Carole Jacob, Mme Mirlande H. Manigat, Marie Denise Claude, Nesmy Manigat, Barbara Guillaume, Marjorie Michel

Comme l’année dernière, Caraïbes FM et Ranmase avaient voulu mettre les femmes à l’honneur samedi dernier en prélude à la journée Internationale de la Femme hier dimanche 8 Mars. Une ancienne première dame, ancienne sénatrice de la République et ex-candidate à la présidence, Mme Mirlande H. Manigat, une ancienne ministre  à la Condition Féminine et aux droits de la Femme, Mme Marjorie Michel (sous l’ère Préval, fin de 2e mandat), une chanteuse engagée de renom qui collabore avec le régime Tet Kale, Barbara Guillaume, Mme Marie Denise Claude, fille d’une icône de la politique haïtienne (Sylvio C. Claude) et une militante féministe connue dont le travail colossal (la SOFA) a permis de nombreux acquis comme la création du ministère à la Condition féminine, Mme Carole Jacob étaient donc présentes à ce panel bien spécial de Ranmase pour commenter l’actualité de la semaine et parler de l’avancée du mouvement féministe dans le pays.

La constitutionaliste, Mme Manigat a d’entrée de jeu fait part de son scepticisme sur la façon assez simpliste dont les autorités haïtiennes abordent une crise pourtant complexe que celle en cours entre les deux Républiques se partageant la souveraineté de l’Ile. ’En République dominicaine, à la chancellerie, il y a une centaine de personnes à  peu près qui travaillent sur Haïti dans une direction qui concerne essentiellement notre pays et ils font du renseignement pour savoir ce qui se passe de l’autre côté  de  la frontière ; ici, il y a rien, absolument rien et c’est normal, dans ces conditions, qu’ils (les dominicains) aient une grande longueur d’avance sur nous’’, a déploré Mme Manigat qui a fait un bref survol historique pour bien montrer que l’histoire entre ces deux peuples a toujours été marquée par un fort sentiment de compétition et même de grandes tensions.

Marjorie Michel déplore amèrement que l’on ait rapatrié le dossier de l’arrêt 168-13 et ainsi perdu le momentum qui était en notre faveur car, dit-elle, à l’époque la communauté internationale prenait faits et causes pour nous et pressaient la République dominicaine qui était considérée comme un pays paria ne respectant pas les droits de l’homme.

‘’C’est certain que les insultes que nous vivons actuellement avec la pendaison d’un compatriote et la souillure de notre drapeau auraient bien pu ne jamais avoir lieu si on avait laissé faire nos partenaires internationaux et ainsi parvenir à une condamnation de la RD pour cet arrêt discriminatoire, raciste et inhumain’’, a encore indiqué la militante lavalas. Carole Jacob, de loin la plus  acide de toutes revient sur les contrats octroyés à des firmes dominicaines dans des conditions douteuses et les relations pour le moins sournoises et ténébreuses entre ce sénateur dominicain, Felix Bautista (dans le collimateur de la justice de son pays) et le président Michel Joseph Martelly. Cette situation explique, en grande partie, le silence quasiment complice du chef de l’Etat dans cette affaire.

‘’D’ailleurs, j’ai peine à appeler ce monsieur Excellence quand j’ai encore en mémoire ses comportements très peu orthodoxes et ses propos grivois, il n’y a pas si longtemps que ça’’.

Seule contre toutes, Barbara Guillaume a tenté de calmer le jeu en insistant pour que des déçus de la trempe de Carole Jacob se ressaisissent et pensent plutôt au pays plutôt qu’à Martelly.
‘’Je comprends que vous soyez désappointée car, vous ne l’attendiez pas à cette fonction de haute responsabilité mais, le pays ne peut pas mourir pour ça, vous devriez tous et toutes apporter votre contribution’’, a-t-elle encore dit en se tournant vers Mme Manigat. Celle-ci est sans équivoque sur son refus de collaborer avec Martelly :’’Ma participation, je la donne tous les jours et encore aujourd’hui puisqu’il s’agit de conseils gratuits mais, intégrer une administration Martelly est totalement absurde et n’est même pas envisageable’’, a dit l’épouse du feu professeur Manigat.

Mme Marie Denise dont le parti (INITE) a pourtant intégré le gouvernement Paul n’a pas soutenu Mme Guillaume dans ses tentatives d’explication notamment sur le dossier de la République dominicaine qui est très mal abordé, selon elle et aussi elle s’en est prise à celle-ci quand elle a expliqué que ce n’est pas la faute à Martelly si des élections ne sont pas organisées dans le pays depuis tantôt 4 ans. Il y a eu deux intermède-hommes à l’émission ; les interventions du ministre Nesmy Manigat et du directeur du lycée Fritz Pierre Louis, Pierre Josué Agénor Cadet pour déplorer les violences enregistrées en milieu scolaire cette semaine (deux élèves de ce lycée poignardés en début de semaine dernière mais qui ont eu la vie sauve de justesse) et les remerciements de l’étudiant Chedlair Guilloux, libéré jeudi dernier. Deux de ses camarades de lutte étaient aussi à  Ranmase pour remercier leurs camarades de l’Université d’Etat d’Haïti et la société en général pour leur support. 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)