Invités de Ranmase du 8 Février 2014 à Ouanaminthe (photo de Wilner St-Val)La fière cite Ouanaminthaise s`est levée comme un seul homme pour accueillir le week-end toute l`équipe de Ranmase de Radio Caraïbes venue présenter live dans un studio aménagé au restaurant "Plaisirs Gourmands" de la ville le grand show radiophonique le plus suivi au pays et dans la communauté haïtienne de la diaspora. Des invités venus de la capitale (Jean Baptiste Azolin pour le GARR et le Dr Evans Beaubrun, RDNP et MOPOD) mêlés aux autorités du Grand Nord (seul Le Nord-Ouest manquait à l`appel) pour cette émission qualifiée d`historique par le principal initiateur de ce projet, le vice-président de la Chambre de Commerce, d`Industrie et des Professions du Nord`est, le professeur Nesmy Manigat .

 

Invités de Ranmase du 8 Février 2014 à Ouanaminthe (photo de Wilner St-Val)La fière cite Ouanaminthaise s`est levée comme un seul homme pour accueillir le week-end toute l`équipe de Ranmase de Radio Caraïbes venue présenter live dans un studio aménagé au restaurant "Plaisirs Gourmands" de la ville le grand show radiophonique le plus suivi au pays et dans la communauté haïtienne de la diaspora. Des invités venus de la capitale (Jean Baptiste Azolin pour le GARR et le Dr Evans Beaubrun, RDNP et MOPOD) mêlés aux autorités du Grand Nord (seul Le Nord-Ouest manquait à l`appel) pour cette émission qualifiée d`historique par le principal initiateur de ce projet, le vice-président de la Chambre de Commerce, d`Industrie et des Professions du Nord`est, le professeur Nesmy Manigat .

De par son envergure nationale et son audience qui dépasse les frontières, Ranmase pouvait difficilement éviter les sujets de préoccupation nationale comme la visite du président Martelly à la Maison Blanche (il a été se faire tirer les oreilles par ses chefs, dira Hugue Célestin), l`impasse politique et le dialogue de El Rancho (les sénateurs Moyse Jean Charles et Jean Baptiste Bien-Aimé, le Dr Evans Beaubrun et Hugue Célestin, encore lui se sont affrontés, dans les limites de la cordialité et de la tolérance bien sûr avec le journaliste de Radio Contact du Cap haïtien connu pour ses affinités pour le pouvoir, Cyrus Cibert) mais, l`essentiel de cette émission spéciale était ce samedi ailleurs,  il était concentré sur  le dossier de la crise qui secoue les deux pays qui se partagent la souveraineté de l`Ile et aussi sur Le Nord`est et la Ville de Ouanaminthe, ses problèmes, ses attentes, son histoire. 

Deux jeunes entrepreneurs du département (Jacques Sauveur Jean, propriétaire d`une ferme agricole  à Ferrier et Jean Renaud) ont partagé leur expérience avec le panel pour bien montrer qu`avec un peu de volonté et d`implication de tous les secteurs et de l`État central, on peut essayer de concurrencer la République dominicaine.

``Il faut cesser de mettre  de l`argent dans les poches des dominicains et investir dans les grandes entreprises et les industries``, a confié le second alors que le chanteur de renom pense lui qu`on doit essayer de grandir à côté de nos voisins qui ont aujourd`hui l`expertise et les moyens de production. ``Je ne cache pas que des dominicains m`ont aidé à construire ma ferme et ils m`ont même prêté de l`argent; ce que des compatriotes se rechignent à faire``. 

