×

Avertissement

JFolder::files : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : /home/infohait/public_html/images/ranmasedu01062013
×

Annonce

There was a problem rendering your image gallery. Please make sure that the folder you are using in the Simple Image Gallery Pro plugin tags exists and contains valid image files. The plugin could not locate the folder: images/ranmasedu01062013

Pascal Adrien, étudiant en droit (photo de Wilner St-Val)Assailli par les critiques pour sa propension à privilégier des têtes connues mais, qui se relaient chaque samedi à l'émission et surtout pour un "mépris caractérisé" de la jeunesse universitaire pourtant appelée à prendre la relève de demain, Ranmase a fait une grande ouverture ce samedi et entame un grand virage qui permettra à l'opinion de découvrir ce que l'avenir immédiat de la politique nous réserve. "Ce n'est pas une cassure, pas un brusque remue-ménage; juste une petite fenêtre qui permettra progressivement aux jeunes de montrer qu'ils seront prêts pour les grands débats de société", a d'ailleurs reconnu le présentateur de l'émission.

Pascal Adrien, étudiant en droit (photo de Wilner St-Val)Assailli par les critiques pour sa propension à privilégier des têtes connues mais, qui se relaient chaque samedi à l'émission et surtout pour un "mépris caractérisé" de la jeunesse universitaire pourtant appelée à prendre la relève de demain, Ranmase a fait une grande ouverture ce samedi et entame un grand virage qui permettra à l'opinion de découvrir ce que l'avenir immédiat de la politique nous réserve. "Ce n'est pas une cassure, pas un brusque remue-ménage; juste une petite fenêtre qui permettra progressivement aux jeunes de montrer qu'ils seront prêts pour les grands débats de société", a d'ailleurs reconnu le présentateur de l'émission.

Pascal Adrien, jeune étudiant (3e Année) en Sciences Juridiques de la FDSE et membre de l'UEH, présent pour une seconde fois au panel de Ranmase a d'ailleurs été le premier à ouvrir les "hostilités" en dénonçant des programmes sociaux "démagogiques" de l'Administration Martelly-Lamothe et une honteuse propagande visant à faire passer cette équipe pour des champions en matière de lutte contre la misère et le chômage alors que les chiffres sont alarmants et les indicateurs économiques (un taux de change battant tous les records) n'ont jamais été aussi inquiétants (ils sont au rouge). Pascal Adrien a aussi dénoncé la piteuse assistance accordée à 22.000 étudiants arguant que si cette équipe avait une vraie vision développementiste, cet argent qui va se chiffrer en milliards de gourdes (35 millions de dollars US, soit, à peu près l'équivalent du montant qui a servi à la construction du Campus de Limonade)  à l'expiration du mandat du président Martelly aurait pu servir à améliorer grandement le sort de l'Université d'Etat d'Haiti par exemple.

Le porte parole de la présidence a essayé de contredire l'étudiant Adrien en indiquant que l'enveloppe allouée à l'Université dans ce budget n'a jamais été aussi élevée (elle a subi une augmentation de 56%); Pascal Adrien relayé quelques minutes plus tard par l'ancien colonel Himmler Rébu a fait remarquer à Lucien Jura que c'est l'Université de Limonade (qui n'existait pas avant) qui a contraint le pouvoir à consentir cette augmentation et d'ailleurs les autres entités de l'UEH n'en ont pas profité (elles fonctionnent toujours avec un budget de misère). Me Kedler Augustin, porte-parole du premier ministre pouvait difficilement garder son calme face à la ténacité du jeune Adrien et surtout de l'ancien officier des FAD'H qui avait reproché au pouvoir son manque de sérieux.

"Dis-moi une seule fois où vous avez reconnu une bonne action ou une bonne initiative prise par cette équipe", s'est adressé Me Augustin à l'endroit du colonel Rébu et le panel (y compris le modérateur) a pris fait et cause pour le responsable du GREH en indiquant que ce dernier s'est toujours considéré comme très proche de l'équipe Tet Kale, du moins idéologiquement et a maintes fois reconnu qu'elle est de bonne foi sur plusieurs sujets notamment l'éducation même si, ajoute le colonel Rébu, l'approche est très mauvaise et peut nous conduire à un vrai fiasco.

L'ancien sénateur Hériveaux est aussi d'avis que le pouvoir lance de très mauvais signaux même s'il reconnaît que certains ministres comme celui de l'éducation (Vanneur Pierre), celui des TPTC (Jacques Rousseau) ou la ministre du Tourisme (Stephanie B. Villedrouin) se débrouillent comme ils peuvent. "Le PSUGO avait très mal démarré avec des chiffres fabriqués par le palais national pour le nombre d'enfants envoyés à l'école, mais, on doit reconnaître que  certaines corrections sont maintenant apportées", a néanmoins reconnu le transfuge de Lavalas. Avec son style simple, posé mais direct, le Dr Dunois Eric Cantave a pointé du doigt les dérives inacceptables du pouvoir et a loué les mérites du Sénat qui, cette semaine, a pris plusieurs mesures visant à obliger les responsables à rendre des comptes sur des sujets délicats et de grande préoccupation nationale. Il a en ce sens salué la résolution exigeant le départ ordonné et progressif de la MINUSTAH en même temps qu'il a dénoncé l'attitude de "marron" du chef du gouvernement qui cherche à fuir le parlement pour ne pas devoir rendre compte des milliards dépensés dans le cadre du Plan d'Urgence.

 

"Avec 5 milliards de dollars, vous imaginez les kilomètres de route qu'on aurait pu construire pour désenclaver le pays", s'est emporté le Dr Cantave. En choeur, Lucien Jura et Kedler Augustin ont indiqué qu'il y aura des surprises à cette séance du mardi 4 Juin au Sénat car, à peine un peu plus d'un milliard de cette somme ont effectivement été engagés. "Même s'il s'agissait d'un centime, le premier ministre a pour devoir de rendre des comptes à la nation, il ne peut pas s'y dérober comme il le fait depuis des mois", a rétorqué Dunois Eric Cantave. Himmler Rébu est revenu à la charge pour dénoncer les dangers des lampadaires sur l'autoroute de Delmas dans l'éventualité d'un tremblement de terre par exemple et sur les errances du pouvoir Martelly qui contribuent à renforcer Lavalas et Jn Bertrand Aristide sur le terrain. "Martelly par sa politique puérile et franchement insensée remet le pouvoir sur un plateau à Lavalas", a répété avec déception le colonel Rébu.

Moyse Jn Charles à la tête d'une délégation venue d'Amérique latine et de l’Amérique du Nord, de l'Europe et d'Afrique composée de syndicalistes, de parlementaires et aussi de journalistes était passé à Ranmase pour parler de cette grande conférence organisée vendredi à Port-Au-Prince et qui s'est poursuivie hier samedi pour dénoncer la présence de la MINUSTAH sur le sol national. Tour à tour, le sénateur Jn Charles, le syndicaliste Fignolé St-Cyr, des représentants du Brésil (2), de l'Argentine, des États-Unis (une journaliste), de l'Afrique (le député Salim) et de la France avaient pris la parole pour demander le retrait immédiat des forces onusiennes sur le territoire haïtien. Deux jeunes entourés de l'ancien officier des FAD'H et éventuel candidat au Sénat du Centre, Grégory Chévry étaient aussi passés à l'émission pour annoncer le lancement d'une organisation dénommée  "Force verte Ayiti" à Cerca-la-Source le 5 Juin prochain à l'occasion de la journée Mondiale de l'Environnement.

Photos : Wilner St-Val
{gallery}ranmasedu01062013{/gallery}

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)