Ranmase/Haiti post-Séisme : des choix résolument mauvais pour une reconstruction mal engagée
Le sociologue Daniel Supplice , Jean-Monard Métellus, l’historien George Michel et l’agronome Jean André VictorLe sociologue Daniel Supplice, l’historien George Michel et l’agronome Jean André Victor composaient le panel de Ranmase à Caraïbe pour une émission plutôt technique tournée autour du plan du pouvoir qui doit être présenté aux bailleurs de fonds et à la communauté internationale à la réunion du 31 Mars à New-York.

Ranmase/Haiti post-Séisme : des choix résolument mauvais pour une reconstruction mal engagée
Le sociologue Daniel Supplice , Jean-Monard Métellus, l’historien George Michel et l’agronome Jean André VictorLe sociologue Daniel Supplice, l’historien George Michel et l’agronome Jean André Victor composaient le panel de Ranmase à Caraïbe pour une émission plutôt technique tournée autour du plan du pouvoir qui doit être présenté aux bailleurs de fonds et à la communauté internationale à la réunion du 31 Mars à New-York

Les trois invités qui ont fait un tour d’horizon de la situation avec une mise en perspective à partir d’une gestion jugée calamiteuse de la phase humanitaire de la catastrophe du 12 Janvier ont critiqué les choix qui sont faits depuis et déploré le fait que le président René Préval ait choisi d’engager « sa petite clique »  pour l’élaboration du plan laissant sur le pont de vraies valeurs et compétences haïtiennes sous prétexte (non avoué) qu’elles ne sont pas des hommes et femmes du sérail.

« Il est évident que s’il y avait des signaux clairs et précis venus d’un commandant qui aurait reconnu qu’en tant  pays pauvre, nous sommes constamment en guerre contre tous les maux à commencer par les cataclysmes naturels, le sous-développement, l’analphabétisme, les séismes, comme Castro l’avait fait à Cuba avec son uniforme militaire, on aurait pu sauver des vies », a dit Daniel Supplice qui a déploré la situation d’attentisme et de léthargie collective dans laquelle étaient plongés toute l’équipe gouvernementale et le président Préval lui-même. Résultat, dit le professeur Supplice, 2 mois et demi après, plus de 800 millions de dollars sont dépensés dans le pays et la population peine à sentir le moindre signe de mieux-être. Même son du côté de l’agronome Jean André Victor qui a commencé par dénoncer le plan de relocalisation de la population contenu dans un décret présidentiel sorti hier soir (vendredi). Cet arrêté est une lacune de plus dans l’océan de médiocrité dans lequel baignent les décideurs.

Jean André Victor n’est non plus pas d’accord avec l’annonce en faveur de la suspension de l’aide alimentaire faite par le chef de l’Etat. ‘’Il est clair que cette réponse s’inscrit dans un cadre de gestion démagogique de la crise car, dit l’ancien directeur de l’ODVA, rien n’a été fait en parallèle pour améliorer les circuits et les moyens de production de manière à compenser la partie de l’aide externe que nous recevons sous forme de dons ou subvention à la consommation’’.

A propos du plan de reconstruction nationale, Daniel Supplice dit s’étonner que les dirigeants n’aient même pas pris le soin de bien vérifier la transcription du document (PDNA) de l’anglais au français. ‘’Ce n’est pas un plan haïtien et pourtant nous avons des ressources internes capables d’accoucher de bien meilleur travail’’, a déploré le sociologue Supplice. Le Dr George Michel craint que le comité intérimaire (10 haïtiens désormais et aussi 10 étrangers) de gestion des fonds qui seront octroyés par la communauté internationale  ne devienne une nouvelle institution de corruption. ‘’Les étrangers sont encore plus corrompus que les haïtiens’’, a dit l’historien qui conseille des commissions indépendantes qui pourraient inclure des haïtiens intègres pour contrôler et surveiller la gestion des fonds.

Concernant les  élections, les trois invités de Jean-Monard Métellus sont d’avis que la priorité du moment doit être l’amélioration des conditions de vie de la population et des emplois à créer et non des élections. ‘’Il n’y a rien d’inconstitutionnel ou d’illégal si le 7 Février 2011 René Préval remette le pouvoir à George Moyse en sa qualité de président a.i de la Cour de Cassation’’,  a conclu George Michel.  

 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)