Levaillant Louis-Jeune (Photo de Wilner St-Val)

L'ancien président de la Chambre basse ne fait pas dans la dentelle lorsqu'il s'agit de critiquer le pouvoir en place pour ses carences et son irrespect envers histoire de ce pays et la société en général :"Comment comprendre que Martelly et sa clique aient choisi de festoyer le jour même marquant l'anniversaire de l'empereur Dessalines; ils sont réellement des fils de Petion qui ne trouvent mieux à faire que fêter la disparition du bâtisseur de la patrie", s'est emporté le député Levaillant Louis-Jeune.

Son collègue André Michel, membre du MOPOP a renchéri pour fustiger le comportement du pouvoir qui, au moment même où il se la coulait belle au carrefour de l'aviation, a choisi de museler l'opposition démocratique qui manifestait paisiblement dans les rues.

"Par cet acte, Martelly a montré clairement l'orientation dictatoriale  de son régime et il a pratiquement mis fin aux consultations qu'il a lui-même initiées pour trouver une issue à la crise actuelle. Quant à Godson Orélus et sa police politique qui a bombardé de gaz lacrymogène des manifestants pacifiques, nous étudions la possibilité de porter plainte contre ce directeur de la PNH qui semble recevoir l'ordre du  palais national pour museler l’opposition".

Le Dr Martial Bénêche du ministère de la Communication s'est dit étonné d'entendre Me Michel et le député Levaillant occulter l'histoire en présentant Dessalines comme le chantre de la division alors que celui-ci, malgré des différences du début avec des hommes comme Pétion, aura été celui qui a su réunir tous les hommes (noirs et mulâtres) sous le drapeau pour construire l'unité nationale. Meme son de cloche du côté du porte-parole de la Primature qui s'est dit consterné par cette rancœur historique que l'opposition a réveillée en plein 21e siècle (Dessalines pral wer Petion) alors que Christophe qui n'était pas un “saint” dans le Nord est honoré et constamment montré du doigt pour ses réalisations.

Kedlair Augustin a ensuite tenté d'expliquer les réalisations du régime Martelly-Lamothe pendant les 3 ans et plus du mandat. Il est coupé court par l'ingénieur Rosemond Pradel qui souligne à l'attention du porte-parole que la réussite d'un pouvoir ne se mesure pas à l'aune de ses réalisations (pas seulement) , mais aussi et surtout par son orientation et sa propension à respecter la constitution et les lois de son pays.

"Comment Martelly pourra t-il expliquer qu'en plus de 3 ans au pouvoir, il n'a pas réussi à organiser une seule élection, est-il normal que l'opposition, malgré l'évidence du caractère non-violent de ses manifestations n'a jamais pu les finir ces derniers temps alors que dans le même temps, la police sécurise chacune des contre-manifestations du pouvoir (c'était le cas le 17 Octobre)".

Stanley Lucas depuis Washington vient lui-même avec des chiffres négatifs que les administrations Aristide et Préval auraient laissé comme héritage pour Martelly et que celui-ci essaie tant bien que mal de corriger (taux de kidnapping élevé, analphabétisme, misère et chômage). Le député Vickens Dérilus a appelé pour démentir les données de Stanley pour rappeler le nombre de lycées construits à travers la République sous les administrations antérieures.

Sur le sujet à la mode à l'échelle mondiale et qui est redouté par tout e monde (Ebola), la ministre Florence Duperval Guillaume a fait une intervention pour calmer les esprits en indiquant que les autorités haïtiennes sont entrain de prendre des dispositions avec la MINUSTAH d'une part et au niveau des ports et aéroports pour empêcher que ce virus n'arrive sur le territoire. Stanley Lucas a jeté un peu de panique en indiquant que la force onusienne aurait menti aux autorités haïtienne lorsqu'elle a indiqué que la rotation des soldats des contingents de l'Afrique de l'Ouest a été  suspendue alors qu'il n'y a pas une semaine qu'un soldat de cette partie de l'Afrique était arrivé à l'aéroport de Port-au-Prince.

Rosemond Pradel, sur les commissions mises en place par la ministre Florence Duperval Guillaume pour travailler sur cette question, souhaite que des éléments de la société civile et de l'opposition politique l'intègrent, question de donner plus de crédibilité à la démarche et aussi pour faire face à la méfiance de la population vis à vis de l'État en général. "Ebola est très sérieux, ce n'est pas politique, et face à cette maladie mortelle à plus de 90%, il doit pas y avoir de pouvoir et d'opposition, on doit tous se mettre ensemble", a dit l'ancien conseiller électoral applaudi par le panel, particulièrement par les représentants du pouvoir Tet Kale. Une intervention du sénateur Jn Baptiste Bien-Aimé par téléphone pour parler du succès d'une manifestation anti-Martelly dans le Nord'est le 17 Octobre dernier a clos les débats à cette émission Ranmase du 18 0ctobre à Radio Caraibes.

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)