L'ancien sénateur Turneb Delpé (photo de Wilner StVal) L'arrestation de l'homme d'affaire, soupçonné d'être à la tête d'un réseau de kidnappeurs a été largement commentée à l'émission Ranmase de ce samedi et, en fait, ce sujet a partagé la vedette avec le cyclone Sandy qui, sans avoir touché le pays de plein fouet, a causé d'énormes pertes en vies humaines (une trentaine de morts pour un bilan toujours provisoire) et des dégâts matériels considérables.  S'agissant du premier fait, l'ancien colonel Himmler Rébu a dit redouté des conséquences néfastes pour le système et le secteur des affaires avec ce scandale qui, à son sens, a été très mal abordé.

 

 

 L'ancien sénateur Turneb Delpé (photo de Wilner StVal) L'arrestation de l'homme d'affaire, soupçonné d'être à la tête d'un réseau de kidnappeurs a été largement commentée à l'émission Ranmase de ce samedi et, en fait, ce sujet a partagé la vedette avec le cyclone Sandy qui, sans avoir touché le pays de plein fouet, a causé d'énormes pertes en vies humaines (une trentaine de morts pour un bilan toujours provisoire) et des dégâts matériels considérables.  S'agissant du premier fait, l'ancien colonel Himmler Rébu a dit redouté des conséquences néfastes pour le système et le secteur des affaires avec ce scandale qui, à son sens, a été très mal abordé. 

 

Me Camille Leblanc qui a passé en ridicule (sans le citer nommément) l'avocat de Clifford Brandt qui avait tenté d'établir une différence entre kidnapping et enlèvement a émis l'hypothèse que l'arrestation (de même que l'enquête l'ayant entraînée) pourrait avoir été décidé de l'extérieur; auquel cas, le pouvoir aurait très peu de chance d'influencer le cours des choses comme l'ancien dirigeant du GREH le laissait supposer.

L'ancien sénateur Turneb Delpé n'en revient pas lui-même; dans une analyse très poussée mais sans doute aussi assez subjective, il a laissé penser que la classe économique haïtienne est très fictive et ne vivrait en réalité qu'un commerce de rentes qui commence à ne plus rapporter puisque des hommes et femmes de la classe moyenne (madans sara par exemple) connaissent aussi les rouages du système et finissent pas s'en approprier. "Étant donné qu'ils ne sont pas de vrais investisseurs, encore moins des industriels, alors, pour rester à flot et laisser croire à une illusion de richesse, ils s'adonnent à ces activités viles, louches et criminelles avec bien sur la bénédiction et la complicité de quelques hauts placés à l'intérieur du pouvoir et de la police" laisse croire Dr Delpé.

"Pas étonnant qu'on cherche aujourd'hui à faciliter la fuite de quelques uns d'entr'eux par la frontière dominicaine car, c'est toute la structure de l'Etat qui menace de s'effondrer avec d'éventuelles révélations de Clifford Brandt", a encore avancé le dirigeant du PNDPH.

En début d'émission, le directeur du Centre National de Météorologie, Ronald Semelfort et le ministre de l'intérieur, Ronsard Saint-Cyr étaient venus fournir certains détails relatifs au passage de l'Ouragan Sandy aux larges des Côtes d'Haiti avec un bilan (toujours provisoire) des victimes, des villes touchées et des interventions en cours ou en perspective de l'Etat central pour venir en aide à la population sinistrée.

Dr Delpé et l'ancien ministre de la Justice Leblanc ont reproché au ministre Saint-Cyr l'absence d'une vraie politique de l'Environnement qui figurait en gros plan (parmi les cinq E) de lapropagande du président Martelly. "L'argent du pays était gaspillé dans des programmes sans lendemain pilotés par la première dame alors que les rivières ne sont pas curées et aucun stock stratégique de produits alimentaires en prévision de la tempête n'étaient disponibles sur aucun point du territoire", a déploré Me Leblanc provoquant une réponse plutôt évasive du titulaire de l'Intérieur qui a beacoup insisté sur le temps relativement court de cette nouvelle équipe au pouvoir pour entreprendre et promouvoir une telle politique. "Combien de temps doit-on donner à Martelly pour commencer sur cette voie ? 20 ans ? ", s'est emporté Me Camille Leblanc.

Le nouveau secretaire général du GREH Guiteau Francois, lui aussi présent à ce panel avait jugé plus opportun de prodiguer quelques conseils à l'équipe au pouvoir pour prévenir les risques en prévision des prochains cyclones et aussi pour faire face, sans démagogie, au tableau sombre laissé par Sandy et éviter, si possible, des émeutes post-séismes. Car, dit-il, ce baril de poudre, s'il est mal géré, risque d'être transformé en un véritable volcan politique.

 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)