Si l’ancien sénateur évincé de la 48e législature ne digère toujours pas sa dernière mise à l’écart du processus électoral, il ne tient cependant pas rigueur au conseiller Néhémie Joseph qui a jeté l’éponge la semaine dernière. ‘’Il avait eu la décence de dire que mon dossier a été acheminé en retard et je salue un courageux Magistrat des Gonaïves qui a la conviction de ses pensées’’. Roodolphe Boulos n’en dira pas tant de certains autres comme Mme Mie Carmelle Paul Austin par exemple. Néanmoins, il semble s’être résigné, d’ailleurs, il conseille au peuple d’aller voter en masse. Sa principale préoccupation demeure cependant au niveau des dernières mesures de l’Etat restreignant l’entrée de certains produits dominicains (23) sur le marché national.

’C’est ni plus ni moins, une mesure visant à garantir les intérêts des nantis, particulièrement les bourgeois du Port de Lafiteau qui ont de grosses accointances avec le pouvoir’’, a dit l’ancien sénateur du Nord’Est qui indique que cette décision scélérate, ingrate et inhumaine pousse au chômage plus de 250.000 compatriotes qui ne vivaient que de ce commerce sur la frontière. Le panel a partagé en grande partie les préoccupations du sénateur Boulos sur le manque à gagner pour les plus démunis dans cette affaire.

 Concernant les élections, plusieurs tendances se sont dégagées au cours des discussions animées de samedi dernier, le candidat malheureux aux sénatoriales de l’Ouest, Micanor Alfred et l’ancien député de Léogane, Jean Danton Léger, tous deux membres de l’Espace de Résistance prônent très clairement le départ du CEP et du pouvoir et la mise en place d’un gouvernement de Transition. L’ancien humoriste s’est questionné sur la présence de Evans Paul à ce gouvernement sans relief démocratique et aux allures de jouisseurs alors que l’homme sorti des entrailles du peuple était pourtant de tous les grands combats démocratiques.

Kedlair Augustin et Doré Guichard, les deux transfuges de Bouclier ont été ‘’habiles’’ dans l’art de trouver des arguties pour justifier leur passage dans le camp frère (PHTK). Ils ont défendu avec hargne la position du parti au pouvoir et de son candidat, Jovenel Moyse de la même façon qu’ils le faisaient (particulièrement M. Guichard) pour Steeve Khawly qui doit se sentir bien seul et trahi. C’en était trop pour le board de Bouclier qui a insisté off record auprès de  l’animateur pour que l’ancien stratège de Bouclier ne dise un mot de ce parti et de s’en aller en silence.

Les deux ont défendu du bec et des ongles le bilan de Martelly pour expliquer que la population doit faire confiance à son ‘’dauphin désigné’’. Et c’était comme si on était dans un débat pour la présidentielle, Dieudonne Saint-Cyr de Pitit Dessalines a contre-attaqué pour démonter le bilan de l’Administration Martelly et fait sortir certaines failles de Jovenel Moyse qui ne serait pas apte à occuper la fonction suprême. ‘’Moyse Jean Charles, oui car, il a montré sa force de conviction et son désir de changer ce pays’’. Dieudonne Saint-Cyr est très critique du CEP et du pouvoir mais, à l’inverse de ses deux camarades (Danton Leger et Alfred Micanor), il veut changer tout cela à travers le scrutin du 25 Octobre car, il croit que son poulain a de réelles chances de l’emporter.  Danton Leger met en garde M. Saint-Cyr contre toute éventuelle désillusion le jour de ce scrutin qui sera tout, d’après lui, sauf honnête et démocratique.

‘’Les dés sont jetés, on prépare cette élection pour Jovenel Moyse et demain, j’aurai honte pour ceux qui l’auront compris trop tard’’, a dit Me Léger invitant les candidats à la présidence du secteur démocratique à faire comme Edmonde Supplice Beauzile, André Michel et Judy C. Roy.

Hugue Célestin a pratiquement le même discours, sauf sur le point du boycott.  Il est en ballotage pour le second tour dans sa circonscription, dans le Nord ; il craint le CEP qui lui aurait barré la route à l’élection directe dès le premier tour mais, il ne veut pas abandonner. Le professeur Antoine Augustin ne veut lui-même pas tomber dans le petit jeu de ceux qui sont pour ou contre les élections, pour ou contre la Transition ; la seule chose dont il est certain c’est que ce pays plongera dans une crise multidimensionnelle si on s’assied pas ensemble pour évaluer le scrutin du 9 Aout et y apporter des correctifs.

 

‘’On ne peut pas plonger tête baissée dans l’organisation de nouvelles élections si rien n’est fait pour le scandale du premier tour des législatives. Ça peut nous conduire à continuer avec le même CEP ou à le changer ; à continuer avec l’Administration Martelly ou à la Transition mais, on ne peut pas le décider à l’avance’’. A noter le passage à l’émission du chanteur King Kino venu apporter son soutien au candidat à la présidence de Bouclier Steeve Khawly.  

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)