance de sa mission, suite aux multiples reports des échéances électorales.

Conformément à l’article 98.3 de la Constitution, le Premier ministre Enex Jean-Charles a présenté le bilan de ses réalisations. Précédant le chef de l’État dans son intervention, il s’est félicité du rétablissement du climat sécuritaire depuis son accession à la Primature.

Outre ce satisfecit, le chef du gouvernement a présenté un bilan positif de la gestion des dégâts causés par l’ouragan Matthew les 3 et 4 octobre derniers dans la péninsule du sud d’Haïti. Une catastrophe qui a coûté la vie à environ 550 personnes et a occasionné 1.5 million de sans-abris. Elle a aussi provoqué des pertes de l’ordre de 124 milliards de gourdes. Ainsi, le gouvernement s’était évertué à assister les sinistrés en coordonnant la distribution de l’aide humanitaire. Près de 1.3 milliard de gourdes ont été mobilisées à cet effet. Les principaux secteurs les plus touchés, souligne M. Jean- Charles, sont, notamment les infrastructures routières agricoles et éducatives.

 

Reynold Aris

Source: Le National.ht

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)