Imprimer
Catégorie : Politique
Affichages : 1667

Ranmase : Les élections de Novembre prochain dans l’impasse
Edmonde Supplice Beauzile, sénateur de la République et dirigeante de la Fusion des Sociaux-Démocrates est sans équivoque : il n’est pas question que son regroupement participe à aucune compétition organisée sous l’égide de l’actuel  CEP et du gouvernement ; «je convie la jeunesse de mon pays, a-t-elle encore dit, à continuer la mobilisation pour dénoncer les manquements à l’ordre démocratique et réclamer la société démocratique à laquelle le pays a droit ».

Ranmase : Les élections de Novembre prochain dans l’impasse
Edmonde Supplice Beauzile, sénateur de la République et dirigeante de la Fusion des Sociaux-Démocrates est sans équivoque : il n’est pas question que son regroupement participe à aucune compétition organisée sous l’égide de l’actuel  CEP et du gouvernement ; «je convie la jeunesse de mon pays, a-t-elle encore dit, à continuer la mobilisation pour dénoncer les manquements à l’ordre démocratique et réclamer la société démocratique à laquelle le pays a droit »

La position du  colonel Himmler Rébu, lui aussi présent sur le panel de Ranmase est légèrement différente.  L’ancien officier des Forces Armées d’Haïti  ne compte pas s’embarquer dans le train électoral car le conseil n’inspire pas confiance mais, il maintient des réserves par rapport au départ anticipé du président René Préval réclamé par plusieurs positions ; position sur laquelle le sénateur Beauzile semble s’aligner sans le dire ouvertement.

Nenel Cassis, sénateur des Nippes de la coalition politique au pouvoir (INITE) et président de la commission des Finances du grand corps qui a admis certaines failles dans le processus électoral dit comprendre mal que les deux autres panélistes aient choisi, sous des prétextes fallacieux, a-t-il dit, de bouder le scrutin à venir. « Les problèmes ne peuvent être résolus que par le dialogue et choisir systématiquement de bouder la rencontre convoquée par le CEP pour ce lundi au Caribe Convention Center est une très mauvaise attitude », a déploré le sénateur de l’INITE.

Sur le bilan des 6 mois de l’après catastrophe du 12 Janvier, les deux dirigeants de l’opposition ont tiré à boulets rouges sur le chef de l’Etat qui n’a rien fait pour changer les conditions de vie des sinistrés du drame. « Spontanément, après le 12 Janvier, nous étions venus offrir nos services au président Préval et à l’Etat pour aider à faire face à l’ampleur de la catastrophe mais, le système nous a repoussés car, M. Préval croit avoir les épaules suffisamment larges et solides pour gérer seul le drame », ont déclaré en chœur le sénateur Beauzile et le colonel Himmler Rébu. « Pas étonnant que la communauté internationale soit réticente à débloquer les fonds promis dans de telles conditions», a ajouté Mme Beauzile. Le sénateur Nenel Cassis a lui-même dénoncé l’hypocrisie de la communauté internationale qui a fait des promesses mirobolantes au pays et qui tardent à débloquer les fonds promis. « Difficile de faire grand-chose avec les mains vides », déplore  le sénateur des Nippes. 

 L’insécurité qui a fait hier vendredi deux nouvelles victimes dans la région métropolitaine (un policier et son cousin, un ingénieur civil) a aussi retenu l’attention des invités. Le colonel Rébu reconnaît des circonstances atténuantes  à la PNH qui fait face à un manque de moyens et une capitale rendue plus difficile d’accès par les débris qui jonchent les rues des quartiers dangereux.  Edmonde Supplice Beauzile met  elle-même l’accent sur les tensions sociales mal gérées par le pouvoir en place qui oblige certains à recourir à la violence pour satisfaire les besoins de tous les jours en matière de consommation etc. Nenel Cassis souhaite lui-même que l’Etat central mette plus de moyens et de matériels  à la disposition de la PNH pour lui permettre de mâter le banditisme.

 Une fois retenti  le coup de sifflet final de la Coupe du Monde ce dimanche, les jeunes garçons et les jeunes filles du pays doivent se mettre au travail pour préparer la manifestation anti-Préval du lendemain, a conclu Edmonde Supplice Beauzile.