Jean Monard Metellus, Tuneb Delpe, Auguste D'Meza, jacquenet Oxilus,  Andris Rich, Osner H. Fevry, Jean Danton Léger, Jeannot  Jean

Le professeur D’Meza  ne se fait guère d’illusion sur la participation du pouvoir dans le procès expéditif qui a abouti à la libération le vendredi 17 Avril dernier de Sonson La familia et Renel, le récif .’’Analysez bien certaines des sanctions prises par le ministère de la justice et vous comprendrez bien ce qui s’est passé. Des substituts de commissaires du gouvernement sont mis en disponibilité pour un mois avec solde ; il est clair que ce sont des parquetiers envoyés en vacance pour services rendus’’, a indiqué sur le ton de l’ironie Gougousse.

Le secrétaire d’Etat de la Justice, le professeur Jacquenet Oxilus s’en est défendu arguant que le gouvernement n’était pas satisfait du rôle joué par le parquet  et il a non seulement pris des sanctions à l’encontre des officiers de ce ressort mais, il exercera aussi à partir de lundi son recours en Cassation contre ce jugement. ‘’Il est clair que l’attitude du ministère public est condamnable ; il est clair qu’il n’aurait jamais dû avoir de procès compte tenu de l’appel interjeté par quelques accusés dans ce dossier, nous avons tenu compte de tous ces facteurs qui décrédibilisent le parquet et nous avons pris des décisions en conséquence pour les hommes du parquet ; les autres (doyen et juge d’Instruction) ne sont pas sous notre responsabilité’’, a dit Me Oxilus qui a aussi déclaré que le gouvernement pouvait difficilement imaginer que le scénario dénoncé à l’avance par des organisations de droits humains se concrétiserait. L’ancien sénateur Turneb Delpe s’est empressé de demander au secrétaire d’Etat Oxilus de ne pas dilapider le capital de sympathies dont il jouissait au sein de la population quand il essaie de défendre l’indéfendable.


‘’Comment peux-tu dire que le gouvernement ignorait tout de ce qui allait se passer quand il l’a planifié lui-même’’, a dit le Dr Delpe. Auguste D’Meza fait remarquer à Me Oxilus que Marie Yolene Gilles avait, la veille du procès, fait le tour des médias (mêmes ceux qui ne sont plus en onde, par humour bien sûr) pour alerter les autorités et l’opinion publique sur le danger du lendemain, rien n’y fit et aujourd’hui, le discours d’indignation du pouvoir est feint ; il est plutôt jubilatoire. L’ancien député de Léogane qui a surpris grand monde en annonçant qu’il n’est candidat ni à la députation ni au sénat (il ne croit pas dans la tenue de ce scrutin) dit apprécier une attitude chez Martelly.

‘’Il ne laisse jamais tomber ses amis ; il les supporte en toute circonstance. Regardez-le nombre d’agents de sécurité du président de la République qui sont agents exécutifs intérimaires, y compris celui de la capitale ; donc, pas étonnant qu’il ait tout fait pour faire sortir ses deux amis Sonson la Familia et Renel  le récif de prison’’, a encore déclaré Me Jean Danton Léger. Andrice Riché, président du sénat haïtien (du moins ce qui en reste) a fait un long plaidoyer sur le problème de la justice pour en réalité noyer le dossier du jugement de Sonson La Familia dans cette grande plaie qui devrait faire l’objet de débats dans cette Conférence Nationale Souveraine qu’il appelle de tous ses vœux. Mais, il n’a pas oublié de saluer Turned Delpe, le père de ce projet.  Osner H. Fevry lui-même croit qu’il est trop facile d’acculer les seuls Raymond Jean Michel et Lamarre Belizaire. ‘’Nous devons penser à ceux qui donnent des ordres, à  ceux qui prennent le téléphone et appellent le doyen Jn Michel pour lui demander de passer un dossier quelconque à ce juge d’Instruction controversé’’, a dit Me Fevry arguant que si les concernés décident de passer outre, ils peuvent être assassinés en pleine rue.  

 Sur le dossier de la candidature de Sophia St-Remy Martelly  au sénat de l’Ouest qui fait l’objet d’un article du journal Montréalais ‘’Le Devoir’’, révélant sa double nationalité haïtienne et américaine (ayant pris naissance à NY),  Jean Danton Léger estime que la première dame serait dans son bon droit si elle arrive à prouver qu’à l’âge de 18 ans, elle avait opté pour la nationalité haïtienne. Dans le cas contraire, dit Me Léger, je me mettrais en face du CEP qui  l’aurait autorisée à prendre part à ces élections. Auguste D’Meza va même plus loin en indiquant que celle-ci aurait définitivement raté sa chance d’être haïtienne si au moment de la naissance ses parents n’avaient pas cherché à l’enregistrer au consulat haïtien de NY. Me Fevry applaudit cette position du professeur D’Meza en ajoutant que le CEP doit prendre les meilleures dispositions sur cette affaire de nationalité pour ne pas décrédibiliser tout le processus. Andrice Riché, tout comme sur le premier sujet, a soufflé le chaud et le froid en indiquant qu’il y a 2029 candidats aux législatives et qu’il ne comprend pas pourquoi on s’attarde sur une en particulier et qu’il reviendra en temps et lieu au CEP de prendre sa décision. 

Turned Delpe s’attend à ce que le conseil électoral fasse son travail pour savoir si la candidate remplit les conditions pour être éligible mais, à son sens, la réponse est non. Me Jacquenet Oxilus est plus nuancé tout en reconnaissant que l’âge de majorité pour faire valoir son droit à la nationalité haïtienne est fondamental dans le débat. Et en fin d’émission, la Plateforme Justice nous a annoncé que 4 de ses membres ont déposé une contestation de la candidature de Mme Sophia Martelly au CEP  pour causes de nationalité étrangère et pour absence de décharge (se basant sur le décret de Martelly mettant des fonds publics à la disposition de la candidate).

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)