Jean Monard Métellus, Anthony Barbier, Antonal Mortimé (photo de Wilner St-Val)Pas un seul des invités de Ranmase hier samedi sur Radio Caraibes n'a pris au sérieux le projet  présidentiel de garantir la gratuité de l'enseignement primaire comme il s'était engagé à le faire depuis la campagne électorale; toutefois, ils sont aussi  unanimes à reconnaître un certain mérite à Martelly qui a eu le courage et  l'audace de provoquer le débat dans le milieu et de mettre en relief une exigence constitutionnelle toujours ignorée par ses devanciers.  


Jean Monard Métellus, Anthony Barbier, Antonal Mortimé (photo de Wilner St-Val)Pas un seul des invités de Ranmase hier samedi sur Radio Caraibes n'a pris au sérieux le projet  présidentiel de garantir la gratuité de l'enseignement primaire comme il s'était engagé à le faire depuis la campagne électorale; toutefois, ils sont aussi  unanimes à reconnaître un certain mérite à Martelly qui a eu le courage et  l'audace de provoquer le débat dans le milieu et de mettre en relief une exigence constitutionnelle toujours ignorée par ses devanciers.  
Antonal Mortimé de la POHDH déplore que le chef de l'Etat ait cherché de prendre sur lui-même toute cette responsabilité alors qu'il y a dans le pays des experts qui auraient pu servir. " Ce slogan politique s'apparente à de la pure démagogie au lieu d'être un plan sérieux d'éducation", déclare le militant des droits humains.

"C'est une folie de croire qu'avec un budget dépendant pres qu'aux 3/4 de l'assistance externe, on peut envoyer tous les enfants d'Haiti à l'école", a insinué pour sa part  Garry Denis de l'Initiative citoyenne. L'ancien sénateur Roody Hériveaux qui a voulu accorder des circonstances atténuantes au président Martelly pour ses bonnes intentions dans ce projet a nuancé les propos de M. Denis.

"Non, le mot folie est trop fort, parlons plutôt de leurre car, la réalité objective du terrain va sans doute rattraper le président qui ne pourra certainement réaliser cet ambitieux projet dans un temps aussi record". Anthony Barbier et l'ancien député Frantz Robert Mondé sont sur la même longueur d'onde déplorant le fait que nombre d'enfants ne pourront malheureusemSénateur Rudy Hériveaux (photo de Wilner St-Val)ent pas fréquenter l'école ce lundi en dépit de la propagande faite à grand renfort de publicité dans les médias.

Dans un autre registre, les invités se sont affrontés sur le passé controversé de deux courants politiques représentés dans ce panel par Roody Heriveaux (lavalas) et Bob Mondé (duvalierisme). Ces derniers ont contesté les propos du député Acluche Louis-Jeune et Anthony Barbier voulant faire croire que ces deux régimes qui ont dominé la scène ces 50 dernières années ont fait beaucoup de torts au pays. Très amer, l'ancien député Mondé croit que le temps des flèches assassines est révolu et que nous devons vider les contentieux et regarder l'avenir avec sérénité et confiance. Roody Heriveaux s'en défend aussi. Il juge scandaleux qu'on puisse imputer à lavalas les difficultés actuelles du pays.

Ancien député Robert Mondé, député Acluche Louis-Jeune ... (Photo de Wilner St-Val)"Vous Anthony, Anthonal, Garry et Acluche, avec votre mouvement GNB, vous avez provoqué le chambardement qui nous vaut le retard que nous observons aujourd'hui; je pars toujours du principe que les pouvoirs doivent accomplir les mandats pour lesquels ils ont été élus", a ajouté le Dr Hériveaux qui s'est opposé au retour de l'Armée d'Haiti.  Acluche Louis-Jeune croit que ceci doit faire l'objet d'un débat, Anthonal pense que nous devons analyser objectivement la situation pour voir s'il y a l'opportunité que l'armée revienne. Bob Mondé veut son retour de même que Anthony Barbier et Garry Denis mais, le premier souhaite que l'on se pose la question de savoir "Quelle armée ? Dans quel pays et pour quel peuple?". Question de ne pas revenir avec la même armée décriée et criminelle que nous avions avant.  

 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)