×

Avertissement

JFolder::files : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : /home/infohait/public_html/images/ranmasedusamedi17mars2012
×

Annonce

There was a problem rendering your image gallery. Please make sure that the folder you are using in the Simple Image Gallery Pro plugin tags exists and contains valid image files. The plugin could not locate the folder: images/ranmasedusamedi17mars2012

Danton Léger, député de Léogane (Photo de Wilner St-Val)Le député de Léogane qui avait présidé la commission d’enquête sur l’arrestation du député Arnel Bélizaire et qui est sur le point de remettre son rapport à son assemblée a conclu à l’entière responsabilité du chef de l’Etat dans cette affaire (il est celui qui avait ordonné que le parlementaire soit arrêté). Me Danton Léger, sur le dossier de la double nationalité supposée du président Martelly, croit que la commission sénatoriale doit rapidement conclure son enquête et transférer l’affaire devant la Chambre des députés si nécessaire qui pourra prononcer la mise en accusation avant que le sénat ne reprenne charge pour le juger et éventuellement le destituer.

Danton Léger, député de Léogane (Photo de Wilner St-Val)Le député de Léogane qui avait présidé la commission d’enquête sur l’arrestation du député Arnel Bélizaire et qui est sur le point de remettre son rapport à son assemblée a conclu à l’entière responsabilité du chef de l’Etat dans cette affaire (il est celui qui avait ordonné que le parlementaire soit arrêté). Me Danton Léger, sur le dossier de la double nationalité supposée du président Martelly, croit que la commission sénatoriale doit rapidement conclure son enquête et transférer l’affaire devant la Chambre des députés si nécessaire qui pourra prononcer la mise en accusation avant que le sénat ne reprenne charge pour le juger et éventuellement le destituer.
«Je ne suis pas d’accord avec ceux qui pensent qu’il faut étouffer l’affaire ; cependant, l’on peut toujours éviter tout ça si le chef de l’Etat fait preuve de grandeur d’âme pour confesser son mal, si mal il y a eu, et attendre le pardon de la nation et du parlement ».  Le parlementaire a poursuivi en argumentant qu’il est pour toute formule de compromis dans cette affaire mais, s’oppose à toute compromission.

Le Dr Dunois Eric Cantave qui estime que le show du 8 Mars dernier au palais national a compliqué la crise au lieu de la résoudre conseille au chef de l’Etat de s’asseoir sans intermédiaire avec les parlementaires pour vider son sac et dire vraiment toute la vérité.  En aucun cas, l’on ne saurait accepter qu’un étranger s’asseye au palais national et continue à engager l’Etat. « A mon humble avis, il n’est pas normal que les sénateurs planchent sur le dossier de la ratification du premier ministre désigné (Laurent Lamothe) avant le dénouement de la crise sur la nationalité du chef de l’Etat », dit encore le Dr Cantave.

Me Léger s’est opposé à cette idée arguant que les deux dossiers peuvent suivre leur cours normal et que la République ne peut être bloquée pour cette seule affaire.  Très acide, comme à son habitude, le juriste André Michel qui devra ce lundi être entendu par un conseil de sage du barreau de Port-au-Prince sur une plainte pour diffamation du président de la République portée devant ses instances a fustigé l’attitude du président Martelly qui cherche à reproduire, selon lui, les vieilles pratiques de la dictature en intimidant la presse et en essayant de réduire au silence des dirigeants politiques (il est lui-même responsable du groupe 77).  Me André Michel qui croit lui-même qu’il y a suffisamment d’indices (pour la nationalité) et même de preuves (pour usage de faux en écriture publique dans l’affaire des faux passeports) pour mettre en doute la qualité et la capacité du chef de l’Etat à continuer à diriger le pays ; il faudrait le mettre en accusation, selon Me Michel qui s’est questionné sur les hommes à moralité douteuse que le président choisit de manière systématique pour diriger ses gouvernements.

« Allez en Afrique et particulièrement au Sénégal, vous verrez nombre de dossiers louches dans lesquels le ministre démissionnaire des Affaires Etrangères est impliqué ». Le porte-parole de la présidence, Lucien Jura s’est inscrit en faux contre les accusations de Me Michel relatives à Laurent Lamothe et indiqué que le concerné est un homme d’ouverture et de compétence qui est animé de bonne volonté pour servir son pays. Lucien Jura qui a accusé Me Michel d’intoxication médiatique avec des accusations sans fondement contre l’équipe au pouvoir a eu aussi pour son compte quand le Dr Cantave lui a rétorqué que son accusation est injuste quand c’est le président qui fait placer des pancartes géantes et très couteuses à l’effigie de sa personne  à chaque coin de rue pour faire croire qu’il a envoyé près d’un million d’enfants à l’école.  

‘’Cela s’appelle culte de la personnalité et ceci est interdit par la constitution de 1987 », a déclaré le Dr Cantave appuyé par le Dr Frantz Large qui estime aussi que le peuple a doit à des explications, particulièrement la diaspora pour les taxes (sans lois) prélevées sur les appels et les transferts. Dr Large n’est pas partisan du départ précipité du pouvoir du président Martelly mais, il croit néanmoins que si celui-ci ne change pas d’attitude vis-à-vis de la presse et de la société et s’il continue à se croire au-dessus de tout le monde, il n’aura certainement pas d’autre issue que la sortie par la petite porte et la honte.

Agronome William Michel qui revendique son appartenance au clan Micky (le président Martelly) a essayé de défendre son chef mais, est souvent pris à parti par quelques invités du panel notamment lorsqu’il a essayé de trouver des excuses aux irrégularités relevées dans les passeports présentés à la presse par le président Martelly.  Le Dr Gérard Evans Beaubrun est lui sans équivoque, la situation est très grave et le président fait preuve de tellement de maladresses qui le rendent pratiquement inaptes à gouverner. « Certains sénateurs font preuve de lâcheté et refusent de signer le document final pour consacrer la forfaiture du président Martelly et l’envoyer devant la haute Cour de Justice et c’est pourtant la seule issue à cette crise », indique le No 2 du RDNP.

Le secrétaire d’Etat à la sécurité publique Réginald Delva était aussi là dans ce panel pour intervenir sur le climat d’insécurité inquiétant dans le pays et sur le rapport du RNDDH. Ses explications ont poussé le directeur exécutif de cet organisme de défense des droits de l’homme à débarquer en personne à la station pour toucher les plaies du doigt. « Il y a un problème de leadership et de commandement au sein de la police ; la vérité, elle est connue, Michel Martelly ne veut pas attendre l’expiration du mandat de Mario Andresol pour le remplacer », a dit Pierre Espérance. Auparavant, le sénateur Edo Zenny était intervenu par téléphone pour démentir un fait avancé par le député Danton Léger arguant avoir été accusé par le sénateur du Sud-est de vouloir ‘’arrêter le président Martelly’’.

 

Les invités de Ranmase sur CaraïbesFM le samedi 17 Mars 2012 (Photos de Wilner St-Val)

{gallery}ranmasedusamedi17mars2012{/gallery}

 

 

 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)