Premier discours de Jean-Bertrand AristideJean Bertrand Aristide, de même que les membres de sa famille ont atterri à l'aéroport de Port-au-Prince à bord d'un avion privé parti jeudi d'Afrique du Sud, où il vivait depuis son départ d'Haïti  en février 2004. Sept ans et une semaine donc  après son renversement du pouvoir, l’ancien président est rentré dans son pays ce vendredi matin en compagnie de son épouse Mildred, de ses deux filles (Christine et Michaëelle), de l’acteur et activiste américain Dany Glover et de son avocat américain Ira Kurzban.

Premier discours de Jean-Bertrand AristideJean Bertrand Aristide, de même que les membres de sa famille ont atterri à l'aéroport de Port-au-Prince à bord d'un avion privé parti jeudi d'Afrique du Sud, où il vivait depuis son départ d'Haïti  en février 2004. Sept ans et une semaine donc  après son renversement du pouvoir, l’ancien président est rentré dans son pays ce vendredi matin en compagnie de son épouse Mildred, de ses deux filles (Christine et Michaëlle) de l’acteur et activiste américain Dany Glover et de son avocat américain Ira Kurzban. .

A l’aéroport international Toussaint Louverture de Port-au-Prince,  Jean-Bertrand Aristide a été accueilli par M. Fritz Longchamp, secrétaire général de  la présidence  avant de retrouver  plusieurs membres du Conseil de direction de Fanmi Lavalas qui l’attendaient sur le tarmarc.

Dans une allocution de 10 minutes prononcée en créole, zulu, français, anglais et en espagnol  au salon diplomatique de l’aéroport, l’ancien président a d’abord remercié tous ceux qui l’ont aidé pendant ses « longues années passées  en dehors de son pays » : les présidents Mandela, MBeki, Zuma de l’Afrique du Sud avant de s’exprimer sur la situation du pays après la tragédie du 12 janvier 2010.

«Depuis sept ans, l'état du malade Haïti a empiré. La maladie est malheureusement devenue plus grave. Aujourd'hui, Haïti plie sous le poids de ses 27 millions de tonnes de décombres » a déclaré Jean-Bertrand Aristide tout exprimant sa compassion à l’endroit des dizaines de milliers de victimes qui, aujourd’hui encore, dorment à la belle étoile.

Des partisans de Jean-Bertrand Aristide devant l'aéroport de Port-au-Prince"L'exclusion de Fanmi Lavalas, c'est l'exclusion de la majorité des Haïtiens" a lâché ensuite l’ancien prêtre de Saint-Jean Bosco  avant de condamner la violence sous toutes ses formes. L’ancien président Jean-Bertrand Aristide a terminé son discours en s’adressant directement à la jeunesse : "Jeunes héros et héroïnes d'Haïti, amoureux et amoureuses de la liberté, nous sommes tous au rendez-vous de la République mère. Le plus grand espoir d'Haïti, ce sont les Haïtiens, et le plus grand remède, c'est l'amour".

Devant l’aéroport international de Port-au-Prince, des milliers de supporters enthousiastes d’Aristide attendaient son retour au milieu d’un impressionnant dispositif de sécurité d’unités spécialisées de la police nationale d’Haïti renforcées par les forces onusiennes.

L’ancien président Aristide a regagné sa demeure de Tabarre peu après 11heures dans un véhicule blindé. 

Photos de Gérald Bordes (InfoHaiti.net)

Jean-Bertarnd Aristide dans un véhicule blindé devant l'aéroport en route pour sa résidence à Tabarre 

 Des supporters de Jean-Betrand Aristide devant l'aéroport de Port-au-Princ

 

 

 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)