Communiqué de presse de l'OCID - L’Observatoire Citoyen pour l’Institutionnalisation de la Démocratie (OCID) salue les avancées enregistrées dans la perspective de la résolution de la crise électorale, à travers notamment des décisions prises ou annoncées dans ce sens par certains responsables politiques et des protagonistes. Il prend acte du diagnostic dressé par la Commission Indépendante d’Evaluation et de Vérification électorale (CIEVE) sur les élections de 2015 et des recommandations contenues dans son rapport, suivis de la publication par le Conseil Electoral Provisoire du nouveau calendrier électoral.

Au-delà des limites ou des faiblesses indexées par certains acteurs dans le travail de la Commission, l’OCID considère qu’en recommandant la reprise de la présidentielle, ce rapport crée une franche occasion pour les autorités politiques et les responsables de l’institution électorale, d’engager sérieusement la réforme du système électoral haïtien.

Observations essentielles sur le rapport de la CIEVE

L’OCID salue la prise en compte, dans le rapport de la CIEVE, de plusieurs des observations et des recommandations formulées dans son argumentaire de plaidoyer en vue de la réforme du système électoral haïtien soumis au CEP en avril dernier. L’Observatoire partage l’avis de la commission sur la nécessité de recruter les membres du personnel vacataire sur une base de compétence et loin de toute affiliation politique, de mieux régenter la chaine de surveillance documentaire (du Bureau de Vote au Centre de Tabulation), d’actualiser régulièrement la liste électorale générale, de recruter en toute transparence les avocats vérificateurs au CTV, de limiter les marges de manœuvre des mandataires et des observateurs au niveau des BV et de mieux réglementer le processus de délivrance de mandats aux partis politiques.

L’Observatoire salue le fait par la commission de mettre en lumière le problème de la non mise à jour de la liste électorale générale qui, d’une part, limite l’accès au droit de vote de certains citoyens, et d’autre part, ouvre la voie à des manœuvres frauduleuses comme le trafic de Carte d’Identification Nationale et les bourrages d’urnes.

Par-delà les considérations liées à la conjoncture, l’état des lieux dressé dans le rapport de la CIEVE s’inscrit dans la problématique plus structurelle de la faiblesse des institutions régaliennes, de la culture de l’informel et du règne séculaire de l’impunité dans le pays. Car, il est tout simplement inacceptable qu’un Etat, en plein XXIème siècle,  ne puisse pas bien identifier tous ses ressortissants et maintenir à jour la base de données des potentiels électeurs et électrices. Il est également regrettable de gaspiller des millions de dollars du trésor public et de la coopération internationale dans des opérations électorales dont les résultats ne sont pas acceptables pour une large majorité de secteurs de la vie nationale, à cause de l’incompétence des uns et de la fourberie des autres.

L’OCID formule le vœu que les prochaines joutes ne seront plus le reflet des tares de la culture politique haïtienne. Il ose espérer que les acteurs feront montre d’un esprit de dépassement afin de présenter une meilleure image du pays sur la scène internationale. L’observatoire conjure les décideurs et tous les acteurs politiques et de la société civile à faire de leur mieux pour s’assurer que la reprise de l’élection présidentielle soit un succès et garantisse la stabilité politique dont la population souffrante a tant besoin.

A propos du suivi engagé par le CEP

L’OCID salue les annonces faites par les membres du Conseil Electoral suite à la publication du rapport de la CIEVE concernant certaines mesures envisagées pour améliorer la tenue des prochaines élections, lesquelles touchent notamment le recrutement des membres des BV, la délivrance des mandats aux partis politiques, la surveillance du comportement des mandataires et des observateurs, etc.

L’Observatoire encourage les membres du CEP à œuvrer dans la plus grande transparence et à toujours rechercher le plus large consensus possible parmi les acteurs politiques sur toutes les décisions stratégiques. Il y va de la crédibilité du processus électoral dont le caractère démocratique fondamental.

Sur l’imminence du 14 juin

L’OCID invite les pouvoirs publics et la classe politique à se concerter pour trouver une solution qui privilégie la poursuite, dans le respect du calendrier publié, du processus électoral et le retour à l’ordre constitutionnel. Cette crise électorale a assez duré.

L’Observatoire Citoyen pour l’Institutionnalisation de la Démocratie (OCID), consortium de la société civile formé de l’Initiative de la Société Civile, du Centre Œcuménique de Droits Humains et de JURIMEDIA, renouvelle son engagement à travailler à la consolidation de la démocratie en Haïti et, en particulier, à l’instauration d’un système électoral garantissant aux citoyens haïtiens de pouvoir choisir librement et démocratiquement leurs dirigeants.

« Une démocratie pérenne par la vigilance citoyenne »

 

Membres du Comité de Pilotage

Sylvie BAJEUX, pour le Centre Œcuménique des Droits Humains (CEDH)

Abdonel DOUDOU                                         

Rosny DESROCHE, pour l’Initiative de la Société Civile (ISC)

                     

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)