Me Camille Leblanc, l'ancien ministre de la justi de René Préval  ne mâche pas ses mots lorsqu'il est question de parler de l'actuel président de la République et de ses relations plutôt tendues avec les représentants du 4e pouvoir (la presse).

L'ancien ministre de la justice durant le premier mandat de René Préval Me Camille Leblanc ne mâche pas ses mots lorsqu'il est question de parler de l'actuel président de la République et de ses relations plutôt tendues avec les représentants du 4e pouvoir (la presse).

A l'instar de tous les invités du panel de Ranmase ce samedi sur Caraibes FM, Me Camille Leblanc a fustigé le comportement indigne du premier mandataire de la nation  lundi dernier face au journaliste de Scoop FM et le juriste est encore plus remonté quand on lui rappelle que Joseph Michel Martelly a refusé de s'excuser. "S'il ne s'agissait pas du président de la République, j'aurais dit que c'est de l'idiotie poussée à l'extrême", a indiqué Me Leblanc qui croit que si M. Martelly n'a pas d'argument pour répondre aux questions des journalistes, il aurait mieux fait de se taire et laisser aux gens capables de son équipe de le faire à sa place.

Justement, Patrick Féquière, l'ancien conseiller électoral croit que des hommes comme Laurent Lamothe ou Gregory Mayard-Paul dans l'équipe du chef de l'Exécutif peuvent en effet s'exprimer au nom de la présidence si Martelly se révèle incapable de garder son calme et sa sérénité pour s'adresser aux journalistes. Les propos grivois du chef de l'Etat ont aussi été dénoncés par l'ingénieur Déjean Bélizaire (qui les ont jugés inacceptables), Me Levelt Dorcil (tristes et choquants) et le tout nouveau bâtonnier de l'Ordre des Avocats, Me Carlos Hercules (indignes du premier mandataire de la nation). Les invités, en choeur, avec le député de Petion Ville (Repons Paysan), Fredly Georges arrivé en dernier au débat, ont dénoncé les menaces dont l'animateur de Ranmase et Intersection, Jean-Monard Métellus fait l'objet depuis quelque temps de la part de partisans zélés du pouvoir et rappelé la longue lutte menée par le peuple pour la conquête de la liberte d'expression dans le pays.

Au sujet de la nomination d'un nouveau président de la Cour de Cassation, les invités ont noté l'inélegance de la décision du chef de l'Etat qui a parachuté un homme venu du dehors (Me Anel Joseph) alors que le vice-président, George Moyse avait rendu de loyaux services à ce poste par intérim. "Tout comme Me Hercule, l'a dit, je ne remets pas en cause la compétence de Me Anel Joseph, encore moins son intégrité; non plus, je ne dis pas que la décision est illégale mais, le bon sens et l'élégance voudraient que Me Moyse ait une récompense méritée pour son courage et sa carrière", a indiqué Me Camille Leblanc qui croit d'ailleurs que le coup est porté dans un souci de contrôler le CSPJ (Cnseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire) en formation.

Les invités sont aussi revenus sur le score fleuve réalisé par Haiti vendredi soir dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du Monde Brésil 2014 (7 à 0 face aux Iles Vierges américaines) pour rappeler le passé glorieux des athlètes haïtiens dans toutes les disciplines et encourager les autorités à définir une vraie politique sportive capable de mettre en valeur les potentialités de nos jeunes et mieux vendre le pays à l'extérieur.

Par ailleurs, Me Camille Leblanc a critiqué l'intention prêtée à la présidence de garder les postes ministériels clés et de ne laisser que des miettes aux groupes majoritaires au parlement. "Un autre scandale", déplore l'ancien ministre arguant que Martelly fait preuve d'un cynisme déconcertant car, il sait qu'il a besoin de la majorité pour faire "passer" Garry Conille et lui permettre de gouverner. 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)