Jean Monard Metellus, Dunois Erick Cantave, Gerald Gilles, Guyler C.Delva, Kedlaire Augustin, Dieudonne Lherisson, Saurel Jacinthe, Claude Roumain, Schiller Louidor, Renald Luberice, Jeannot Jean

Le dirigeant du MOPOD qui n’a pas voulu prendre position dans le sujet en discussion dans la première partie de Ranmase hier samedi (le dossier de l’assassinat de Jean Dominique et les révélations à titre posthume de Oriel Jean) s’est questionné de préférence sur l’indigence d’une justice qui laisse la société opiner et faire le procès dans des dossiers  à scandale sur lesquels elle aurait dû trancher.

En effet, Guyler C. Delva qui a fait l’actualité pendant toute la semaine avec son interview-choc réalisée un an avant la mort de l’ancien chef de la sécurité du président Aristide avait tenté hier encore d’expliquer le contexte dans lequel l’entrevue a été réalisée et surtout dénoncer un secteur (lavalas) qui aurait, selon lui, trop d’intérêts dans la disparition de celui qui en savait trop sur un autre assassinat, celui du directeur de Radio Haïti Inter et de son gardien le 3 Avril 2000.

Deux dirigeants lavalas présents, Dr Gerald Gilles et Dr Schiller Louidor se sont sentis transformés à l’idée de défendre leur mentor (Jean Bertrand Aristide) gravement accusé dans une affaire d’assassinat. Par moment, l’ancien sénateur Gilles ne se contrôlait plus et accusé Guy Delva de ‘’torchon’’mis au-devant la scène pour détruire un symbole (Aristide) et un parti (lavalas) parce que le pouvoir Tet Kale aurait peur de cette formation politique pour les élections à venir.

Schiller Louidor croit lui aussi que le responsable de SOS Journalistes est la partie visible de l’iceberg et de puissantes mains du pouvoir actuel sont derrière cette grande ‘’machination’’ pour réduire lavalas au silence mais, dit-il, tout le monde comprend le petit jeu et d’ailleurs, si l’on pouvait voir avec quel entêtement  Guy Delva force la famille de Oriel Jean à organiser une conférence pour accuser telle ou telle figure de lavalas dans ce crime. ‘’Auparavant, Boulos était l’assassin, peu après, la pression était sur les épaules de Danny Toussaint et aujourd’hui, le bon bouc émissaire, c’est Jean Bertrand Aristide’’, a dit le Dr Louidor et son collègue Gilles a fait remarquer que Guy Delva et toute l’oligarchie Tet Kale se sont évertués à promettre à Oriel Jean la restitution de ses deux maisons confisquées pour trafic illicite de stupéfiants et c’est la raison pour laquelle celui-là s’était mis à raconter n’importe quoi pour récupérer ses biens.

Guy Delva s’ est inscrit en faux contre les déclarations des dirigeants lavalas selon lesquelles il aurait par le passé accusé Boulos d’avoir assassiné Jean Dominique, il en a profité pour réfuter l’accusation selon laquelle il aurait été un instrument dans cette affaire : ‘’J’ai toujours agi seul et comme je l’ai toujours dit, j’étais prêt à tout pour aboutir à un procès qui déterminera les coupables ; c’est d’ailleurs pour ça que j’avais démissionné de mon poste de conseiller du président de la République’’.

Renald Libéruce, conseiller du président en relations internationales a essayé de supporter Guy Delva face à la vague d’injures et d’accusations des responsables lavalas :’’Guy Delva ne me connaissait même pas quand j’étais journaliste d’une station de province (Belladère) et il était pourtant venu jusque dans ma zone pour prendre ma défense quand j’étais menacé dans l’exercice de ma profession de journaliste ; sur la base de cela, je suis tenté de croire qu’il agit de bonne foi dans ce dossier’’.  Me Kedler Augustin conseille aux acteurs présents autour de la table de faire confiance à la justice et d’attendre son verdict. Claude Roumain, ancien responsable de Génération 2004 qui officie aujourd’hui au sein de Lavalas croit lui-même que Guy Delva est un envoyé pour distraire le peuple et le détourner de ses préoccupations légitimes.

Sur le budget révisé à la baisse présenté cette semaine par le ministre des Finances, M. Roumain estime que le grand argentier de la République aurait dû avoir l’honnêteté de dire au peuple pourquoi sont-ils contraints de réviser le budget. Le peuple aurait alors compris que les dépenses somptueuses de l’Etat Tet Kale et aussi la panoplie de projets engagés ca et la sans études ni appels d’offres pour la plupart sont en partie responsable de tout cela. Me Augustin estime lui que toute la vérité n’est pas dite par Claude Roumain.

 ‘’Il est presque normal avec la chute inattendue du prix du pétrole sur le marché international et le manque à gagner pour le gouvernement haïtien sur le petrocaribe, certaines prévisions sont faussées et d’où donc la nécessité de revoir les plans’’.  L’ancien président de la Chambre basse, Sorel Yacinth a déploré le manque de vision des autorités qui ont conduit le pays dans une impasse alors que Gérald Gilles a rappelé  les délégations pléthoriques de Tet Kale en voyage à l’étranger et les perdiems pour toute l’équipe qui représentent un gros trou pour le budget. Dieudonné Lherisson , lui, était tellement fidèle à Tet Kale qu’il a vu des progrès dans tout ce qui était abordé à cette émission, situation qui l’a contraint à se confronter pendant tout le programme avec les opposants au pouvoir  au panel.

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)