Jamais pareille expérience n`a été tentée dans le passé avec l`émission radiophonique la plus populaire du pays et dans la communauté haïtienne de la diaspora. Ranmase s`est en effet mis au féminin pour mettre les femmes à l`honneur à l`occasion de ce samedi 8 Mars, journée Internationale de la Femme.

Jamais pareille expérience n`a été tentée dans le passé avec l`émission radiophonique la plus populaire du pays et dans la communauté haïtienne de la diaspora. Ranmase s`est en effet mis au féminin pour mettre les femmes à l`honneur à l`occasion de ce samedi 8 Mars, journée Internationale de la Femme. 

Mirlande Manigat qui a un palmarès et une carte de visite aussi riche qu`une encyclopédie (constitutionnaliste, professeure d’université, ancienne première dame, ex-sénateur de la République et ancienne candidate malheureuse à la présidence) était autour du panel en compagnie des militantes connues comme Mme Marie Frantz Joachim (SOFA), Mme Colette Lespinasse (ex directirice du GARR) et une ancienne ministre à la Condition féminine, Mme Marjorie Michelle qui représentait la Fanmi Lavalas en compagnie de Mme Paulna Brutus. Au téléphone, des figures comme Liliane Pierre Paul, une icône de la presse haïtienne et l`ancienne sénatrice Edmonde Supplice Beauzile qui est aussi la coordonatrice nationale de la Fusion des Sociaux Démocrates avaient tenu aussi à signaler l`importance du jour et rappeler le long cheminement de la bataille des femmes pour le respect de leurs droits.

``Ce n`est pas une fête en soi, a tenu à souligner la grande vedette du journal de 16 hres sur Radio Kiskeya.  Le 8 Mars doit plutôt nous interpeller sur le travail qui reste à faire pour que les femmes soient présentes dans les sphères de décision (pouvoir, parlement et la justice) en aussi grand nombre qu`elles le sont dans la société (52% de la population) ``. 

Mme Beauzile a repris un souhait de deux des autres panelistes (Marie Frantz Joachim et Mme Marjorie Michelle); ``Très bien qu`une émission si populaire et si instructive ait pensé aux femmes en ce jour mais, on aurait aimé qu`elle le fasse un peu plus souvent et pas seulement pour le 8 Mars``.  L`ancienne ministre à la Condition féminine du président Préval se dit étonnée d`entendre l`animateur du show (Jean Monard Metellus) expliquer que les femmes sont toujours réticentes à venir participer à Ranmase quand il y a des femmes comme celles qui sont aujourd`hui présentes à l`émission et qui n`attendent que cette opportunité pour opiner sur la conjoncture.

Les deux militantes lavalas (Mme Brutus et Mme Michelle) voulaient surtout donner écho à un programme de leur parti à l’occasion du 8 Mars  avec un grand rassemblement de femmes qui étaient attendues à la Fondation alors que Mme Marie Frantz Joachim, très directe et très critique à l`endroit du pouvoir a dénoncé l`attitude complice du président Martelly qui a gardé dans les tiroirs de la présidence une loi protégeant les femmes condamnées à élever seules leurs progénitures (paternité responsable et affiliation). Mme Lespinasse a ajouté deux autres lois tout aussi importantes pour les femmes qui ne sont toujours pas publiées malgré leur vote au parlement.

Sur le Carnaval, Colette Lespinasse dit se rappeler que l`actuel chef de l`exécutif prenait plaisir à dénigrer une femme qui était la mère et l`épouse des musiciens qui étaient en compétition ( polémique) avec lui et aujourd`hui, c`est pas du tout étonnant qu`il ait choisi d`encourager des meringues qui mettent les corps des femmes en évidence au détriment des sujets de fond comme ceux traités dans le texte de Brother`s Possee.  A propos des lois votées et non publiées comme avec aussi la liste des conseillers à la Cour des Comptes qui était l`objet d`un chantage politique pour sa publication, Mme Mirlande Manigat déplore le vide juridique et constitutionnel qui facilite de tels désordres.

``Le président Desras a commis le péché de s`enfermer dans un tour d`ivoire avec ses conditions pour la signature de l`accord d’El Rancho. En fait, la publication  des 10 noms de la CSC/CA n`est pas un cadeau de l`Exécutif, c`est une exigence de la Constitution puisque ce dernier disposait d`un délai d`objection``. 

Toutes les femmes de ce panel historique n`appuient pas le président Desras Simon Dieuseul dans sa démarche visant à respecter ses engagements pour l`accord politique. Marie Frantz Joachim est allée jusqu`à contester l`autorité morale de l`église catholique qui est, dans certaine mesure, responsable de beaucoup de nos maux et de nos malheurs dans un passé récent.  Mme Manigat et Mme Lespinasse sont inquiètes car, cet accord peut déboucher sur une nouvelle crise avec les sénateurs (6) qui menacent de boycotter les séances du grand corps si le président Desras maintient sa décision de signer l`accord   et avec l`éventuelle démission de 5 sénateurs proches du pouvoir pour favoriser le projet « machiavélique présidentiel » (jamais avoué mais, bien réel, selon Mme Manigat) de rendre dysfonctionnel le sénat et ainsi arriver à la caducité du parlement, on peut déjà commencer à dire bonjour la catastrophe.

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)