Me Sonel Jean-FrançoisLe premier ministre démissionaire Jean-Max Bellerive devra accompagner demain au parlement le commissaire du gouvernement a.i. Sonel Jean-François qui a auditionné hier jeudi au parquet de Port-au-Prince le ministre de l'intérieur et des collectivités territoriales. Cette audition du ministre, la première d'un membre (en fonction) du pouvoir exécutif depuis l'entrée en vigueur de la constitution de 1987, fait suite à un rapport du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) ....

Me Sonel Jean-FrançoisLe premier ministre démissionaire Jean-Max Bellerive devra accompagner demain au parlement le commissaire du gouvernement a.i. Sonel Jean-François qui a auditionné hier jeudi au parquet de Port-au-Prince le ministre de l'intérieur et des collectivités territoriales. Cette audition du ministre, la première d'un membre (en fonction) du pouvoir exécutif depuis l'entrée en vigueur de la constitution de 1987, fait suite à un rapport du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) qui, dans un rapport rendu public le 28 juillet dernier, avait dénoncé "la gestion désastreuse enregistrée au niveau de l’administration publique, notamment au niveau du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales".

La convocation du ministre Paul Antoine Bien-Aimé par Me Sonel Jean-François a provoqué la colère du président de la chambre des députés M. Saurel Jacinth, présent hier au parquet de Port-au-Prince.

"Les procédures administratives en la matière n'ont pas été respectées. Il aurait pu venir au bureau du ministre pour avoir ces informations" a déclaré à la fin de l'audition un Saurel Jacinth qui avait du mal à cacher sa colère. "On fait tout pour tenter d'humilier les honnêtes gens dans ce pays" a ajouté le député de Moron/Chambellan.
Le premier ministre Jean-Max Bellerive, présent lui aussi hier matin au parquet, estime "précipitée" la démarche de Me Sonel Jean-François.

Au sénat de la république, la commission Justice et Sécurité Publique a formellement convoqué le "zélé" chef du parquet. Pour le sénateur Jean Baptiste Bien-Aimé. "Il faut mettre fin à cette dérive, cet excè de zèle du substitut du commissaire du gouvernement". L'élu du Nord-Est pour la plateforme Inite assimile même la convocation du ministre Bien-Aimé au parquet à "une persécution politique".

Nommé le 2 juillet dernier après le limogeage de Me Haristidas Auguste, le chef a.i. du parquet Me Sonel Jean-François s'est déjà fait parler de lui en décernant des mandats de comparution puis d'arrêt contre le président du Conseil Electoral Provisoire M. Gaillot Dorsinvil et deux de ses conseillers Ribel Pierre et Anténor Guerrier. Après environ trois semaines, la police n'arrive toujours pas à exécuter ces mandats.

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)