Clark Parent, ancien sénateur (Photo de Wilner St-Val)L`ancien sénateur de la République ne voulait pas utiliser la langue de bois à cette émission de Ranmase où il a dit haut et fort tout ce qu`il a pensé à propos de ce dialogue qui est, selon lui, très loin de pouvoir résoudre les problèmes fondamentaux du pays. Questionné sur les conditions imposées par le président du sénat pour signer l`accord (publication des 10 noms de la Cour des Comptes), Joseph Clark Parent estime que le sénat et plus généralement, le parlement n`avait pas sa place dans des négociations politiques entre l`opposition et le pouvoir.

 

 

 

Clark Parent, ancien sénateur (Photo de Wilner St-Val)L`ancien sénateur de la République ne voulait pas utiliser la langue de bois à cette émission de Ranmase où il a dit haut et fort tout ce qu`il a pensé à propos de ce dialogue qui est, selon lui, très loin de pouvoir résoudre les problèmes fondamentaux du pays. Questionné sur les conditions imposées par le président du sénat pour signer l`accord (publication des 10 noms de la Cour des Comptes), Joseph Clark Parent estime que le sénat et plus généralement, le parlement n`avait pas sa place dans des négociations politiques entre l`opposition et le pouvoir.

``C`est un non sens et une manifestation en plus de la faillite de l`État; le parlement aurait pu être consulté après la signature éventuelle d`un accord pour formaliser ce dernier mais, il n`avait pas à y prendre part``.

Le sénateur Steven Irvenson Benoit a tenté de justifier la présence des parlementaires à ces assises en expliquant qu`ils n`avaient pas directement participé aux débats et qu`ils étaient là, un peu, comme observateurs.  Même à ce titre, l`ancien chanteur du groupe ``Les frères Parent`` conteste la présence des parlementaires à El Rancho d`autant qu`il est prévu que le président Desras signe l`accord final. Clark Parent, pas du tout tendre à l`endroit du pouvoir, a aussi critiqué la présence d`une multitude de partis (des groupuscules), satellites du parti Tet Kale à la rencontre.

``Dans tous les pays du monde, quand il y a crise politique, le pouvoir s`assied avec l`opposition pour discuter et trouver une issue mais, on ne peut pas réunir quelques partis de l`opposition perdus au milieu de toute une kyrielle de partis proches pour ensuite parler de dialogue politique``, a confié Clark Parent provoquant une certaine irritation et même la colère chez Repons Peyizan (Fednel Monchery), OLAH (Waner Cadet) et UCADE (Jeantel Joseph) présents au panel de l`émission en qualité de défenseurs du pouvoir Tet Kale même si le second a prétendu défendre les intérêts du pays et non ceux d`un homme (Michel Martelly).

Plus mordant, Waner Cadet a parlé de la méchanceté des dirigeants politiques absents au dialogue et des sénateurs de l`opposition qui mettent le président Desras en garde contre toute signature éventuelle de l`accord final.

``Ils sont méchants et de mauvaise foi; ils ne veulent pas donner une chance au pays car, ils ne pensent qu`à leurs seuls mesquins intérêts ``, a dit M. Cadet soulevant l`indignation de Mme Marie Denise Claude qui a minimisé les points de vue du dernier arguant que Martelly n`avait aucunement l`intention de résoudre la crise et qu`il était plutôt venu chercher un second souffle auprès de quelques partis de l`opposition qui ont cru dans la supercherie.
 ``Regardez ce qu`il a fait; il a fait venir des partis sans relief, des satellites de son parti avec des leaders improvisés pour grossir les rangs et empêcher que les problèmes de fond ne soient abordés et vous osez appeler cela un dialogue politique``, s`est offusqué la fille de l`icône Sylvio C. Claude.

Jeantel Joseph était dans toute sa colère pour accuser Mme Claude de militer contre l`émergence d`une nouvelle classe politique avec de nouveaux visages. ``Vous vous attendiez à ce que le chef de l`Etat soit seul avec vous pour faire passer vos seules idées sans tenir compte de celles qui lui sont favorables``, a déploré le dirigeant de l`UCADE qui a trouvé un écho favorable chez son collègue Fednel Monchery qui a estimé que la solution ``rache manyok`` proposée par le MOPOD et INITE ne tiennent pas la route.

Provocateur, l`ancien sénateur Parent a demandé à Monchery si les paysans avaient trouvé la réponse qu`ils cherchaient (ironisant sur le nom de son parti Repons Peyizan), celui-ci a indiqué que quelques efforts sont faits et qu`avant la fin du mandat du président Martelly, beaucoup de pions seront placés dans le cadre de la satisfaction de leurs besoins essentiels.

Le sénateur Benoit a fait remarquer à M. Monchery que des efforts sont effectivement faits puisque des tonnes de riz sont achetées du Vietnam au grand dam des paysans de l`Artibonite qui souhaitaient de l’encadrement avec des engrais et des semences.   Sur le dossier de la Cour Supérieure des Comptes, Steven Irvenson Benoit a redit qu`il n`avait pas conseillé au président Martelly de publier une liste partielle (7 sur 10) contrairement à ce qu`a dit Me Fevry. ``Les 10 dossiers sont corrects et Ralph Théano induit le chef de l`État en erreur et c`est lui qui paiera les pots cassés car, d`ici peu tous les noms seront publiés``.  

Fednel Monchery, Jeantel Joseph, Waner Cadet, Marie Denise Claude, Jean Jacques Clarck Parent, fedner Bazile ( Schuman), Steven Irvenson Benoit (photo de Wilner St-Val)

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)