Imprimer
Catégorie : Politique
Affichages : 1381

Ranmase : ‘’La lettre du COREH à René Préval est une capitulation’’, dixit Gabriel Fortuné
L’ancien sénateur du Sud de la 48e législature ne fait rien dans la dentelle lorsqu’il s’agit du président René Préval ou de toute initiative dans le secteur de l’opposition qui pourrait être interprété comme un soutien même voilé à sa personne et à sa politique anti-pays, anti-peuple pour répéter ses propres termes.

Ranmase : ‘’La lettre du COREH à René Préval est une capitulation’’, dixit Gabriel Fortuné
L’ancien sénateur du Sud de la 48e législature ne fait rien dans la dentelle lorsqu’il s’agit du président René Préval ou de toute initiative dans le secteur de l’opposition qui pourrait être interprété comme un soutien même voilé à sa personne et à sa politique anti-pays, anti-peuple pour répéter ses propres termes.

Aussi, Jean Gabriel Fortuné voit-il d’un très mauvais œil la démarche du Collectif pour le Renouveau Haïtien (COREH) contenue dans une correspondance adressée au chef de l’Etat pour lui porter à reprendre le dialogue avec l’opposition en vue d’éviter une crise électorale qui pourrait avoir une conséquence désastreuse pour le pays. ‘’Cette lettre n’est ni plus ni moins qu’une capitulation car, mes amis du COREH savent très bien que René Préval a déjà un agenda bien établi consistant à décourager les démocrates de ce pays pour s’accaparer seul tous les espaces de pouvoirs et revenir sous la prochaine présidence de l’INITE comme chef de gouvernement pour assurer la pérennité du système ‘’pese sousé’.

Le député Jean David Genesté dans un premier temps et Me Reynold George (ALAH) par la suite, tous deux membres du COREH, ont tenté de convaincre l’ancien parlementaire de l’opportunité de la démarche mais, rien n’y fait ; Gabriel Fortuné croit dur comme fer qu’il aurait mieux fallu que les démocrates isolent René Préval dans son projet d’élections frauduleuses programmées pour le 29 Novembre et ainsi obliger le pays à un sursaut patriotique pour finir avec ce système rétrograde et pourri. Me Fritzo Canton est lui aussi d’avis que nous avons besoin d’une nouvelle mentalité chez nos hommes politiques et qu’un minimum de  moralité et de conviction doit prévaloir pour éviter les changements de position radicales (courbe 90o) auxquels nous assistons ces derniers jours à l’approche des élections.

 ‘’Nous assistons à une stérilité des débats et une pauvreté des pensées et Préval passe toujours pour le grand gagnant parce que l’opposition lui facilite la tâche’’, note le juriste qui, étonnement, est rejoint dans ce jugement par le sénateur de l’INITE Yvon Buissereth, présent lui aussi sur le panel. ‘’Préval qui est certes intelligent n’aurait quand même pas eu ce succès si l’opposition avait un minimum de conviction et était capable de souffrir pour défendre une position’’, dira même le sénateur du Sud. Toutefois, ce même parlementaire allait s’attirer les foudres des autres invités quand il a essayé de défendre la loi d’urgence (accordant les pleins pouvoirs pendant 18 mois à l’exécutif et à sa commission intérimaire) votée par le parlement. Yvon Buissereth a en effet expliqué qu’il ne voulait fournir aucun prétexte à la communauté internationale pour ne pas débloquer les fonds promis dans le cadre de la Reconstruction.

Me Emmanuel Ménard n’a pu s’empêcher de dire que le sénateur Buissereth a bien voté et que c’est le peuple qui avait mal voté ; sous-entendant qu’un tel ‘’naïf n’aurait jamais du être sénateur’’.   Me Reynold George a enfoncé le clou un peu plus profondément en déclarant que le parlementaire doit retourner en douzième (classe primaire) s’il est incapable de comprendre la bêtise qu’il a commise par ce vote.