Cardinal Seán O’Malley , Archevêque de

 

Dr. Anibal de Castro
Votre Excellence,

 En introduction à ce courrier, je tiens à vous exprimer que depuis plus de quarante ans j’ai le privilège d’entretenir des relations extraordinaires avec la République Dominicaine et les Dominicains de la Diaspora.

Il y a plus de quatre décennies, en effet, que j’ai commencé à célébrer une messe pour la communauté Hispanique de Washington qui avait considérablement augmenté autour de la célébration locale de Notre-Dame de Alta Gracia. J’ai travaillé avec la communauté Dominicaine à Washington pendant vingt ans, ensuite pendant dix ans dans les Antilles et désormais dans le Massachusetts. Le président Joaquin Balaguer m’a honoré en me décorant de l’Ordre de Christophe Colomb, pour mon travail pastoral avec les Dominicains. J’ai toujours éprouvé une grande affection pour la République Dominicaine et son peuple. Et c’est dans le même esprit que je me tourne aujourd’hui vers vous pour partager ma tristesse quant à la décision du Tribunal Constitutionnel qui crée tant de contraintes pour les nombreuses personnes d’origine Haïtienne qui habitent en République Dominicaine, dont beaucoup sont nées dans votre pays. En effet, leur dur labeur et leur dévouement contribuent grandement au bien-être du pays.

    Par cette décision malheureuse du Tribunal, même les dominicains nés de parents sans documents peuvent voir leur citoyenneté révoquée. La loi est rétroactive jusqu’à 1929 et on estime que 200 000 Dominicains d’origine Haïtienne, dont beaucoup n’ont pas eu de relations réelles avec Haïti depuis plusieurs générations en seront affectées. Etre une personne sans Etat, « un Apatride », rend presque impossible de poursuivre des études, de trouver un emploi décent, d’obtenir une assurance, de contribuer à un fond de pension, de se marier légalement, d’ouvrir un compte bancaire et même de voyager à l’intérieur et à l’extérieur de son pays d’origine.

C’est la destinée des peuples Dominicain et Haïtien de partager une même île. Les évènements de l’Histoire ont certes laissé des cicatrices mais je crois que les Dominicains et les Haïtiens de bonne volonté désirent un avenir de plus grande solidarité et d’amitié entre eux. J’étais très réconforté en voyant la réponse généreuse et venant du cœur de nombreux Dominicains qui ont accouru à l’aide de leurs frères et sœurs Haïtiens affectés par les terribles dégâts du tremblement de terre. Quand j’étais jeune prêtre à Washington, je célébrais des messes pour des immigrants de République Dominicaine et d’Haïti dans la même paroisse. Je n’y ai jamais vu de division ni de discrimination. La foi des gens et leur lutte commune pour subvenir aux besoins de leurs familles les unifiaient au sein de la communauté.

 

Alors que Noël approche, nous revivons les épisodes de la vie du Christ, à commencer par la quête de logement de la Sainte Famille à Bethléem quand il n’y avait plus de place pour elle à l’auberge.

    C’est mon espoir que pour cette période de Noël, le gouvernement et le peuple de la République Dominicaine rejetteront ces décisions injustes qui pr ovoquent tant de douleurs et tant de souffrances.

    Chaque pays a le droit de contrôler ses frontières, mais aucun n’a le droit de piétiner la dignité des gens et de réduire leur humanité. En tant qu’Américain, j’ai pu observer la laideur du racisme de près. Bien que nous luttions toujours aujourd’hui avec la réalité du racisme et le terrible héritage que l’esclavagisme a laissé aux Etats Unis, je suis réconforté par le fait que notre Gouvernement, certaines organisations civiles et Eglises ont travaillé ensemble et avec un net succès à la formation d’une société plus forte et plus juste.

    J’espère et je prie que le gouvernement et le Peuple de République Dominicaine seront inspirés par les idéaux de l’Evangile de Jésus Christ qui apparait sur votre beau drapeau national. L’exemple de Leaders tels que Martin Luther King et le Président Mandela nous montrent le type de résolution et d’humanité requis pour débarrasser notre monde de la maladie spirituelle qu’est le racisme.

    A Noël, les Chœurs des Anges nous appellent à rendre Gloire à Dieu et à apporter la paix sur la terre ; et notre Quisqueyanos Valientes peut faire les deux en brisant les chaînes qui rendent esclaves leurs frères et sœurs d’Hispaniola.

 

Je vous prie de faire part à votre Gouvernement les inquiétudes et la déception d’un prêtre qui se considère lui-même comme un ami du Peuple de République Dominicaine. J’espère que vos responsables auront la sagesse et le courage de réparer ces injustices qui sont actuellement perpétrées contre votre propre peuple.

    Avec l’assurance de mes prières et mes meilleurs vœux pour vous et votre famille pour Noël et pour la nouvelle année à venir, je vous prie d’agréer, Votre Excellence, l’expression de mon dévouement religieux.      

    Cardinal Seán O’Malley , Archevêque de Boston

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)