Avouons carrément que nous avons un peu hésité pour le titre du résumé de l’émission de ce weekend. A un moment, nous avons pensé à un titre qui nous a finalement paru un peu narcissique et démesuré même si l’enthousiasme et la passion manifestés par cette foule de gens (plusieurs centaines) venus assister live à Ranmase étaient sans commune mesure. ‘’Assister en direct à Ranmase et mourir’’, m’était en effet venu à l’idée, en référence à cette propagande ancienne pour la ville lumière (Voir Paris et Mourir).

 Il m’était inspirée par un jeune d’une trentaine d’années qui “rêvait un jour d’aller à Port-au-Prince pour faire notre connaissance et qui a la chance de nous voir un peu chez lui ; il était ému jusqu’aux larmes et un vieillard qui s’est fait conduire jusqu’au local de Radio l’Union peu après l’émission pour nous dire avoir réalisé le rêve de sa vie et qu’il peut maintenant mourir en paix”.

St Marc nous a en effet réservé un accueil royal et délirant. Il nous a fallu une heure d’horloge après l’émission pour serrer des mains, faire des photos-souvenirs avec des fans en délire, signer des autographes échanger un petit mot par-ci (du genre reste toi-même Jean Monard, St Marc est à toi) et recevoir des accolades par-là. Un peu plus tôt, l’agent exécutif intérimaire de la ville, Jean Rony Eugène était venu nous souhaiter la bienvenue et nous ‘’remettre les clefs de la ville’’, comme on dit chez nous et comme il allait le répéter à l’émission. Pris dans la tenaille de cette foule, nous avons perdu le contact avec nos invités et n’avions même pas eu le temps ni la possibilité de les remercier pour avoir fait le sacrifice de leur journée pour venir participer avec nous.

Eux aussi, ils ont sans doute compris car, ils avaient vu l’ambiance qui nous emportait ; heureusement que l’ancien sénateur Youri Latortue et l’agronome William Michel allaient quelques instants nous retrouver pour le dîner d’anniversaire de la Radio l’Union dans les studios de la station et là, la civilité coutumière était  revenue et nous avions pu échanger quelques commentaires sur l’émission qui était un succès colossal même si l’on peut regretter les réactions trop vives du public dans cette grande salle du Restaurant ‘’Le Troquet’’, à la Rue Piver, prolongement de la Rue Nissage Saget. C’est en effet un environnement enchanteur et un cadre attrayant qui avaient accueilli ce Ranmase Spécial et historique (le mot n’est pas très fort) dans la Ville de St Marc.

En plus des deux invités plus haut cités, le ministre de la Communication Rudy Heriveaux, l’ancien sénateur Samuel Madistin, les députes Vickens Derilus (Verette) et Altes Toussaint (St Marc et président de PSP), le sénateur Annick François Joseph et deux ressources locales (Paul Pollux, ex maire de la ville et Frantz Ulysse) étaient là à croiser le fer sur les faits saillants de l’actualité.

Premier sujet de controverse, les manifestations pour réclamer de l’électricité dans le Nord est qui se sont poursuivies pendant toute la semaine et jusqu’à hier samedi et au cours desquelles plusieurs blessés par balles de la police ont été dénombrés. Roody Heriveaux a essayé de calmer la tension en informant des démarches entreprises par l’Administration Martelly-Lamothe pour résoudre la crise (le sénateur Jean Baptiste Bien-Aimé par téléphone a démenti les propos du ministre arguant que le pouvoir essaie de casser la mobilisation et qu’en fait, il n’y aurait rien de prévu et il s’est inscrit aussi en faux contre les déclarations de M. Heriveaux selon lesquelles des vandales auraient saboté des installations qui peuvent apporter le courant électrique que les gens réclament).

Samuel Madistin, avec le ton et le style a critiqué l’intervention inacceptable et même assassine de la police qui a tiré avec des balles réelles sur une population désarmée qui ne faisait que réclamer ses droits ; l’agronome William Michel a aussi dénoncé ce fait mais, à la différence de Me Madistin et du sénateur Bien-Aimé (au tel), il semble accorder un peu de crédit aux promesses du pouvoir d’arranger les choses.

Le sénateur Annick François Joseph connu pour son verbe facile a indiqué que la police a ‘’tué’’ ces gens qu’elle a blessés mais, ce sont ces manifestants qui ont refusé de mourir, arguant que l’intention de tuer était bien là. Youri Latortue a déploré les victimes mais, a essayé de conduire les opposants sur le terrain de la prudence et du retenu pour attendre les rapports de police ; il s’est vivement opposé au député Vickens Derilus qui avait indiqué que la police n’avait nullement le droit de réprimer la manifestation et qu’elle l’a fait vraisemblablement après avoir reçu des instructions politiques pour le faire. Altes Toussaint qui, citant des collègues députés de PSP dans le Nord’est a indiqué que la population était manipulée et qu’au fait des dispositions étaient en train d’être prises pour donner suite aux doléances des peuples de ce département. Des propos contestés par le député Derilus et l’ancien sénateur Samuel Madistin.

Le débat était par la suite porté sur St Marc avec les problèmes d’électricité que connait actuellement la ville et il y a eu des échanges pimentés s entre l’ex maire Pollux et le député Altes Toussaint sur la responsabilité de ce blackout. Sur le dossier de la crise politique et l’intervention vendredi au soir du président de la République sur les ondes de la Télévision Nationale d’Haïti, le ministre Heriveaux a vanté les mérites du chef de l’Etat qui n’a pas hésité à faire de grands sacrifices et de grandes concessions pour aider à la résolution de la crise. Étonnement sage, le ministre Heriveaux a mis en avant l’intégrité supposée des membres composant la commission présidentielle de consultation et parle de commission multisectorielle qui a toutes les chances de sortir avec quelque chose de positif.

Vickens Derilus conteste l’expression ‘’sectorielle’’ arguant que les individus qui sont là le sont, à son sens, à titre personnel et ne représentent aucun secteur. Le député dont Me Madistin est tombé sous le charme (il mérite un second mandat, dira plus tard Madistin) a déclaré qu’il est déçu après l’intervention du chef de l’Etat qui, après toutes ces semaines de consultations, n’est venu qu’avec une simple commission consultative.

‘’C’est le cycle du dilatoire qui va se poursuivre car, tout le monde sait à l’avance que cette Commission ne va rien changer à la crise’’, a dit le sénateur Joseph et rejoint dans son argumentaire par l’ancien sénateur Samuel Madistin qui croit que la réponse de la population qui a gagné les rues en masse ce samedi matin encore à Port-au-Prince est encore plus “significative et le symbole d’un pouvoir qui a perdu sa capacité de convocation s’il ne l’a jamais eue”.

‘’Je n’ai rien contre les personnalités qui composent la Commission mais, son travail est biaisé à la base puisque le président Martelly l’a circonscrit à 5 points alors que le point essentiel, objet des manifestations de rues (sa démission), n’est même pas évoqué’’, a dit Me Madistin dont les propos sont contredits par le sénateur Latortue qui pense que la Commission est une bonne idée en soi et que le président Martelly, moralement, va devoir suivre, même à 80%, ce que recommandera la Commission.

Le député Altes Toussaint est du même avis que le sénateur Latortue et encourage les acteurs de l’opposition à collaborer pour une sortie de crise. L’émission s’est terminée sous les vivats d’un public qui avait, dans une très large mesure, pris faits et causes pour l’opposition présente au panel. Chapeau à St Marc e à son bouillant et chaleureux public qui a royalement accueilli Ranmase. 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)