Réuion de la CaricomGEORGETOWN – La Communauté des États de la Caraïbe (CARICOM) vient de décider de suspendre le traitement de la demande d’adhésion de la République dominicaine à l’Organisation. Cette décision intervient à la suite  de celle de la Cour Constitutionnelle dominicaine de révoquer la citoyenneté et d’expatrier plus de 250’000 dominicains nés de parents haïtiens à partir de 1929.

Réunion de la CaricomGEORGETOWN – La Communauté des États de la Caraïbe (CARICOM) vient de décider de suspendre le traitement de la demande d’adhésion de la République dominicaine à l’Organisation. Cette décision intervient à la suite  de celle de la Cour Constitutionnelle dominicaine de révoquer la citoyenneté et d’expatrier plus de 250’000 dominicains nés de parents haïtiens à partir de 1929.Cette décision de la CARICOM, prise non sans retard, sanctionne une victoire diplomatique pour Haïti dans une escalade qui n’est, semble t-il, pas prête à prendre fin. En effet, malgré les déclarations dénonçant ce choix anti-démocratique venant d’organisations comme le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) ou de personnalités importantes comme le prix Nobel Mario Vargas Llosa, les dirigeants dominicains persistent et signent dans une loi qui va à l’encontre du très républicain principe du droit du sol et du jugement de 2005 prononcé par la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) lui demandant d’adapter ses pratiques d’immigration aux dispositions de la Convention Interaméricaine Relative aux Droits de l’Homme.

Ainsi, méprisant le bon sens, les autorités dominicaines ont commencé leur rafle durant les dernières semaines. Si on prétend que certains ont, volontairement, pris le chemin du retour, il n’en est pas moins évident qu’ils ont été refoulés. Comment parler de retour quand la majorité n’a jamais été en Haïti? Pourquoi ne pas parler plutôt de monstruosité, de barbarie ou de petitesses d’âmes?

Une fois encore, la République Dominicaine prouve qu’elle a beaucoup fait. Elle a si et tant fait pour attiser la haine entre deux peuples et détériorer les relations bilatérales avec un pays qui a, raison historique oblige, accepté de lui partager son île. Elle refuse effrontément de laisser des hommes, des femmes et des enfants vivre dans leur propre pays à l’endroit même ils prononcèrent pour la première fois un : "nous sommes chez nous".

Cette décision de la CARICOM de suspendre le traitement de la demande d’intégration du pays voisin à l’Organisation est prise ce mardi à Georgetown, Guyana. Elle est de bon augure pour les espoirs de tous ceux et celles qui défendent les droits de l’homme. Espoirs, qui peuvent être aussi trompeurs que vains, ne viendront pourtant pas résoudre ce problème lié aux racines même de l’homme dominicain. Mais, ils l’empêcheront, peut-être, de se recouvrir de honte.

 

L’Equipe de la Rédaction de Parole En Archipel

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)