 

 Malgré les bonnes déclarations d`intention de Jackito , le ton allait monter d`un cran à l`encontre de nos voisins dans les prises de position du représentant du GARR par exemple, Jean Baptiste Azolin sur la table qui croit que les dominicains essaient de nous rouler dans la farine avec la commission bilatérale en ce sens que les deux réunions (CODEVI à Ouanaminthe et Jimani) n`ont abordé que les aspects superficiels  de la crise et qu`à son avis, les autorités haïtiennes auraient dû conditionner la signature d`un quelconque accord au retrait pur et simple de leur arrêt scélérat, discriminatoire et raciste. Le professeur Maismy Mary Fleurant, cadre resté sur place à Ouanaminthe malgré le niveau de formation et les sollicitations extérieures n`était lui non plus pas très tendre à l`endroit des dominicains pour leur injuste décision et il s`est félicité du fait que la communauté internationale continue de manifester sa solidarité vis-à-vis du peuple d`Haïti et ce, en dépit du fait que la question soit ramenée sur un cadre bilatéral.

 ``Nous devons veiller à ne pas nous laisser endormir par les dominicains dans cette commission qui leur fournit un prétexte supplémentaire pour faire passer le temps et faire accepter par l`opinion haïtienne l`inacceptable``, a dit le professeur Fleurant qui avait auparavant fait présentation succincte mais combien intéressante et enrichissante de sa ville natale (Ouanaminthe). 

Moyse Jean Charles avait aussi expliqué les enjeux politiques électoralistes des dominicains à la base de leur décision (pour empêcher aux dominicains d`ascendance haïtienne de voter en faveur du parti du feu Dr Jose Francisco Pena Gomez) alors que le Dr Evans Beaubrun se rappelle lui qu`un certain Michel Joseph Martelly, alors en campagne, avait plaidé pour l`Unification de l`Ile et que son attitude désinvolte et désintéressée dans cette crise participerait sans doute dans ce vaste plan contre le peuple haïtien.

Comme il l`a fait pendant toute l`émission face à l`opposition, Cyrus Ciber s`est inscrit en faux contre une prétendue volonte du président Martelly de ``laisser faire`` les dominicains.

``Je n`ai jamais vu un président haïtien prononcer un discours aussi fort contre les dominicains, surtout pas Aristide et encore moins Préval que celui qu`avait fait Martelly devant la CARICOM et récemment encore à l`OEA où la presse internationale avait rapporté que les propos étaient même acides entre les deux chefs de l`État``. 

Nesmy Manigat à qui plusieurs questions touchant les préoccupations du panel sur l`inutilité ou l`inopportunité de la Commission bilatérale dans laquelle il siège a répondu  sec et sans équivoque pour dire que si le public attend que la commission demande et obtienne la levée de l`arrêt qui fait l`objet de tout ce débat, il se trompe; c`est pas la mission de celle-ci mais, à coté il y a des problèmes très graves se rapportant  notamment à la migration,  à l`exploitation de l`eau utilisée par les deux pays (le fleuve l`Artibonite pour nous), les étudiants haïtiens dans les Universités dominicaines etc… qui, s`ils ne sont pas traités, pourraient être à la base de grands conflits.

``Nous devons aussi cesser cette hypocrisie  qui nous porte souvent à développer un nationalisme de faux alois et regarder la réalité en face; nous avons ici une agriculture de jardinage qui nourrit à peine le ménage qui la produit alors qu`en face, ce sont de grandes exploitations avec des techniques plus ou moins  modernes de production; au Nord`est, avec la Chambre de Commerce, nous essayons de donner le ton parce que nous avons de jeunes entrepreneurs qui ont envie de changer les choses et c`est ce qui m`a poussé à revenir dans mon département. Est-il normal que nos étudiants continuent d`étudier dans des ouvrages de Trujillo alors que nous crions haut et fort et avec raison qu`il avait organisé le massacre de nos compatriotes en 1937. Nous sommes incapables de gérer une université qu`ils nous ont offertes et nous continuons à rejeter la responsabilité sur les autres``, a conclu  l`économiste qui était quand même fier d`avoir mis, à travers cette émission de Ranmase, son Ouanaminthe sous les feux des projecteurs.

 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)