Fednel Monchéry nie avoir été condamné par contumace
P-au-P, 15 déc. 2016 [AlterPresse] -Le candidat au sénat du Parti haïtien tèt kale (Phtk), Fednel Monchéry, pour le département de l’Ouest, aurait été déjà condamné par contumace pour « faux en écriture publique et associations de malfaiteurs », dénoncent plus d’une douzaine d’organisations. Le candidat du Phtk, Fednel Monchèry, détiendrait un casier judiciaire, révèlent ces organisations, dans une correspondance, adressée, en date du 14 décembre 2016, au titulaire du Ministère de la justice et de la sécurité publique (Mjsp), Camille Junior Edouard.

Le vendredi 03 juillet 2015, le tribunal de première instance de Mirebalais (Plateau central) aurait « condamné, par contumace, Fednel Monchéry (qualifié pour le second tour des sénatoriales 2016, suivant les résultats préliminaires du 4 décembre 2016), Jacqueline et Wilson ainsi connus, pour faux en écriture publique et associations de malfaiteurs au détriment de l’officier de l’état civil Bien Aîmé Métellus », rappelle la correspondance, que s’est procurée l’agence en ligne AlterPresse.

« Par ces motifs, le tribunal, après en avoir délibéré, au vœu de la loi, sur les conclusions conformes du ministère public, constate que les accusés Jacqueline AC, Fednel Monchéry, Wilson AC ne se présentent pas au Tribunal de ce jour, pour y être jugés sous l’inculpation de faux en écriture publique et association de malfaiteurs, au préjudice de l’Officier de l’État Civil, M. Bien Aimé Metellus, dit qu’ils seront tenus de se présenter dans un nouveau délai de 10 jours », selon le libellé du dispositif du jugement du 3 juillet 2015.

Au cas où les accusés ne se présenteraient pas au tribunal, ils seraient déclarés rebelles à la loi, suspendus des droits de citoyens, leurs biens seront séquestrés pendant l’instruction de la contumace et toute action en justice leur sera interdite pendant le même temps, rappelle la correspondance des organisations au Mjsp.

Le document n’indique pas si les accusés, dont Fednel Monchéry, s’étaient présentés ou non par devant le tribunal de première instance de Mirebalais.

Joint au téléphone par AlterPresse, le candidat Fednel Monchéry nie ces accusations en bloc.

« Je n’ai appris l’existence de ce document que ce matin. C’est Gérald Gilles, qui m’a mis au courant de cette affaire de Jacqueline et Wilson, hier par voie de presse. Mon parti a délégué un avocat, pour aller vérifier ces allégations de condamnation par contumace », fait savoir le candidat au sénat du Phtk .

Questionné sur ses liens avec les autres « accusés », Monchéry déclare qu’il connaît « Wilson », qui était candidat à la mairie d’une des communes dans le département du Plateau central.

Monchéry affirme aussi ne pas être au courant (à sa connaissance) d’aucun démêlé de « Wilson » avec la justice.

Une conférence de presse sera donnée, au local du Phtk, pour faire la lumière sur ces allégations, annonce Monchéry.

Niant sa condamnation par contumace, Fednel Monchéry déclare n’avoir jamais pris le maquis en 2015, parce qu’à l’époque il était nommé secrétaire d’Etat à la réforme agraire, .

Il rejette aussi ces accusations qui visent, dit-il, à nuire à sa réputation.

La candidature, au sénat, de Fednel Monchéry se révèle être « une expression particulièrement grave de la culture de l’impunité par excellence, qui règne dans le pays », persistent et signent les organisations sociales, signataires de la correspondance du 14 décembre 2016 au Ministère de la justice et de la sécurité publique.

Ces organisations appellent le Mjsp à trancher dans cette affaire.

Elles exhortent également le Conseil électoral à rectifier le tir, en enlevant « le fugitif », dans la liste des candidats, agréés pour le poste de sénateur du département de l’Ouest, suivant le décret électoral de 2015.

Parmi les organisations, signataires de la correspondance du 14 décembre 2016 au Mjsp, figurent le Forum politique des socioprofessionnels progressistes haïtiens (Fpsph), l’Union nationale des normaliennes et normaliens d’Haïti (Unnoh), Rasanbleman sosyalis pou yon inisyativ nasyonal tounèf et le parti politique Rasin kan pèp la, entre autres.

On compte également le Mouvman demokratik popilè (Modep), le Mouvement de liberté, d’égalité des Haïtiens pour la fraternité (Moleghaf), Mouvman nasyonal Tèt kole ti peyizan ayisyen (Tèt kole), le Cercle d’études en littérature gramscienne (Sèk Gramsci), Gwoup k ap reflechi sou pwoblèm sosyal yo (Greps), Lakou, Sèk Janil, Mouvman vizyonè desalinyen (Movid), Anbake pou chanje et Mouvman esklav revòlte.

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)